Le Quotidien des enjeux du développement durable !

vendredi 28 juillet 2017

Pierre Gramegna à Washington, sous le signe du développement et de la finance verte
facebook twitter linkedin scoopit

Pierre Gramegna à Washington, sous le signe du développement et de la finance verte
Finance & banque

Publié le mardi 25 avril 2017 à 04:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

Pierre Gramegna, ministre des Finances, était à Washington du 21 au 22 avril 2017, pour la session de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

Pierre Gramegna y a eu une réunion bilatérale avec Christine Lagarde, directeur général du FMI. Ils ont notamment discuté les défis liés à la digitalisation du monde financier, ainsi que des conséquences du Brexit au niveau européen et international. Par ailleurs, ils ont évoqué les implications de l’alternance politique aux États-Unis, qui sont le principal actionnaire du fonds. Enfin, ils ont fait le point sur l’évolution de la fiscalité internationale, notamment au regard de l’implémentation de BEPS.

Pierre Gramegna et Christine Lagarde ont également signé un accord d’emprunt bilatéral entre le FMI et le Luxembourg. Cet accord marque la continuation du soutien financier du Luxembourg aux ressources du FMI, soulignant l’attachement du Luxembourg à un FMI solide, reposant sur un système de quotes-parts et disposant de ressources adéquates, afin qu’il puisse préserver son rôle au centre du dispositif mondial de sécurité financière. Pierre Gramegna commente : « Je me réjouis des excellentes relations entre le Luxembourg et le FMI, soulignées par le présent accord. »

Lors de son discours devant l’IMFC en date du 22 avril 2017, Christine Lagarde a d’ailleurs loué la contribution du Luxembourg au nouveau programme d’assistance technique dans le domaine de la finance.

Le ministre des Finances a par ailleurs assisté à la cérémonie de lancement du Green Cornerstone Bond Fund, mis en place par l’IFC (International Finance Corporation), filiale du Groupe Banque mondiale, avec l’objectif de financer des projets liés à la lutte contre le réchauffement climatique en Afrique, Amérique latine, Europe de l’Est et Asie centrale. Le fonds est domicilié à Luxembourg, confirmant ainsi le statut de la place financière comme leader mondial en matière de fonds d’investissements. Dans son discours, Pierre Gramegna a souligné le rôle précurseur de l’Europe en matière de lutte contre le réchauffement climatique et la mise en œuvre des accords de Paris (COP21). Il a par ailleurs souligné le rôle de la Bourse de Luxembourg et du « Luxembourg Green Exchange » pour le développement de la finance verte au niveau mondial. « En tant que partenaire stratégique du Green Cornerstone Bond Fund, le Luxembourg met en valeur les compétences de la place financière et prend ses responsabilités dans la lutte contre le réchauffement climatique et stratégique », a-t-il commenté.

Pierre Gramegna a également eu une réunion de travail avec Ross Leckow, Deputy General Counsel au Département juridique, en charge des questions liées à la Fintech, pour un échange de vues sur les implications de la Blockchain pour les services de payements internationaux. Il a aussi eu des entrevues avec Anthony Delannoy, directeur exécutif du FMI, ainsi qu’avec Frans Godts, directeur exécutif de la Banque mondiale, pour évoquer l’actualité institutionnelle ainsi que les développements au niveau multilatéral.

Le ministre des Finances a par ailleurs eu une réunion bilatérale avec K.V. Kamath, président de la New Development Bank, pour évoquer le développement de la banque et notamment son orientation axée sur la finance verte, domaine dans lequel la place financière luxembourgeoise s’est établie comme acteur de premier plan. Pierre Gramegna a en outre eu des réunions de travail avec des responsables de l’EBRD, dont il assure actuellement la présidence du Conseil des gouverneurs.

Le ministre des Finances a également profité de la session de printemps pour rencontrer un certain nombre de ses homologues africains. Pierre Gramegna commente : « Au-delà de l’aide au développement, il convient d’encourager les échanges économiques et financiers. La conclusion d’une convention de non-double imposition est un élément important dans cet esprit, car elle facilite les investissements du secteur privé et donc la croissance économique. » Dans cet esprit, des discussions bilatérales ont été menées avec Adama Kone, ministre de l’Économie et des Finances de la Côte d’Ivoire, Amadou Ba, ministre de l’Économie, des Finances et du Plan du Sénégal, et Henry Yav Mulang, ministre des Finances de la République démocratique du Congo.

Enfin, en date du 21 avril 2017, sur initiative du ministre des Finances, Pierre Gramegna, et sur invitation de l’ambassadrice Sylvie Lucas, s’est tenu à l’ambassade du Luxembourg à Washington un dîner rassemblant les dirigeants des principales banques multilatérales de développement, ainsi que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Pierre Gramegna commente : « Cette rencontre de haut niveau à l’ambassade du Luxembourg souligne le rôle de notre pays comme constructeur de ponts et médiateur entre les cultures. Le Luxembourg est reconnu comme un acteur de premier plan et interlocuteur constructif au sein des organisations internationales dont il est membre. Les réformes engagées par le gouvernement en faveur de la transparence ont encore renforcé sa crédibilité et la confiance lui est faite au niveau international. »

Photo : (de g. à dr.) Christine Lagarde, directrice générale du FMI ; Pierre Gramegna, ministre des Finances © MFIN

Communiqué par le ministère des Finances

Publié le mardi 25 avril 2017


Finance & banque
Communiqué
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Finance & banque


Nos partenaires Finance & banque

Nos partenaires