Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Le monde ne parvient pas à faire en sorte que l’ensemble de sa population puisse se nourrir sainement
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

"Le monde ne parvient pas à faire en sorte que l’ensemble de sa population puisse se nourrir sainement"

Qualité de vie

Publié le
jeudi 16 janvier 2014 à 13:45

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

« Une personne sur huit se couche le ventre vide chaque soir alors que la production agricole mondiale suffirait à nourrir toute l’humanité », déplore Oxfam International au moment de la publication de son classement de la situation alimentaie mondiale. Classement dans lequel le Luxembourg se hisse à la 11e place.

La faim qui sévit lorsque la gouvernance est insuffisante et la répartition inégale

Tel un professeur usant de la patience de ses élèves qui rend les copies de la meilleure à la pire note, Oxfam International, organisation internationale de développement, a établit son classement de la situation alimentaire mondiale en allant de pays où l’on mange le mieux, les Pays-Bas, à celui où l’on mange le moins bien, le Tchad.

Basé sur quatre indicateurs qui furent l’abondance, la qualité, l’accessibilité financière et la mauvaise hygiène alimentaire (et les maladies qui y sont liées), l’étude a comparée 125 pays afin de « dresser un panorama des difficultés rencontrées par les populations pour se nourrir ». C’est ainsi que l’on apprend que « sur le plan de l’accessibilité financière, le Royaume-Uni se situe parmi les mauvais élèves d’Europe occidentale » selon Oxfam qui place le pays à égalité avec Chypre.

Pour autant, ce sont bien les nations européennes qui tiennent le haut du classement en occupant les vingt premières places. Seule l’Australie, qui arrive à se hisser à la huitième place, perturbe cette suprématie du Vieux Continent que même les Etats-Unis (21e) n’atteignent pas.

L’Europe occidentale (trop ?) bien nourrie

Avec sa 11e place, le Luxembourg entre de justesse dans les « douze premiers pays qui connaissent les taux de malnutrition et de sous-alimentation les plus bas et dont le niveau d’accès à une eau potable est élevé », à savoir, entre autres, la France, la Suisse, l’Allemagne, la Belgique ou encore l’Italie. En clair, au Grand-Duché de Luxembourg, on mange à sa faim et de bonne qualité. Une bonne note entachée par une hygiène alimentaire moins glorieuse : des douze premiers pays sont également ceux dans lequels les taux d’obésité sont les plus élevés !

Cette situation n’étant pas tellement une surprise, malgré la hausse alarmante de fréquentation des épiceries solidaires dans le pays, le bilan d’Oxfam doit surtout nous interpeller quant aux réels problèmes d’alimentation rencontrés par d’autres habitants du globe. Principalement situés en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient, les pays qui occupent le bas du classement d’Oxfam, tels que l’Inde, le Pakistan, la Guinée ou le Tchad (ce dernier étant 125e/125e), sont des nations dans lesquelles « il est le plus difficile de manger à sa faim », une abbhération lorsque l’on sait que « la production agricole mondiale suffirait à nourrir toute l’humanité ».

Ce triste bilan « révèle que le monde ne parvient pas à faire en sorte que l’ensemble de sa population puisse se nourrir sainement », déplore Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International accusant la pauvreté et l’inégalité comme « vraies causes » d’une « faim qui sévit lorsque la gouvernance est insuffisante et la répartition inégale ».

Photo ©simonbouchard sur Flickr

Publié le
jeudi 16 janvier 2014


Qualité de vie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires