Le Quotidien des enjeux du développement durable !

samedi 23 septembre 2017

Le confort estival des maisons TomWood
facebook twitter linkedin scoopit

Le confort estival des maisons TomWood
Architecture & construction

Publié le jeudi 11 mai 2017 à 04:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

Un des plus grands défis des maisons durables est la gestion de leur surchauffe.

Rencontre avec François-Xavier Gilen, Manager Ventes Tomwood chez Thomas&Piron

« On sait aujourd’hui isoler efficacement une maison, y installer des fenêtres triple vitrage performantes et des éléments techniques de chauffage et de ventilation fiables pour que nos clients obtiennent le confort optimum en consommant un minimum d’énergie. Mais, depuis peu, nous constatons à travers le suivi que nous effectuons qu’ils ont parfois trop chaud dans leur maison, au risque de faire poser un système de climatisation incompatible avec leur certificat de performance énergétique (CPE). Un des points cruciaux du nouveau système de calcul des CPE est par conséquent de contrôler la surchauffe du bâtiment au moyen de protections solaires actives ou passives. Le concept constructif TomWood a été spécifiquement mis au point pour limiter la surchauffe des habitations », explique François-Xavier Gilen.

Rappelons que les maisons TomWood conjuguent une ossature extérieure en bois et des parois intérieures en béton. L’impact positif de ce dernier sur la régulation thermique et le confort en période estivale, a été démontré par une étude commandée par Thomas&Piron - qui a développé le concept TomWood - au Centre scientifique et technique de la Construction (CSTC). Cette étude a été menée sur 2 maisons situées en Belgique pendant une année de référence. Le CSTC a travaillé sur des densités de matériaux intérieurs différentes en comparant l’inertie avec des murs intérieurs en bois et ensuite en maçonnerie.

Grâce à sa masse, le béton se refroidit lorsque la température extérieure baisse (la nuit) et il emmagasine la chaleur quand la température est au plus haut (dans la journée). L’étude conclut à un gain de +/-2 degrés sans climatisation par rapport à une maison entièrement en bois en période de forte chaleur. Elle révèle également que le même écart peut être observé en hiver : les murs stockent la chaleur, ce qui permet d’éviter que la maison ne refroidisse trop vite quand le chauffage est coupé.

TomWood a relevé le défi de se différencier des maisons à ossature bois en y adjoignant du béton dont l’inertie thermique permet de gagner en confort intérieur, d’économiser en coûts de chauffage et d’éviter des systèmes de climatisation incompatibles avec les exigences énergétiques.

La prochaine étape pour TomWood est maintenant de proposer des solutions alternatives au béton : « Le caractère durable du béton étant parfois discutable, nous avons l’intention de proposer des maisons qui intègrent des parois intérieures en terre crue, un matériau très lourd donc très à même d’emmagasiner de la chaleur et de l’humidité, de la terre cuite éventuellement, ou de la pierre naturelle intérieure dont l’inertie thermique est également très élevée », conclut François-Xavier Gilen.

Mélanie Trélat

Source : NEOMAG

Consultez en ligne NEOMAG #06

© NEOMAG - Toute reproduction interdite sans autorisation préalable de l’éditeur

Publié le jeudi 11 mai 2017


Article de notre partenaire
Architecture & construction
Publi-reportage
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires