Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Le Mozambique bientôt entièrement déminé !
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le Mozambique bientôt entièrement déminé !

Qualité de vie

Publié le
jeudi 3 juillet 2014 à 07:15

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

A l’occasion de l’ouverture de la Conférence des Etats parties au Traité d’Ottawa, le 23 juin dernier, le Mozambique, pays hôte de ce sommet, a annoncé que près de 90% de son territoire est désormais libre de mines antipersonnel. Handicap International se félicite de constater cette avancée immense réalisée par celui qui fut l’un des Etats les plus minés au monde. Handicap International intervient dans le pays depuis près de 30 ans et s’inquiète d’un possible retrait des bailleurs de fonds quand le déminage sera terminé, alors même que des milliers de survivants d’accidents au Mozambique ont besoin d’une assistance à vie. L’association appelle l’ensemble des délégations présentes à adopter un nouveau plan d’action quinquennal qui intégrerait notamment une augmentation des fonds destinés à l’assistance aux victimes.

Le travail de Handicap International au Mozambique ne cessera pas pour autant. Même lorsque la dernière mine aura été retirée du sol, lil faudra aider les survivants d’accident de mine

La Conférence des Etats parties au Traité d’Ottawa s’est déroulée à Maputo du 23 au 27 juin 2014. Le choix du Mozambique comme pays hôte de cette conférence est particulièrement symbolique : ravagé par 25 ans de guerre d’indépendance (1965-1975) et de guerre civile (1977-1992), le Mozambique figurait parmi les pays les plus minés au monde, avec l’Angola, l’Afghanistan et le Cambodge. Il a accueilli la première Conférence sur le Traité d’Ottawa en 1999. 15 ans plus tard, le pays est en train de relever un défi historique : il ne lui reste plus que quelques mois pour terminer la décontamination de son territoire. Il lui aura fallu 18 ans pour éradiquer le fléau des mines. Handicap International a été étroitement associée à cette bataille puisque présente dès les premières opérations de déminage en 1998, elle conduit encore aujourd’hui des actions de ce type. Une fois que le Mozambique sera déclaré entièrement libre de mines, cela lèvera enfin la menace qui pèse depuis des dizaines d’années sur les populations. Elles pourront retrouver un accès à leurs champs, aux routes, à l’école, etc. sans la peur constante de se faire blesser ou tuer.

Le travail de Handicap International au Mozambique ne cessera pas pour autant. Même lorsque la dernière mine aura été retirée du sol, le Mozambique devra aider les milliers de survivants d’accident de mine vivant dans le pays, comme le dispose la Convention d’Ottawa. L’association a mené en 2013 une étude approfondie sur leurs besoins. Les résultats sont sans équivoque : 86 % des survivants interrogés ont un accès limité ou inexistant au marché du travail. Plus de 96 % déclarent qu’il n’y a pas de service de soins adapté près de leur communauté. Or, l’affectation des fonds alloués à l’assistance aux victimes a été considérablement réduite au cours des deux dernières années, constituant moins de 5 % du budget global de l’action humanitaire contre les mines.

Déjà 3,7 millions de m2 de terres dépolluées en 2012 par Handicap International

Tous les cinq ans, le Secrétaire général des Nations-unies fait l’inventaire des succès obtenus (déminage, destruction des stocks…) et des leçons à tirer pour établir un nouveau plan quinquennal auquel tous les Etats devront se plier. Une délégation de Handicap International est présente à Maputo pour vérifier que les engagements pris par les Etats seront à la hauteur des besoins des populations impactées notamment par une augmentation sensible des fonds alloués à l’assistance aux victimes. « Il est nécessaire que les gouvernements restent mobilisés pour la prise en compte des plus fragiles ; les besoins des populations du Mozambique sont réels, le soutien après la fin des opérations de déminage ne doit pas faiblir » , affirme Martin Lagneau, Directeur Handicap International Luxembourg.

Présente au Mozambique dès 1986, Handicap International est un acteur clé de l’action contre les mines dans le pays. Aujourd’hui, 136 salariés de l’association interviennent au quotidien sur le terrain afin de décontaminer les sites dangereux situés dans les provinces de Sofala et d’Inhambane, les deux régions les plus polluées du pays, qui concentrent 82% des zones à risque. En 2012, l’association a dépollué et restitué aux populations plus de 3,7 millions de m2 de terres, grâce à un dispositif de déminage important (déminage manuel et mécanique avec l’appui d’équipes de chiens entraînés à déterminer l’emplacement de ces armes). Handicap International mène en parallèle des actions d’éducation aux risques pour prévenir les accidents. L’association soutient également tous les survivants d’accidents de mines ou restes explosifs de guerre, ainsi que leurs familles et communautés, notamment en favorisant leur accès à l’école et à l’emploi.

Communiqué par Handicap International Luxembourg / Photo © DLVT / Handicap International

 

Publié le
jeudi 3 juillet 2014


Qualité de vie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires