Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Le FNR s’engage pour l’égalité des chances hommes/femmes dans la recherche
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le FNR s’engage pour l’égalité des chances hommes/femmes dans la recherche

Recherche & Eco-Innovation

Publié le
lundi 14 mars 2016 à 03:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un objectif de doubler le nombre de candidatures du sexe sous-représenté dans les instruments phare PEARL et ATTRACT visant à attirer des chercheurs au Luxembourg.

Il convient d’agir pour créer les conditions qui permettent l’accès à un plus grand nombre de femmes vers les positions scientifiques de niveau supérieur.

Le Fonds national de la Recherche (FNR) se fixe comme objectif de doubler le nombre de candidatures du sexe sous-représenté dans ses deux instruments phare PEARL et ATTRACT, visant à attirer des chercheurs au Luxembourg.

THÉMATIQUE PRIORITAIRE

La promotion de l’égalité des chances entre femmes et hommes dans la recherche était une des thématiques prioritaires abordées lors de la présidence luxembourgeoise du conseil européen en 2015. Sous l’impulsion du gouvernement luxembourgeois, le conseil des ministres européens a adopté, lors de sa séance du 1er décembre 2015, une série de conclusions et a formulé des recommandations envers les pays membres et les différents acteurs de la recherche.

Le principal constat n’est pas nouveau. Les femmes sont sous-représentées dans la population des chercheurs et scientifiques, et ceci est particulièrement prononcé dans les postes et fonctions les plus élevés. Quand bien même dans la moyenne européenne, au niveau des étudiants et doctorants, une parité hommes-femmes existe (avec même une légère surreprésentation des femmes), dans les fonctions académiques plus avancées le déséquilibre reste frappant. Pour le grade académique le plus élevé, celui du Full Professor (ou équivalent), la proportion de femmes est de 20 % en moyenne en Europe ; elle est de 17 % à Luxembourg (% en augmentation constante).

Par ailleurs, un très faible nombre de femmes se trouve à des postes de direction au sein des institutions de recherche et de l’enseignement supérieur. Le document She Figures 2015 , publié par la Commission européenne, résume les indicateurs au niveau européen. Le Luxembourg se trouve en mauvaise position pour la plupart de ces indicateurs, hormis pour ce qui est de la proportion de femmes membres de conseils d’administration et de conseils scientifiques.

PROGRAMMES ATTRACT ET PEARL

Il convient d’agir pour créer les conditions qui permettent l’accès à un plus grand nombre de femmes vers les positions scientifiques de niveau supérieur. Le FNR est un acteur très important au niveau du recrutement de la relève scientifique, notamment au travers des programmes ATTRACT et PEARL. Le premier programme visant à attirer de jeunes chercheurs talentueux et leur permettant de mettre en place leur propre équipe de recherche dans des domaines stratégiquement importants pour le Luxembourg et le deuxième visant à attirer des chercheurs établis de renommée internationale dans leur domaine respectif, afin de renforcer les domaines stratégiquement importants pour le pays.

Il lui est donc possible d’agir au cœur même du problème, en demandant aux institutions bénéficiaires de présenter une certaine proportion de candidatures féminines aux programmes ATTRACT (40 %) et PEARL (30 %).

Par ailleurs, la question se pose évidemment sur l’égalité des chances dans les programmes du FNR. Les statistiques montrent que le taux de succès auprès du FNR est quasiment le même pour les hommes et les femmes, et ceci au travers de tous ses programmes. 38 % des demandes soumises le sont par des femmes, et 37 % des projets retenus pour financement, sont des projets introduits par des femmes. Il est donc important de conclure qu’à l’heure actuelle, le processus d’évaluation et de sélection des projets par le FNR ne présente pas de biais de genre significatif. Ceci vient d’être confirmé par l’évaluation externe du processus de sélection du programme CORE, menée en 2015 par la Western Michigan University.

Source : www.innovation.public.lu

Publié le
lundi 14 mars 2016


Recherche & Eco-Innovation
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Recherche & Eco-Innovation


Nos partenaires Recherche & Eco-Innovation

Nos partenaires