Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
La ministre de la Santé Lydia Mutsch au 5e anniversaire du LCSB
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La ministre de la Santé Lydia Mutsch au 5e anniversaire du LCSB

Recherche & Eco-Innovation

Publié le
lundi 9 février 2015 à 07:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le 5 février 2015, la ministre de la Santé Lydia Mutsch a participé à l’événement public organisé à l’hôtel de ville d’Esch-sur-Alzette

Je suis impressionnée par le développement du LCSB ces cinq dernières années

La ministre de la Santé Lydia Mutsch au 5e anniversaire du LCSB (Luxembourg Centre for Systems Biomedicine)

Le 5 février 2015, la ministre de la Santé Lydia Mutsch a participé à l’événement public organisé à l’hôtel de ville d’Esch-sur-Alzette à l’occasion du 5e anniversaire du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB) - centre de recherche interdisciplinaire de l’Université de Luxembourg.

Quelques 200 invités sont venus pour fêter l’anniversaire et pour s’informer sur les développements récents du LCSB ; parmi les invités se trouvaient, à côté de la ministre de la Santé Lydia Mutsch, la bourgmestre d’Esch-sur-Alzette, Madame Vera Spautz, le nouveau recteur de l’Université de Luxembourg, le Professeur Rainer Klump accompagné de membres du personnel de l’Université ainsi que des nombreux citoyens intéressés.

Lors de son discours, la ministre de la Santé a souligné que la biomédicine constitue clairement une priorité politique afin de diversifier l’économie du Grand-duché. Je suis impressionnée par le développement du LCSB ces cinq dernières années. La recherche biomédicale, à l’exemple de celle du LCSB, joue un rôle clé pour garantir la qualité de la santé dans notre pays a-t-elle déclaré.

LCSB a été le premier institut à s’établir sur le Campus Belval en 2011. Il est désormais constitué de 14 groupes de recherche, comptant les sciences informatiques, les mathématiques, les sciences de l’ingénieur, la biologie et la médecine. L’activité principale du LCSB se concentre sur les maladies neuro-dégénératives, et notamment la maladie de Parkinson.

À présent, le LCSB forme environ 48 étudiants en doctorat de 20 nationalités différentes.

La soirée a été accompagnée musicalement par deux chercheuses mélomanes du LCSB, Dr Anna Heintz-Buschart, au violon, et Dr Emilie Muller à la harpe.

Communiqué par le ministère de la Santé

Publié le
lundi 9 février 2015


Recherche & Eco-Innovation
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Recherche & Eco-Innovation


Nos partenaires Recherche & Eco-Innovation

Nos partenaires