Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
La Santé sera placée sous le signe du patient et de l’innovation
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

"La Santé sera placée sous le signe du patient et de l’innovation"

Recherche & Eco-Innovation

Publié le
mardi 21 juillet 2015 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Selon Lydia Mutsch, il est important que le patient ne soit pas oublié dans la mise en œuvre de l’agenda ambitieux de la nouvelle commission. 

Améliorer la santé des citoyens européens, en accord avec la Stratégie Europe 2020 tout en maintenant la viabilité des systèmes de santé

Améliorer la santé des citoyens européens, en accord avec la Stratégie Europe 2020 tout en maintenant la viabilité des systèmes de santé, tel sera l’objectif de la Présidence luxembourgeoise en matière de santé publique.

C’est ce qu’a expliqué la ministre de la Santé Lydia Mutsch lors de la présentation des priorités de la Présidence dans le domaine de la santé publique, des médicaments et dispositifs médicaux et de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires devant la commission environnement, santé et sécurité alimentaire (ENVI) du Parlement européen à Bruxelles, le 16 juillet 2015.

Selon Lydia Mutsch, il est important que le patient ne soit pas oublié dans la mise en œuvre de l’agenda ambitieux de la nouvelle commission. C’est la raison pour laquelle la santé sera placée sous le signe du patient et de l’innovation.

Priorités et agenda de la Présidence luxembourgeoise

Dans la présentation des priorités de la Présidence luxembourgeoise, la ministre a tout particulièrement mis l’accent sur les dossiers dispositifs médicaux, la médecine personnalisée, la démence, la nouvelle stratégie alcool ou encore certains dossiers relatifs à la sécurité sanitaire des denrées alimentaires, comme le contrôle officiel de la chaîne alimentaire, le clonage et les OGM. Lors de la traditionnelle session de questions et réponses, plusieurs thèmes ont été soumis de manière récurrente à la ministre luxembourgeoise.

Ainsi, les députés se sont interrogés sur les intentions de la Présidence luxembourgeoise notamment en ce qui concerne les dispositifs médicaux, l’accès aux médicaments innovants, l’application de la Directive sur les soins de santé transfrontaliers, la résistance aux antimicrobiens, ou encore les perturbateurs endocriniens.

Dispositifs médicaux :

La révision de l’acquis en matière de dispositifs médicaux est un dossier auquel la Présidence luxembourgeoise souhaite accorder une attention maximale.

Nous mettrons en œuvre tous les efforts requis pour faciliter la mise en place d’un cadre réglementaire solide, permettant un accès rapide des citoyens européens à des produits sûrs et de qualité tout en favorisant un marché européen innovant, a souligné Lydia Mutsch. 

La révision de l’acquis était devenu considérable depuis les scandales sanitaires des implants mammaires PIP et des prothèses de hanche ASR en 2010 et en 2012.

Accès aux médicaments :

Très médiatisé suite à la couverture médiatique importante du nouveau traitement très coûteux contre l’hépatite C, le sujet de l’accès aux médicaments, surtout nouveaux, sera adressé de plusieurs manières lors de la Présidence luxembourgeoise. D’un côté par le biais de conclusions sur la meilleure intégration de la médecine personnalisée aux systèmes de santé ; de l’autre côté par les travaux en vue d’une approche intégrée sur l’accès aux médicaments innovants qui sera élaborée pour la période 2015-2017 par le Conseil avec l’appui de la Commission.

Directive sur les soins de santé transfrontaliers :

La Présidence luxembourgeoise permettra aussi de faire le point sur la mise en œuvre de la Directive sur les soins de santé transfrontaliers. Deux ans après le délai de transposition, il s’agit de tirer un premier bilan de l’application de la directive, afin de savoir quel a été l’impact en matière de mobilité des patients.

Résistance aux antimicrobiens :

Deux conférences adresseront ce sujet, toujours d’actualité, pendant la Présidence luxembourgeoise : l’une consacrée au volet vétérinaire, l’autre relative au volet de la santé humaine, conformément à l’approche one Health en appui à l’élaboration d’un plan d’action renouvelé de l’UE sur la résistance aux antimicrobiens.

Perturbateurs endocriniens :

La ministre de la Santé a exprimé le souhait qu’après la finalisation de l’analyse d’impact, la Commission adoptera enfin la liste des critères scientifiques permettant d’identifier les perturbateurs endocriniens.

Autorisation des OGM :

La Présidence luxembourgeoise continuera à suivre avec grand intérêt l’évolution des débats au Parlement, qui a exprimé une réaction négative lors du vote en commission. L’issue du vote en plénière en octobre sera décisif pour la suite des travaux au Conseil.

À l’issue de l’audience, la ministre de la Santé a rencontré les députés européens luxembourgeois, en présence des ministres Étienne Schneider et Fernand Etgen.

Photo : Lydia Mutsch lors de la présentation des priorités de la Présidence dans le domaine de la santé publique © European Union

 

Communiqué par le ministère de la Santé

 

Publié le
mardi 21 juillet 2015


Recherche & Eco-Innovation
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Recherche & Eco-Innovation


Nos partenaires Recherche & Eco-Innovation

Nos partenaires