Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
L’homme avant le profit
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

L’homme avant le profit

Politique & Gouvernance

Publié le
mardi 15 octobre 2013 à 10:30

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le Parti Communiste Luxembourgeois (KPL) après le coup d’état du SREL – un feu ardent politique loin d’être étouffé.

Nous sommes persuadés que seule une société socialiste qui met l’homme au centre d’intérêt et non le profit peut créer l’espace vital dans lequel la durabilité peut non seulement survivre mais prospérer

Entrevue avec Ali Ruckert, chef du parti communiste.

Le KPL a choisi le slogan ‘Les gens d’abord, pas le profit…’ pour sa campagne électorale. Selon vous, Monsieur Ruckert, où est-ce que le bât blesse dans la politique luxembourgeoise ?

Notre slogan exprime la conviction du parti communiste qu’il faut impérativement répartir les richesses créées en faveur de la population active et assurer que tout le monde ait accès à un travail ainsi que la garantie d’une couverture sociale. Ce ne sera possible qu’à travers une socialisation des banques et des grandes entreprises avec un contrôle strictement démocratique de l’économie.

Pouvons-nous vraiment nous passer d’une gestion non-axée sur les finances en jouant la carte européenne ?

Le parti communiste ne peut pas accepter une Union européenne qui n’agit que pour les intérêts lobbyistes et sous contrôle des groupes capitaux. Nous refusons ce vampirisme économique et plaidons pour un changement profond de la situation de propriété actuelle. La population active se doit d’exercer un contrôle rationnel et démocratique de l’économie pour servir les besoins sociaux. Une Europe ne peut être ‘unie’ que par des actions communes au niveau politique, économique et social. Et une telle Europe ne peut que se baser sur la solidarité mutuelle.

Le principe de la durabilité est un des concepts les plus présents pour le moment. Qu’en est-il de la position du KPL envers ce buzz ?

Le mot ‘durabilité’ est probablement le mot le plus abusé pour l’heure. Son vrai sens se cache derrière son caractère ‘à la mode’. Les acteurs politiques l’utilisent couramment pour déguiser la vraie nature d’un projet économique. Alors que si on jetait le regard sur les problèmes écologiques qui s’accumulent et le nombre croissant de guerres ou d’actions militaires destructives, il serait grand temps de vraiment se consacrer à la durabilité. Cependant, les principes de base de l’ordre capitaliste reposant sur la maxime du profit avant tout ne sont pas compatibles avec ceux de la durabilité dans son sens premier. Nous sommes persuadés que seule une société socialiste qui met l’homme au centre d’intérêt et non le profit peut créer l’espace vital dans lequel la durabilité peut non seulement survivre mais prospérer.

LE thème actuel est sans aucun doute l’affaire autour du fameux ‘Bommeleeër  : précurseur pour un changement à la tête du gouvernement ou plutôt une dépolitisation du peuple qui ne voit plus que le SREL partout ?

Le parti ouvrier socialiste luxembourgeois a soutenu toutes les atrocités sociales commises par le parti en charge du gouvernement (CSV) pour, par après, se servir du scandale autour du service de renseignement pour faire sauter ce même gouvernement. Or, ce dont nous avons besoin, ce n’est pas un changement de gouvernement mais un changement de politique qui ne sera réalisable qu’à travers un renforcement du KPL.  

CWE pour LG Magazine / Photo ©PHOTO SUD Differdange

Publié le
mardi 15 octobre 2013


Politique & Gouvernance
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires