Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Financer une croissance à faible intensité de carbone et à l’épreuve des changements climatiques
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Financer une croissance à faible intensité de carbone et à l’épreuve des changements climatiques

Politique & Gouvernance

Publié le
lundi 28 décembre 2015 à 03:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La BEI soutient la transition vers une économie sobre en carbone, respectueuse de l’environnement et capable de résister aux changements climatiques.

Les financements qu’elle octroie soutiennent des projets durables dans plus de 160 pays et servent de catalyseurs pour mobiliser des capitaux privés en faveur de l’action pour le climat, en encourageant d’autres investisseurs à s’associer à ses prêts à long terme. 

En sa qualité de banque de l’UE, la BEI est consciente de la nécessité de promouvoir des objectifs environnementaux dans les pays développés comme dans les pays en développement, afin de soutenir un développement durable dans le monde entier. La Banque, qui est l’un des principaux bailleurs de fonds en faveur de l’action climatique à l’échelle internationale, s’engage à consacrer au minimum 25 % de son portefeuille de prêts à l’appui d’une croissance à faible intensité de carbone et à l’épreuve des changements climatiques. Les financements qu’elle octroie soutiennent des projets durables dans plus de 160 pays et servent de catalyseurs pour mobiliser des capitaux privés en faveur de l’action pour le climat, en encourageant d’autres investisseurs à s’associer à ses prêts à long terme. En 2014, la BEI a accordé quelque 19,1 milliards d’euros à l’appui de projets soutenant l’action pour le climat aux quatre coins du monde. /

La stratégie en matière d’action pour le climat

La BEI prend en considération l’action pour le climat dans toutes les méthodes et procédures qu’elle met en œuvre pour évaluer et suivre l’ensemble de ses projets d’investissement. C’est ce qu’elle appelle l’intégration des questions climatiques.

Au stade de la préparation, les services de la Banque passent au crible les projets en analysant les éléments suivants :

  • Les taux de rentabilité économique et financière ajustés : lorsqu’elle évalue la justification économique d’un projet censé avoir une forte incidence sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), la Banque intègre le coût économique du carbone ;
  • L’empreinte carbone : la Banque évalue les émissions de gaz à effet de serre des projets d’investissement qu’elle finance en utilisant des méthodologies sectorielles ;

Pour tous les projets impliquant la production d’énergie à partir de combustibles fossiles, une norme spécifique de résultats en matière d’émissions s’applique, afin d’exclure les investissements dont les émissions de carbone dépassent un certain seuil.

  • La vulnérabilité aux changements climatiques : pour les projets, secteurs et domaines particulièrement vulnérables aux effets des changements climatiques, la BEI impose au promoteur de prendre en considération les risques climatiques et d’intégrer des mesures d’adaptation dans la conception et dans l’exploitation du projet ;
  • Le potentiel de crédits carbone : le potentiel d’un projet à générer des crédits carbone échangeables est évalué. Une assistance technique peut aussi être fournie aux promoteurs, pour les aider à exploiter ce potentiel.

 

L’empreinte carbone de la BEI

Outre les méthodes de calcul de l’empreinte carbone que la BEI a mises au point pour mesurer, en valeur absolue, les émissions de gaz à effet de serre générées par les projets qu’elle finance, la Banque s’est aussi engagée à réduire autant que possible sa propre empreinte carbone dans le cadre de ses objectifs en matière de responsabilité d’entreprise. La réduction progressive de son empreinte carbone fait partie de ses objectifs en matière de développement durable .

Cap sur le solaire dans l’Adriatique /

Sur l’île croate de Lošinj, en mer Adriatique, des panneaux solaires de toiture produisent de l’électricité sans émissions pour une centaine de ménages. Ce projet a été financé par Privredna banka Zagreb, partenaire de la BEI dans le cadre du fonds Green for Growth.

 

Évolution électrique /

Pour accompagner l’ambitieux programme de la Pologne dans le domaine des énergies renouvelables, la BEI a accordé un prêt de 178 millions de PLN (45 millions d’euros) pour la construction et l’exploitation d’un parc éolien situé sur deux sites, l’un à l’est et l’autre à l’ouest du village de Margonin. Ce parc produit suffisamment d’électricité pour couvrir la demande d’environ 55.000 foyers et représente 5 % du total de la puissance éolienne installée en Pologne.

 

Produits

La BEI noue des partenariats avec d’autres acteurs afin de libérer des investissements supplémentaires à l’appui de projets relevant de l’environnement et de l’action en faveur du climat. Les instruments de financement classiques de la BEI sont les prêts à moyen ou long terme, assortis de taux d’intérêt fixes ou variables, libellés en euros ou dans d’autres monnaies. La BEI finance des projets d’envergure au moyen de prêts directs et soutient indirectement les projets de petite dimension en accordant des lignes de crédit à des banques locales ou à d’autres intermédiaires . En complément de son activité de prêt classique, la Banque propose des instruments de financement innovants :

Communiqué BEI – www.bei.org

Publié le
lundi 28 décembre 2015


Politique & Gouvernance
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires