Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Faut-il préserver les investissements dans la filière des biocarburants ?
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Faut-il préserver les investissements dans la filière des biocarburants ?

Énergie

Publié le
jeudi 18 avril 2013 à 09:30

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Présentés comme l’alternative au pétrole pour les transports, les biocarburants ont néanmoins un impact négatif indéniables sur les productions alimentaires.

Les agrocarburants de 1re génération représentent aujourd’hui 6,5% de la consommation d’énergie du secteur des transports dans l’UE

La députée européenne française Corinne Lepage a présenté, mercredi, une proposition pour préserver les investissements dans la filière des biocarburants. Son texte est une forme de désaveu pour les propositions de la Commission européenne, critiquées par les industriels et les ONG.

Bruxelles souhaite plafonner à 5% la part des biocarburants dits de première génération, c’est-à-dire produits à base de cultures alimentaires (blé, maïs, betteraves, colza), afin d’encourager la filière à développer des biocarburants tirés d’autres matières premières comme les algues, les déchets ou la paille.

Les industriels, qui ont investi massivement dans l’éthanol à base de plantes sucrières et céréalières et le bio-diesel issu des huiles végétales, ont dénoncé cette décision.

Certains Etats ont déjà fait des plans qui dépassent la limite de 5%. Cette proposition va provoquer un ralentissement dans l’industrie des biocarburants et l’emploi dans les zones rurales, a dénoncé la principale fédération d’agriculteurs de l’UE, le Copa-Cogeca.

Dans sa proposition, l’ancienne ministre française de l’Ecologie insiste sur la nécessité de préserver les investissements existants dans la première génération « jusqu’à ce qu’ils soient rentabilisés ». « 120.000 emplois sont concernés. On ne peut pas détruire ce qui existe », a-t-elle plaidé.

« Mais après 2020, il n’est pas envisageable que la production de biocarburants utilise des terres agricoles en l’absence de bénéfices significatifs pour le climat », a-t-elle averti.

L’objectif global —fixé en 2009— de parvenir à 10% d’énergies renouvelables dans la consommation du secteur des transports d’ici 2020 « doit rester inchangé », a-t-elle insisté. 60% des voitures et 100% des camions circulant actuellement dans l’UE ont des moteurs diesel.

Les agrocarburants de 1re génération représentent aujourd’hui 6,5% de la consommation d’énergie du secteur des transports dans l’UE (4,5% pour le biodiesel et 2% pour l’éthanol), a-t-elle souligné. « Il faut ajouter 1% pour l’électricité provenant de sources renouvelables. Restent à trouver 2,5% avec les agrocarburants avancés », a-t-elle plaidé.

Le développement des biocarburants issus de cultures alimentaires provoque une hausse des cours des céréales et est une cause de la déforestation. Selon la Banque Mondiale, les agrocarburants représentent entre 21% et un tiers des surfaces acquises dans les pays en développement.

Le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, a invité l’Europe et les Etats-Unis a « avoir le courage politique de les abandonner ».

 

Source photo : Flickr

Publié le
jeudi 18 avril 2013


Énergie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Énergie


Nos partenaires Énergie

Nos partenaires