Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Epic, un conte écolo sur vos écrans
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Epic, un conte écolo sur vos écrans

Qualité de vie

Publié le
vendredi 17 mai 2013 à 08:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Après L’Age de glace et Rio , les créateurs du studio américain Blue Sky (Fox) délaissent les sagas animalières pour un conte écolo et onirique, Epic , avec, pour enjeu, la préservation de la forêt.

Chris Wedge se lance cette fois dans un vrai plaidoyer pour la défense de la nature

En attendant Rio 2, en 2014, et un an après l’Age de glace 4, le réalisateur Chris Wedge a choisi pour héros de ce film d’animation, qui sort demain en salles, un personnage humain : la jeune Mary Kate.

Petite citadine américaine de 17 ans, elle se rend dans la maison de son père pour tenter de renouer avec ce chercheur excentrique, qui vit au milieu de la forêt. Il passe ses journées sur la trace de créatures minuscules qui peupleraient, selon lui, les environs. Excédée par les lubies de son père, Mary Kate va pourtant entrer en contact avec ces petits hommes-feuilles et les aider à sauver la forêt qui les abrite.

Déjà intéressé par le thème de l’évolution du milieu naturel et de la préservation des équilibres, Chris Wedge se lance cette fois dans un vrai plaidoyer pour la défense de la nature.

Moins échevelé que Ri o, plus complexe que L’Age de glace , Epic emprunte, volontairement ou non, à Arthur et les Minimoys . L’originalité du propos et des personnages y sont moindres que dans les précédentes productions de Blue Sky.

Pour autant, l’équipe a conservé la touche d’humour qui a fait le succès du studio et de son univers.

Une mention spéciale revient, notamment, au duo Mub et Grub, une limace et un escargot aux répliques savoureuses, ainsi qu’au chien Ozzy, borgne et amputé d’une patte.

Casting prestigieux

De manière générale, les dialogues sont soignés et servis par un casting prestigieux, avec notamment l’actrice française Mélanie Laurent pour doubler Mary Kate et le comédien belge Jérémie Renier pour lui donner la réplique dans le rôle de Nod, le jeune premier fougueux.

« C’était une libération », explique Mélanie Laurent, à qui l’on ne « propose jamais de personnages drôles » au cinéma. Fille d’un des poids lourds français du doublage, Pierre Laurent, connu notamment pour plusieurs personnages cultes de la série animée Les Simpsons (Ned Flanders, Apu), l’actrice possédait déjà elle-même une solide expérience de ce métier.

Pour Jérémie Renier en revanche, il s’agit d’une première. « Il y a quelque chose d’assez jouissif » dans le doublage de films d’animation, car « il n’y a pas de personnages comme ça » dans le cinéma classique, retient-il.

Le chanteur québécois Garou est également à l’affiche, dans la peau de la chenille facétieuse Nim Galuu.

Dans la version américaine, c’est la chanteuse à succès Beyoncé qui est en vedette et prête sa voix à la reine Tara, souveraine de ces mystérieux hommes-feuilles.

Outre l’humour, la mise en scène dynamique et inventive contribuent également à sauver la mise. Tout en n’oubliant jamais l’importance du rythme, le réalisateur sait faire preuve de finesse dans la conduite du récit.

A ce jour, toutes les productions majeures de Blue Sky, y compris Robots et Horton, ont été des succès au box-office. A elle seule, la saga L’Age de glace a permis d’engranger plusieurs milliards de dollars de recettes.

Texte AFP / Photo Allociné.fr

Publié le
vendredi 17 mai 2013


Qualité de vie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires