Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Dans les entrailles du MECO… 2/4
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Dans les entrailles du MECO… 2/4

Architecture & construction

Publié le
jeudi 12 mars 2015 à 07:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

En quatre parties, une présentation complète du bâtiment administratif de l’oeko-center et du mouvement écologique à LUXEMBOURG-PFAFFENTHAL réalisé par le bureau d’architecture et d’urbanisme STEINMETZDEMEYER.

L’intégration constructive des dispositifs techniques de ventilation, de chauffage (très limité) et d’éclairage artificiel, s’est avéré très complexe, mais essentiel pour le bon fonctionnement de l’ensemble

Aujourd’hui... LE CONCEPT ENERGETIQUE 

Afin d’atteindre le niveau de la classe A « bâtiment passif » pour immeubles fonctionnels, toute une série d’analyses et de décisions ont dû être prises au début des études du projet. 

Dispositions architecturales

Du point de vue des orientations le site, en fond de vallée, offre une fenêtre de lumière réduite et les constructions voisines imposent des alignements et limitent les échappées visuelles. L’agencement des fonctions dans le bâtiment suivant les orientations et ouvertures les plus favorables était un premier pas vers la meilleure efficacité dans la gestion de la lumière naturelle et de l’énergie qu’elle peut apporter. Ensuite le dimensionnement des ouvertures de fenêtres le mieux approprié aux différentes fonctions et situations de vue et de lumière, ont permis de générer une construction dont seuls 25% des surfaces de façade sont vitrées, sans pour autant ressentir des zones sombres à l’intérieur. La lumière du jour est visible en toute partie de circulation ou de séjour prolongé des personnes ! Les ouvertures s’adaptent aux fonctions qu’elles éclairent et sont positionnées pour cadrer au mieux les paysages qu’elles laissent entrer parfois très généreusement dans les différents espaces. 

Dispositions constructives

Les différentes parois et surfaces extérieures (façades, toitures, murs contre terre, dalles sur sol, …) ont été soigneusement étudiées pour apporter des réponses optimales du point de vue facteur d’isolation thermique et épaisseur des ouvrages. En effet le site des faubourgs historiques relativement enclavé imposait d’importantes limites de parcelle et en hauteur. La construction bois s’est imposée entre autres pour des questions de réduction des épaisseurs des ouvrages en vue du gain en surfaces nettes utiles qui en découlent. A partir de ces points critiques les assemblages des différentes couches des parois et entre les différentes parties constructives ont été soigneusement étudiées pour éviter tout pont thermique. L’étanchéité à l’air sans faille était un point essentiel pour la réussite de cette construction « passive ».  /

Aspects techniques 

L’intégration constructive des dispositifs techniques de ventilation, de chauffage (très limité) et d’éclairage artificiel, s’est avéré très complexe, mais essentiel pour le bon fonctionnement de l’ensemble. Le détail de ces installations et dispositifs est développé plus loin. 

Inertie thermique

En complément de tous ces dispositifs architecturaux, constructifs et techniques, et afin de réduire les besoins de ces derniers, la mise en place et la bonne exploitation d’une inertie thermique appropriée s’est avérée fondamentale. 

De plaques PCM « Phase Changing Material » en carton plâtre, comportant des capsules de résines qui passent de l’état solide à l’état liquide à 23° ou 26°C, permettent d’absorber les charges de chaleur excessives les jours d’été et de les réémettre la nuit par une ventilation forcée d’air frais extérieur. 

Copyright photo : Catherine Thiry et Steinmetzdemeyer

Publié le
jeudi 12 mars 2015


Architecture & construction
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires