Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Coup d’envoi de la campagne Care for ME !
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Coup d’envoi de la campagne "Care for ME !"

Qualité de vie

Publié le
mercredi 16 juillet 2014 à 06:45

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La campagne de plaidoyer "Care for ME !" de SOS Villages d’Enfants vient d’être lancée au Malawi. A cette occasion, un panel d’experts de la protection de l’enfance était réuni à Lilongwe. Stéphanie Wies de SOS Villages d’Enfants Monde et membre du comité de pilotage de cette campagne, a pris part à cette rencontre internationale au cours de laquelle a été présenté le premier rapport sur la prise en charge alternative dans huit pays d’Afrique subsaharienne, cinq ans après l’adoption des « lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants » par les Nations Unies.

Cinq ans après l’adoption des « lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants », force est de constater que de sérieux obstacles empêchent leur bonne mise en application

Démarrée en 2012, la campagne Care for ME ! a pour but de « booster la recherche au niveau national et de défendre dans le monde les droits des enfants privés de prise en charge parentale », explique Stéphanie Wies. Se réjouissant de cette première expérience sur le terrain dans le cadre de son travail de plaidoyer, elle rappelle l’importance de tels échanges pour faire un bilan de la campagne et en mesurer les progrès. Elle relève parmi les premiers succès, le cas du Bénin qui a déjà changé une de ses lois en faveur des enfants.

Prise en charge alternative des enfants 

Vingt ans après l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant, les Nations Unies ont adopté en 2009 les « lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants ». Cinq ans plus tard, force est de constater que les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes. Des évaluations menées dans huit pays africains sur la mise en œuvre de ces lignes directrices, montrent que de sérieux obstacles empêchent leur bonne mise en application. A titre d’exemple, au Malawi, la plupart des enfants orphelins ne bénéficient pas d’une prise en charge adaptée. Parmi eux, 6.000 vivent dans des orphelinats sans standards de qualité. Ils ne sont pas correctement enregistrés et contrôlés par le gouvernement.

Drumming together for change

Un premier rapport basé sur ces huit pays (Bénin, Gambie, Kenya, Malawi, Tanzanie, Togo, Zambie et Zimbabwe) vient de voir le jour grâce à un partenariat entre SOS Villages d’Enfants, l’Université du Malawi et le CELCIS (Centre d’excellence pour les enfants pris en charge en Ecosse/Université de Strathclyde). Drumming together for change pointe les manques en matière de services proposés pour prévenir la séparation des enfants et de leurs familles. Il expose les réelles difficultés à proposer une prise en charge alternative de qualité et à protéger les enfants de la violence. Au cœur du problème, des lacunes en matière de leadership, de ressources et d’informations. Au-delà des contextes particuliers, le rapport fait état d’un manque d’institutions reconnues, de données sur les structures et sur les enfants, de travail en amont pour prévenir l’abandon des enfants, de protection de l’enfant et de mesures adaptées aux besoins individuels de celui-ci. Parmi les recommandations, celles de voir les gouvernements jouer davantage un rôle de leadership, impliquer tous les acteurs concernés, et notamment des ONG, et écouter la voix des parents et des enfants. « C’est vraiment ensemble qu’on pourra initier un véritable changement pour les enfants », conclut Stéphanie Wies.

www.care-for-me.org / www.prendssoindemoi.org

Communiqué par SOS Village d’Enfants Monde

Publié le
mercredi 16 juillet 2014


Qualité de vie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires