Le Quotidien des enjeux du développement durable !

lundi 21 août 2017

Augmentation de la contribution de l'UE au déclassement sécurisé de la centrale nucléaire de Tchernobyl
facebook twitter linkedin scoopit

Augmentation de la contribution de l’UE au déclassement sécurisé de la centrale nucléaire de Tchernobyl
Energie

Publié le vendredi 29 avril 2016 à 02:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

Au 30ème anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, l’UE augmente sa contribution à la sûreté nucléaire 

Le massif de protection, qui devrait être achevé en 2017, empêchera les rejets de substances radioactives et contribuera à rendre le site écologiquement sûr et stable, ce qui est également important pour les pays limitrophes de l’Ukraine. 

Bruxelles, le 25 avril 2016 - La Commission européenne va engager autour de 20 millions d’euros aujourd’hui sur le compte "sûreté nucléaire" faisant partie des 45 millions d’euros attendus d’elle et du G7, en sus de l’aide existante. Ce fonds finance plus particulièrement le déclassement sécurisé des unités 1 à 3 de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

M. Neven Mimica, commissaire européen chargé de la coopération internationale et du développement, a déclaré à ce propos : " L’UE est en première ligne des efforts déployés par la communauté internationale pour remédier aux séquelles de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, démanteler la centrale nucléaire et assainir le site. L’engagement pris ce jour contribuera lui aussi à garantir l’aboutissement des projets. "

Le compte "sûreté nucléaire" , géré par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), finance la construction d’une installation de stockage du combustible nucléaire irradié généré par l’exploitation de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

Ce compte a été créé en 1993 pour financer des projets de sûreté nucléaire en Europe centrale et orientale. Aujourd’hui, il participe au financement du déclassement des trois dernières unités de Tchernobyl, dont la dernière a été fermée en 2000. Vingt-neuf pays et la Commission européenne y contribuent.

Le principal projet actuellement financé par le fond vise à la construction d’un site pour l’entreposage intermédiaire de combustible irradié (Interim Spent Fuel Storage Facility - ISF2), dont l’achèvement est prévu pour 2017. Ce site permettra de traiter et d’entreposer le combustible nucléaire irradié provenant des unités 1, 2 et 3 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, étape nécessaire du processus de déclassement de cette dernière.

La contribution de l’UE sera annoncée à l’occasion de la conférence pour les annonces de contributions au compte "sûreté nucléaire" qui se tient à Kiev, juste à la veille du 30ème anniversaire de l’accident nucléaire de Tchernobyl. Cette contribution vient s’ajouter à celles déjà versées au Fonds de protection de Tchernobyl en vue de la construction d’une nouvelle enceinte de confinement (massif de protection) et aux projets connexes visant à isoler et, in fine, déclasser l’unité accidentée en 1986. Le massif de protection, qui devrait être achevé en 2017, empêchera les rejets de substances radioactives et contribuera à rendre le site écologiquement sûr et stable, ce qui est également important pour les pays limitrophes de l’Ukraine. L’UE est le principal bailleur de fonds de ce projet auquel elle participe à hauteur de quelque 430 millions d’euros.

Rendre Tchernobyl sûr à nouveau

Après l’accident de Tchernobyl en 1986 et les changements politiques intervenus au début des années 90, la Commission européenne a lancé un vaste programme de sûreté nucléaire et a coopéré avec des partenaires internationaux pour améliorer la sûreté des centrales nucléaires des nouveaux États indépendants. Dans le cadre de ce programme, elle a financé un certain nombre de projets d’aide en faveur de Tchernobyl pour un montant total de 550 millions d’euros environ.

Outre ses contributions aux fonds internationaux (fonds de protection de Tchernobyl et compte "sûreté nucléaire"), la Commission a financé d’autres projets portant sur l’étude, l’évaluation et l’atténuation des conséquences de l’accident de Tchernobyl, ainsi que sur le traitement et le stockage des déchets radioactifs sur le site.

Elle a également contribué à des projets visant à faire face aux conséquences sociales et régionales de l’accident de Tchernobyl, à des projets de substitution à la suite de la fermeture de la centrale, ainsi qu’à des projets en faveur de la réforme du secteur de l’énergie en Ukraine.

Au total, elle a engagé à ce jour quelque 730 millions d’euros dans des projets en faveur de Tchernobyl :

- projets d’aide : 550 millions d’euros - dont 470 millions d’euros par le truchement de fonds internationaux et 80 millions directement mis en œuvre par la Commission européenne ;
- soutien à la production d’électricité : 65 millions d’euros ;
- projets sociaux : 15 millions d’euros ;
- projets de recherche : 100 millions d’euros.

Pour en savoir plus
Coopération en matière de sûreté nucléaire dans les pays tiers
Aperçu des actions et des projets de l’Union européenne en faveur de la zone de Tchernobyl

Communiqué par la Commission européenne

Publié le vendredi 29 avril 2016


Energie
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Energie


Nos partenaires Energie

Nos partenaires