Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Anticiper pour économiser, la clé de l’approche énergétique !
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Anticiper pour économiser, la clé de l’approche énergétique !

Architecture & construction

Publié le
lundi 29 juillet 2013 à 09:30

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Rénover une maison ou un immeuble pour répondre aux nouvelles réglementations du gouvernement, ou pour éviter des coûts énergétiques devenus trop voraces, c’est une chose. Devoir entamer de nouveaux travaux, un an ou deux à peine après avoir construit sa maison, c’en est une autre. Alors, pour éviter ces dernières déconvenues, et les surcoûts qui les accompagnent et ainsi bâtir ou rénover un bâtiment irréprochable aux yeux du gouvernement et rapidement rentable, une seule solution : l’anticipation !

Anticiper n’est pas qu’une question d’économies énergétiques ou financières, c’est aussi une meilleure garantie du maintien de la valeur du bien immobilier dans le temps

On le sait, le Grand-Duché de Luxembourg et son gouvernement veillent à ce que les nouvelles constructions, qu’elles soient privées ou publiques, répondent désormais à un niveau de consommation énergétique bas, voire nul. Si la demande est écologique et utile pour notre environnement, dans la pratique les choses sont moins évidentes. Comment être sûr de faire les bons choix et qui, du marchand spécialisé en matériaux de construction ou de son voisin qui s’y connaît quand même bien en maçonnerie, saura mieux nous conseiller quant à l’épaisseur de la couche d’isolant qu’il faut mettre à tel ou tel endroit ?
Ces exemples, sûrement plus courants qu’on ne pourrait le croire, sont autant de questions qui doivent se poser en amont pour ne pas avoir à entamer de nouveaux travaux de réajustement juste après avoir emménagé. Bref, avant de préparer le ciment et de chausser casques et lunettes de chantier, mieux vaut veiller à « bien penser son projet », comme le conseille Cédric Marthoz, ingénieur-conseil en énergétique et créateur d’Ureprom, un cabinet d’audit, conseils et technologies énergétiques. Avec son collègue Thomas Hausman, ingénieur-responsable technique, ce sont des spécialistes dans l’aide à la décision énergétique et dans cette approche anticipative.

Construire intelligent

Concrètement, anticiper la construction ou la rénovation d’un projet immobilier, c’est étudier l’enveloppe du futur bâtiment selon ses plans de construction, son contexte environnemental et climatique, ainsi que ses raisons d’être (habitation ou lieu de travail) et le quotidien de ses prochains occupants.
Après de savants calculs combinant toutes ces données, il est possible d’établir un rapport détaillé dont la conclusion propose un tableau comparatif présentant le projet à différents niveaux de performance énergétique. Ainsi, une fois toutes les cartes en main, les futurs promoteurs ou propriétaires peuvent prendre leurs décisions en toute connaissance de causes pour construire leur bâtiment. C’est là tout l’avantage de cette vulgarisation et de ce chiffrage précis. « Une fois toutes ces connaissances en tête, ils optent toujours pour une solution plus performante que celle initialement prévue », témoigne Cédric Marthoz, « car, même si, au final, cela dépasse le budget initial qu’ils s’étaient fixé, les gens comprennent que, en construisant au niveau le plus performant qu’il soit, leurs dépenses seront largement rentabilisées au bout de six à sept ans, voire même moins ».

Par ailleurs, contrairement à ce que beaucoup de personnes pourraient croire, anticiper n’est pas qu’une question d’économies sur la consommation, qu’elles soient énergétiques ou financières, c’est aussi une meilleure garantie du maintien de la valeur du bien immobilier dans le temps.
En effet, construire ou rénover sans cette anticipation, c’est aussi oublier qu’un jour, compte tenu de la vitesse à laquelle évolue la réglementation énergétique, l’investissement de départ (en construction ou en rénovation) ne sera pas valorisé à sa juste valeur lors d’une revente éventuelle, car déjà obsolète en terme de performance énergétique par rapport à la législation du moment (d’où une dévalorisation du bien et une perte financière).
« Aujourd’hui, malheureusement, les gens n’anticipent pas assez et se retrouvent, généralement, désagréablement surpris par la suite », confirme Cédric Marthoz.

Pas (encore ?) obligatoire, mais soutenue par des aides de l’Etat, cette étape d’anticipation, certes additionnelle, paraît indéniable pour s’assurer d’une construction intelligente. Elle permet de bénéficier de précieux conseils neutres et professionnels, d’éviter certaines déceptions et d’économiser des dépenses imprévues de rénovation.
Une approche encore plus justifiée dans le cadre d’une gestion d’un parc immobilier privé ou professionnel, quel que soit sa taille !

Photo : Thomas Hausman et Cédric Marthoz par Marlene Soares pour LG Magazine

Publié le
lundi 29 juillet 2013


Architecture & construction
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Architecture & construction


Nos partenaires Architecture & construction

Nos partenaires