Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
oiseaux, migration, ornithologie, recherche sur la migration et les lieux d’hivernage, groupe de travail du baguage, natur&ëmwelt, Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, oiseaux au Luxembourg, projet vidéo, Ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, bénévolat
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Video Projet „E staarkt Benevolat am Naturschutz“ – Beréngung

Green Planet

Publié le
mardi 28 juillet 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

« E staarkt Benevolat am Naturschutz » est un projet vidéo co-financé par le Ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable. Il s’agit de produire 15 courtes vidéos à partir d’enregistrements vidéo, d’informations graphiques et de bandes dessinées afin d’aborder différents sujets, à l’image d’un lexique. Dans chaque épisode, le travail et l’importance du bénévolat sont mis en évidence.

Vers 1900, les premiers chercheurs en oiseaux européens ont commencé à baguer les oiseaux avec des bagues en aluminium pour les distinguer individuellement. Au Luxembourg, Jean Morbach, fondateur de la Lëtzebuerger Vulleschutzliga (aujourd’hui natur&ëmwelt), l’a pratiqué pour la première fois dans les années 1930, avant que Raymond Peltzer d’Esch/Alzette a perfectionné cette activité avec la “pêche au filet” au début des années 1960.

On considère que c’est la naissance du groupe de travail du baguage, car à partir de ce moment, les oiseaux ont été systématiquement bagués et plus tard, les données ont été évaluées pour contribuer à la recherche sur la migration des oiseaux.

Depuis lors, il existe une étroite collaboration entre natur&ëmwelt et l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, qui met les bagues à la disposition de la Centrale Ornithologique qui est responsable du baguage des oiseaux au Luxembourg. Chaque année, environ 25.000 à 35.000 oiseaux sont bagués au Grand-Duché. Le groupe de travail qui s’en occupe est composé de 31 bagueurs (principalement des bénévoles) et 15 stagiaires.

Depuis la fin des années 1990, les progrès techniques ont permis d’équiper les oiseaux d’émetteurs satellites et de suivre ainsi leurs migrations au jour le jour. Cela a souvent conduit à de nouvelles découvertes. Ainsi, la Centrale ornithologique a par exemple pu contribuer à la recherche sur la migration et les lieux d’hivernage de la Cigogne noire et du Pipit spioncelle.

Plus d’informations : www.naturemwelt.lu

Publié le
mardi 28 juillet 2020


Article de notre partenaire

natur&ëmwelt
Green Planet
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires