Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
MDDI, mobilité, cyclabilité, mobilité douce, réseau cyclable national, intercommunal et transfrontalier
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Une étude de cyclabilité pour la Région Sud et le GECT Alzette Belval

Politique & Gouvernance

Publié le
lundi 24 septembre 2018 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Depuis des années, le gouvernement luxembourgeois exprime sa ferme volonté de promouvoir une mobilité active à travers un réseau cyclable national, intercommunal et transfrontalier.

Le développement d’un tel réseau cyclable fonctionnel implique donc une coopération étroite entre les communes concernées et l’État, afin d’identifier conjointement les besoins et d’assurer ainsi un le développement d’un réseau cyclable cohérent. C’est dans ce contexte que se situent également les travaux de la convention de coopération territoriale État-communes PRO-SUD.

François Bausch, dans sa fonction de président du GECT Alzette Belval, a souhaité étendre cette étude de cyclabilité aux huit communes françaises qui font parties du GECT, afin de favoriser le développement de la mobilité active sur le versant français et contribuer à la construction de l’Agglomération transfrontalière du Sud.

L’Administration des ponts et chaussées et la LVI – Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ ont également été associées à cette première phase du projet de l’étude de cyclabilité.

Durant le premier semestre 2018, le bureau néerlandais TRIDÉE, spécialisé dans la mobilité active, a travaillé sur la question d’une meilleure cyclabilité et a proposé un schéma fonctionnel. Cartographie à l’appui de l’analyse, il présente les résultats de cette étude qui porte sur une large sélection de routes de la Région Sud et du GECT Alzette Belval. Une interconnexion des réseaux cyclables luxembourgeois et français a également été prise en compte.

L’objectif principal de l’étude est d’offrir un réseau cyclable fonctionnel pour la Région Sud et l’AggloSud transfrontalière afin d’assurer des déplacements quotidiens efficaces et sûres aux personnes. L’objectif n’est en effet pas uniquement de créer des pistes récréatives, mais bien de favoriser la pratique de la mobilité active dans le cadre des déplacements quotidiens domicile-travail. Encore faut-il que le réseau routier soit aménagé de manière à en faciliter l’accès aux cyclistes, même débutants. L’intérêt d‘une telle étude est donc aussi d‘évaluer l‘état des voiries et d’améliorer la sécurité du réseau communal.

Communiqué par le ministère du Développement durable et des Infrastructures / Département de l’aménagement du territoire

Publié le
lundi 24 septembre 2018


Politique & Gouvernance
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires