Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
efforts, solidarité, droits humains, SOS Villages d'enfants monde, rapport annuel 2020, objectifs de développement durable, protection de l'enfant, camps de déplacés , protection, éducation, sensibilisation, quatrième Accord-Cadre avec le MAEE, pandémie
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Une année sous le signe de la solidarité

Droits humains & solidarité

Publié le
lundi 24 mai 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Après une année difficile pour tous, le rapport annuel 2020 de SOS Villages d’Enfants Monde met un peu de baume au cœur.

Au Luxembourg, la solidarité pour les enfants du monde n’a pas failli et a permis à l’association de maintenir ses programmes. La présentation du rapport lors de l’Assemblée Générale (le 18 mai, en visioconférence) a donné l’occasion à la Présidente Anouk Agnes et à la Directrice Sophie Glesener de remercier donateurs et partenaires, marraines et parrains, amis et bénévoles. À côté de la crise du Covid-19, les urgences de 2021 et la préparation du quatrième Accord-Cadre avec le MAEE étaient à l’ordre du jour de cette Assemblée Générale qui a élu deux nouveaux membres au Conseil d’Administration, Isabelle Lentz et Pierre Thein.

+2,7% de dons privés

Contrôlés par le réviseur d’entreprises indépendant Horus Audit & Associés S.à r.l., les comptes annuels ont été approuvés par l’Assemblée Générale. En 2020, SOS Villages d’Enfants Monde a recueilli 5.569.392 euros de fonds publics et privés. Une somme qui comprend les apports du MAEE (1,90 million d’euros de fonds en gestion), de l’Institut BEI, de communes et de fondations ; les contributions des parrains (1,52 million d’euros) via 4.060 parrainages d’enfants et de Villages d’Enfants SOS dans 107 pays et celles des donateurs et partenaires privés (+2,7% par rapport à 2019). L’association a pu compter sur 237 sociétés, 48 organisations, 21 institutions publiques et 4 fondations.

24 projets pour plus de 48.000 bénéficiaires

Dans 15 pays, SOS Villages d’Enfants Monde a accompagné plus de 29.100 enfants et adolescents, 17.100 adultes et 2.100 familles, à travers 24 projets dont certains à dimension sociale et environnementale (Cap-Vert, Madagascar, Maroc, Russie). En Italie, face à la situation sanitaire alarmante, elle a appuyé, avec l’Institut BEI, le projet de santé mentale pour enfants et familles de SOS Villages d’Enfants Italie. Partout ailleurs, elle a renforcé ses partenaires locaux dans leur réponse à la crise et dans la poursuite de leurs activités.

Covid-19 : impacts dramatiques pour les déplacés

Sur le terrain de l’urgence, l’association a été engagée en Afrique subsaharienne (Mozambique, République centrafricaine, Tchad) et au Moyen-Orient (Irak, Liban) pour protéger les enfants, leur proposer une éducation et un soutien psychosocial et répondre aux besoins pressants des familles confrontées de surcroît à la crise du Covid-19 (appuis alimentaires et sanitaires). La situation a été particulièrement difficile dans les camps de déplacés au nord de l’Irak où l’association a malgré tout clôturé fin 2020 un programme de résilience pour 1.400 jeunes et au sud du Tchad où elle a finalisé un programme de protection et d’éducation pour des milliers d’enfants réfugiés centrafricains et d’enfants tchadiens.

En Afrique de l’Ouest, 70.000 personnes sensibilisées aux gestes barrières

Dans le cadre de son accord de coopération 2017-2021 avec le MAEE, SOS Villages d’Enfants Monde a géré avec son partenaire SOS en Ouzbékistan un programme de renforcement du système de protection de l’enfant. En Afrique de l’Ouest (Guinée, Mali, Niger, Sénégal), elle a accompagné ses partenaires dans leur riposte commune à la crise du Covid-19 pour épauler les bénéficiaires des 12 programmes de développement (PACOPE) et leurs communautés. 1.377 familles ont été dotées de kits alimentaires, 2.247 familles ont reçu des kits d’hygiène et plus de 70.000 enfants et adultes ont été sensibilisés aux gestes barrières et à la protection de l’enfant en temps de pandémie… À noter aussi que 140 familles, victimes des inondations au Mali, au Niger et au Sénégal, ont été aidées.

Ce bilan 2020 positif incite pourtant à penser le futur car dans de nombreuses régions du monde, les répercussions de la crise seront longues et complexes, souvent conjuguées à d’autres crises. Il faudra donc redoubler d’efforts pour que la solidarité ne faiblisse pas en un temps où, pour beaucoup, les choses se sont compliquées comme l’ont rappelé Anouk Agnes et Sophie Glesener.

Le rapport annuel 2020 (bilingue français/anglais) de SOS Villages d’Enfants Monde peut être téléchargé sur www.sosve.lu

Légende photo : Des enfants rohingyas dans un camp de réfugiés au Bangladesh © Alea Horst

/

Publié le
lundi 24 mai 2021


Article de notre partenaire

SOS Villages d'Enfants Monde
Droits humains & solidarité
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Droits humains & solidarité


Nos partenaires Droits humains & solidarité

Nos partenaires