Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Un Campus Santé pour Esch
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un Campus Santé pour Esch

Santé-Environnement

Publié le
lundi 14 mars 2022 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un écosystème attractif en partenariat public-privé : entre la House of BioHealth, le futur Südspidol du CHEM et la Cité des sciences de Belval, le « Health And Lifescience Innovation (HE:AL) Campus » veut rapprocher recherche, innovation, monde médical et business.

L’inspiration est allemande et l’ambition est globale pour le pays : le ministre de l’Économie, Franz Fayot, a lancé officiellement et concrètement un campus dédié aux technologies de la santé. Le projet est un PPP (partenariat public-privé), porté par la société Innovation Cluster, représentée par ses administrateurs Jean-Paul Scheuren et Romain Poulles, qui bénéficiera de la concession d’un droit de superficie du Syndicat intercommunal pour la création, l’aménagement, la promotion et l’exploitation de zones d’activités économiques à caractère régional à Ehlerange (ZARE).

Ce « Campus Santé » a déjà un nom : « Health And Lifescience Innovation (HE:AL) Campus ». Et une implantation programmée : sur une surface de quelque 2,4 hectares, « A Sommet », entre la House of BioHealth (HoBH), le futur Südspidol du Centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) et la Cité des sciences de Belval. De quoi favoriser un rapprochement entre la recherche, l’innovation et le monde médical au sein d’un véritable écosystème des technologies de la santé.

Pour le ministère, et pour les promoteurs privés aussi, il s’agit d’attirer des entreprises actives dans les dispositifs médicaux, le diagnostic in vitro, les outils de santé digitale, les activités de R&D, de production, de conseil ou de services. « En répondant aux besoins structurels et en infrastructures d’entreprises relevant de ces secteurs et souhaitant s’établir au Luxembourg, le site contribuera au développement de piliers technologiques indispensables pour l’implémentation d’une médecine personnalisée, centrée sur l’utilisation des données de santé, grâce à l’intelligence artificielle », précise le communiqué officiel.

Ambitions de développement

Ce secteur des bio-technologies et technologies de la santé a déjà son poids au Luxembourg : 136 entreprises pour près de 1.900 emplois, dont 80% dans des PME de moins de 10 salariés. Et ce secteur, mis en valeur dans la stratégie de diversification de l’économie nationale, a de l’ambition et des perspectives, notamment dans la numérisation des techniques et du parcours médical du patient.
/
Le HE:AL Campus pourrait démarrer dès 2024, en mode « phygital » - pour allier le monde physique au digital. En présentant le projet, Franz Fayot évoque le succès avéré de la House of BioHealth : « Le futur Campus complètera les infrastructures d’accueil et d’hébergement existantes dans ce domaine et contribuera ainsi davantage au développement du secteur des sciences et technologies de la santé au Luxembourg qui a connu un grand essor ces dernières années. Le ministère de l’Économie a joué pleinement son rôle de facilitateur entre les investisseurs privés et le ZARE, dont je remercie les responsables pour leur engagement et leur vision entrepreneuriale dans la réalisation de ce projet d’avenir prometteur. »

Pour sa présidente, Simone Asselborn-Bintz, « le syndicat intercommunal ZARE est fier de pouvoir collaborer à nouveau au succès d‘un projet d‘envergure pour le secteur des technologies de la santé qui va certainement contribuer à la diversification économique sur le plan national. »
/
Au nom d’Innovation Cluster, Jean-Paul Scheuren, s’est dit « convaincu que ce PPP sera la clé du succès du HE:AL Campus – chaque partie apportant ses points forts dans le partenariat. HE:AL Campus est un projet hautement ambitieux, mais le Luxembourg a toutes les cartes en main pour devenir un acteur clé de l’innovation dans les sciences de la vie aussi bien au niveau scientifique, qu’aux niveaux économique et démocratique. »

L’exemple allemand

L’annonce officielle s’est faite en Allemagne, au cœur de l’écosystème de la santé digitale en Bavière. Le ministre Fayot et la délégation luxembourgeoise y ont notamment visité le Siemens Healthineers Experience Centre, son QG à Erlangen, son site de fabrication d’équipement médicaux à Forccheim, qui abrite aussi un centre de démonstration où sont exposés une cinquantaine de produits et services axés autour de l’imagerie médicale, du diagnostic, des thérapies innovantes…
/
Les échanges ont aussi tourné, bien sûr, sur les pistes de collaboration. Et la suite de la « tournée » bavaroise a permis d’aller plus loin, en se rapprochant du cluster Medical Valley.

L’association Medical Valley European Metropolitan Region Nuremberg (EMN) est un écosystème d’innovation de premier plan au niveau international dans le domaine de la gestion des soins de santé, comptant environ 240 membres, issus du monde de l’entreprise, de la science, de la santé, de la politique, et qui collabore étroitement avec des institutions de recherche de renommée mondiale.
/
Un accord de collaboration a pu être signé entre le ministère de l’Économie, Medical Valley et la société dmac GmbH : il s’agit « d’identifier dans une première phase les besoins spécifiques en matière d’accès au marché pour les entreprises actives dans les applications digitales de santé qui souhaitent accéder aux marchés luxembourgeois et européens avec des produits en phase pré-commerciale, afin d’en faire un facteur d’attractivité pour le HE:AL Campus ».

Alain Ducat

Photos et illustrations : MECO / © InnovationCluster

Publié le
lundi 14 mars 2022


Santé-Environnement
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Santé-Environnement


Nos partenaires Santé-Environnement

Nos partenaires