Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Ateliers du Tricentenaire, innovation, travailler en réseau, améliorer ses pratiques, ateliers protégés, mettre en avant la personne, chocolat Fairtrade et bio, situation de handicap, ateliers d’inclusion professionnelle, bientraitance, qualité de vie des personnes en situation de handicap
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Travailler en réseau pour améliorer ses pratiques

Économie sociale et solidaire

Publié le
jeudi 13 août 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Depuis plus de 20 ans, l’asbl Tricentenaire asbl a rejoint le réseau européen ARFIE, reconnu ONG en 1993. Ce dernier réunit une quarantaine de partenaires, en majorité des organismes gestionnaires de service, mais aussi des universitaires. Cette interaction entre connaissances théoriques et expertise pratique s’avère précieuse lorsqu’on aborde des sujets liés à la qualité de vie des personnes en situation de handicap, à la formation des personnes qui les encadrent, ou encore à la gouvernance dans le secteur de l’économie sociale et solidaire.

ARFIE a pour objectif d’améliorer l’accompagnement social, l’insertion sur le marché du travail et l’autonomie des personnes en situation de handicap en leur permettant de rester actrices de leur propre vie et en considérant que leur intégration bénéficie à tous, ainsi que d’innover en matière de formation des accompagnants.

Comment ? À travers le travail en réseau qui permet de mettre en commun des contenus, de partager les bonnes pratiques, d’enrichir les compétences et de donner du sens au travail quotidien des professionnels mais, surtout, de (re)placer l’usager au cœur de la démarche. Il s’agit de trouver les réponses pertinentes aux besoins et de soulever de nouvelles questions. Bref, de concrétiser l’échange de bonnes pratiques.

« Comparer les législations et le fonctionnement des structures dans différents pays européens nous a permis d’ajuster nos pratiques et d’aller beaucoup plus loin. Par exemple, cela fait longtemps que nos partenaires espagnols, italiens, suisses ou encore français sont sortis de l’assistanat dans les ateliers protégés. Ils sont beaucoup plus ouverts à un marketing traditionnel, ce dont nous nous sommes inspirés en mettant en avant la personne, ses compétences, son métier et la qualité du produit plutôt que le handicap. Nous ne sommes plus dans une optique ‘achetez nos chocolats parce qu’on a mis au travail des personnes en situation de handicap’, mais ‘achetez nos chocolats parce qu’ils sont bons, Fairtrade et bio » ; cette approche est beaucoup plus valorisante pour les salariés en situation de handicap employés dans les ateliers d’inclusion professionnelle, souligne Christophe Lesuisse, administrateur délégué du Tricentenaire. Dans notre entreprise de l’économie sociale et solidaire, ils ont d’ailleurs participé activement à ce changement de paradigme.

Chaque membre du réseau est prêt à investir du temps pour recevoir des délégations d’autres pays, composées de dirigeants de structures d’accueil, de professionnels actifs sur le terrain et d’usagers, dans le cadre de projets financés par l’Union européenne dont le Tricentenaire a d’ailleurs obtenu plusieurs fois la coordination.

Parmi ces projets européens ERASMUS+ accordés par l’agence nationale ANEFORE, le groupe a notamment participé à COMCADES qui, face à l’émergence des reconversions de personnes issues du secteur marchand vers le secteur non marchand, étudiait les compétences spécifiques aux cadres du secteur social et à BENE qui s’intéressait à la représentation de la bientraitance versus qualité de vie des personnes en situation de handicap, de leurs familles et des professionnels de l’accompagnement dans 6 pays européens. « Ce projet a permis une grande avancée dans notre façon de fonctionner : c’est désormais le projet de vie de la personne en situation de handicap qui est au centre des préoccupations, et non plus la personne elle-même, qui devient experte au même titre que les autres intervenants », explique-t-il. Chaque projet a donné lieu à la publication de cahiers extrêmement étoffés, disponibles en français et en anglais.

« Ce réseau constitue une mine d’informations où aller chercher des idées, des modèles qui fonctionnent ailleurs et pourraient être implémentés ici. Innover n’est pas réinventer la roue mais bien transposer ce qui marche dans un autre contexte. Ce qui serait intéressant, c’est que les services étatiques avec lesquels nous travaillons utilisent davantage ce type de réseaux », résume-t-il.

Mélanie Trélat
pour les Ateliers du Tricentenaire, partenaire Infogreen
Photo Fanny Krackenberger / Légende photo : Christophe Lesuisse

Article tiré du dossier du mois « Solidaire. Sociale. Sociétale »

Publié le
jeudi 13 août 2020


Article de notre partenaire

Ateliers du Tricentenaire - Société coopérative
Économie sociale et solidaire
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Économie sociale et solidaire


Nos partenaires Économie sociale et solidaire

Nos partenaires