Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
CORDIS, UE, dioxyde de carbone (CO2) stocké, océan, réchauffement climatique, environnement, impact, fuites, fonds marins, écosystèmes marins, fuite de CO2
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un outil efficace contre le réchauffement climatique ?

Green Planet

Publié le
mercredi 3 juillet 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le dioxyde de carbone (CO2) stocké sous le plancher océanique peut-il être détecté en cas de fuite ? Et qu’est-ce que cela signifie pour l’environnement ? Une étude financée par l’UE s’efforce de répondre à ces questions.

Les scientifiques développent de nouvelles stratégies pour contrôler la hausse de la température du globe. Le captage et le stockage du carbone (CSC) est l’une des méthodes utilisées pour empêcher le CO2 de pénétrer dans l’atmosphère. Avec cette technologie, le CO2 rejeté par les centrales électriques et les processus industriels est capturé, transporté puis stocké à plusieurs kilomètres sous terre dans des puits de pétrole et de gaz épuisés ou des aquifères salins profonds. La question demeure cependant : Une fois sous terre, le CO2 restera-t-il sous terre ? Et dans quelle mesure le CSC est-il une méthode sûre pour l’environnement ?

Voilà quelques-unes des questions auxquelles les projets STEMM-CCS, ECO2 et EUROFLEETS, financés par l’UE, ont tenté de répondre. Les chercheurs ont mené une expérience de libération contrôlée de CO2 sur le site de stockage de CO2 de Sleipner, dans le secteur norvégien de la mer du Nord. Leur objectif consistait à déterminer l’efficacité de la détection d’une fuite de puits de CO2 dans la mer et les conséquences d’une telle fuite pour l’environnement. Leurs conclusions ont été publiées dans le « International Journal of Greenhouse Gas Control ».

Au cours de l’étude, qui a simulé la fuite de CO2 dans des puits abandonnés, le gaz a été rejeté au fond de la mer à une profondeur de 82 m. Au total, 40 kg de CO2 ont été rejetés dans l’eau en un peu moins de 12 heures. Cela correspond à un taux de fuite annuel de 31 t par an, ce qui se situe dans la fourchette supérieure des flux de méthane constatés dans les puits abandonnés.

Les effets d’une fuite de CO2

Les données ont montré que les bulles de CO2 se dissolvaient complètement aux abords des fonds marins. Bien que cela ait abaissé le pH de l’eau de mer environnante, la rendant plus acide et, par conséquent, entrainant des dommages aux organismes qui la peuple, les scientifiques ont estimé que les effets nocifs étaient limités. Le CO2 dissous est rapidement dispersé par les forts courants de fond, et seuls les écosystèmes locaux à proximité immédiate du puits sont affectés. Les fuites à travers les puits n’ont donc « pas d’effets préjudiciables à grande échelle sur l’écosystème de la mer du Nord  », selon le Dr Klaus Wallmann, co-auteur, du Centre de recherche océanographique GEOMAR Helmholtz à Kiel, coordinateur du projet ECO2. « Nous concluons donc provisoirement qu’il est possible de stocker le CO2 en toute sécurité dans des formations géologiques sous-marines si le site de stockage est situé dans une zone comportant un petit nombre de puits qui fuient », a déclaré le Dr Wallmann dans un article publié sur le site Web « ScienceDaily ».

STEMM-CCS (Strategies for Environmental Monitoring of Marine Carbon Capture and Storage) conduit une deuxième expérience de rejets dans la mer du Nord en mai. Le projet élaborera des techniques de détection et de surveillance pour détecter les fuites et déclencher des études consécutives sur leur impact environnemental, le cas échéant. Minimisant les inquiétudes concernant les effets sur la vie marine, le chercheur principal, Douglas Connelly, du Natural Environment Research Council du Royaume-Uni, a déclaré que les fuites sont « très peu probables ». « Par exemple, il n’y a eu aucun impact ni aucune fuite mesurable sur le stockage de CO2 dans le réservoir de Sleipner », a expliqué Douglas Connelly dans un entretien publié sur le site Web « Science|Business » au début du mois. « L’utilisation de gisements de pétrole et de gaz épuisés offre davantage de sécurité pour le stockage, car ils sont bien étudiés : nous connaissons leurs capacités et la surface des fonds marins qui les recouvre ».

EUROFLEETS (VERS UNE ALLIANCE DES FLOTTES DE RECHERCHE EUROPÉENNES) et ECO2 (Stockage de CO2 dans les fonds marins : Impact sur les écosystèmes marins (ECO2)) se sont respectivement terminés en 2013 et 2015.

Pour plus d’informations, veuillez consulter :

Site web du projet STEM-CCS
Site web du projet ECO2
Source : CORDIS
Photo : © K.Chuansakul, Shutterstock

Publié le
mercredi 3 juillet 2019


Green Planet
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires