Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Copernicus, données météoroliques, incendies, environnement, développement durable, composition atmosphérique, scientifiques du CAMS, feux de forêt, conditions exceptionnellement chaudes et sèches, réchauffement climatique, cercle arctique
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Signaux forts de reprise de feux dans l’Arctique

Green Planet

Publié le
vendredi 29 mai 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Les scientifiques du Service pour la surveillance de l’atmosphère de Copernicus se préparent à une intense activité des incendies dans l’Arctique après un printemps exceptionnellement chaud et voient des signaux de sources d’anomalies thermiques sur les images satellite.

Alors que la saison des feux de forêt boréale commence dans l’hémisphère nord, les scientifiques du Service pour la surveillance atmosphérique de Copernicus (CAMS) surveillent l’activité dans le cercle arctique depuis que les satellites commencent à détecter des feux actifs. Le CAMS et d’autres scientifiques envisagent la possibilité d’incendies zombies dans l’Arctique, bien que cette hypothèse n’ait pas été confirmée pour le moment, étant donné l’absence de mesures au sol. Mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) au nom de la Commission européenne, le CAMS surveille en permanence l’intensité et les émissions des incendies dans le monde entier.

Après les incendies sans précédent de l’année dernière dans certaines régions de l’hémisphère nord, les scientifiques du CAMS ont fait une première observation des feux de forêt du cercle arctique pour 2020 avec les données du Système mondial d’assimilation des feux (GFAS), qui utilise les observations des capteurs satellitaires pour fournir des estimations quotidiennes des émissions et des informations sur l’intensité des feux qui sont ensuite comparées aux moyennes précédentes pour construire une image à plus long terme. Ils ont observé une activité de feu assez typique pour la région, qui devrait augmenter dans les prochaines semaines à mesure que la saison avance, selon les estimations basées sur la climatologie de 2003 à 2019.

/

La puissance radiative du feu - une mesure de la chaleur dégagée par les feux de forêt dans le cercle arctique, illustrée par le début de la saison des feux boréaux (en rouge) et la moyenne 2003-2019 (en gris). © ECMWF Copernicus Atmosphere Monitoring Service (CAMS).

Les risques d’incendies peuvent être aggravés par des conditions exceptionnellement chaudes et sèches, et des températures record ont déjà été enregistrées en Europe en mars et avril de cette année. Le service frère du CEPMMT Copernicus, le Service Copernicus pour le changement climatique (C3S), a signalé que les températures d’avril 2020 étaient supérieures à la moyenne dans le nord et le centre côtier du Groenland ainsi que dans une grande partie de la Sibérie.

« Nous savons, grâce aux données climatiques fournies par C3S, que les régions du cercle arctique les plus touchées par les incendies en 2019 connaissaient des conditions de surface plus chaudes et plus sèches, offrant un environnement idéal pour que les incendies brûlent et persistent », explique Mark Parrington, directeur scientifique au CAMS et expert des feux de forêt.

Les signaux indiquant que des feux zombies ont pu se rallumer dans le cercle arctique sont préoccupants, car les incendies de l’année dernière dans la région étaient sans précédent, émettant à eux seuls environ 50 mégatonnes de dioxyde de carbone en juin 2019 - l’équivalent des émissions annuelles totales de la Suède.

Mark Parrington poursuit : « Nous avons vu des feux actifs sur les images satellite qui laissent penser que des feux zombies pourraient avoir repris, mais cela n’a pas été confirmé par des mesures au sol. Les anomalies sont assez répandues dans les zones qui ont brûlé l’été dernier. Si tel est le cas, dans certaines conditions environnementales, nous pourrions observer un effet cumulatif de la saison des feux de l’année dernière dans l’Arctique, qui se répercutera sur la saison à venir et pourrait entraîner à nouveau des feux de grande ampleur et de longue durée dans la même région ».

Les scientifiques du CAMS ont déjà enregistré des feux de forêts actifs dans d’autres régions du monde pendant la saison des feux tropicaux, qui vient de s’achever. Ils ont observé que les émissions pour la région des Caraïbes, y compris des pays tels que le Belize, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua, le Panama et la péninsule du Yucatan au Mexique, étaient bien supérieures à la moyenne de 2003 à 2019. De même, l’intensité des incendies, connue sous le nom de puissance radiative des incendies (FRP), était également bien supérieure à la moyenne 2003-2019 dans ces pays.

/

Le pouvoir radiatif du feu - une mesure de la chaleur dégagée par les feux de forêt montrée pendant la saison des feux tropicaux (rouge) et la moyenne 2003-2019 (gris). © ECMWF Copernicus Atmosphere Monitoring Service (CAMS)

En revanche, les émissions et l’intensité des incendies en Asie du Sud-Est, notamment au Cambodge, au Laos, en Malaisie et au Myanmar, étaient plus proches de la moyenne, la Thaïlande et le Vietnam enregistrant des résultats inférieurs à la moyenne.

L’Indonésie a été particulièrement touchée par les incendies de forêt, avec l’un des incidents les plus intenses depuis près de 20 ans. Les scientifiques du CAMS ont estimé que les incendies indonésiens qui ont débuté en août 2019 et se sont terminés seulement trois mois plus tard, ont rejeté au moins 708 mégatonnes de CO2. Des conditions plus sèches que la moyenne, combinées à la combustion de tourbières riches en carbone, seraient la cause principale de ces feux intenses. Les scientifiques du CAMS ont estimé que l’intensité totale quotidienne des incendies était supérieure à la moyenne des 16 dernières années. La brume toxique qui en résulte a non seulement eu un effet néfaste sur la population locale, mais a également causé des dommages durables aux forêts naturelles et à la faune.

Mark Parrington commente : « Nous avons également surveillé de près les émissions et l’intensité des incendies dans les régions tropicales et si certaines régions étaient légèrement au-dessus de la moyenne, d’autres ont été légèrement réduites. Cela montre que, même si certaines régions sont plus exposées à un risque d’incendie plus important dans des conditions plus chaudes et plus sèches, il n’est jamais facile de se faire une idée précise de la situation. Notre travail consiste à surveiller de très près ces incendies, tant du point de vue des émissions que de l’intensité, afin que de pouvoir constituer une représentation à plus long terme pour comprendre leur impact sur la composition atmosphérique et informer les décideurs politiques et les organisations qui envisagent des mesures d’atténuation ».

Plus d’informations sur la saison des feux tropicaux à ce lien :
https://atmosphere.copernicus.eu/tr...

Publié le
vendredi 29 mai 2020


Green Planet
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires