Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Etika, produit financier social et écologique, agriculture durable, agriculture biologique, consommateurs d’aliments, produits saisonniers, régionaux, biologiques et équitables, pollution, environnement, IBLA, plan d’action biologique, gouvernement, transition
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Retour à l’agriculture durable

Green Planet

Publié le
mardi 6 juillet 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Etika a été fondée en 1996. Elle souhaitait développer un produit financier social et écologique répondant aux besoins des projets qui avaient des difficultés à obtenir des prêts auprès des banques conventionnelles. 55 projets faisant du bien à la planète ont déjà pu être soutenus au Luxembourg.

Au milieu du 20e siècle, les exploitations dites « conventionnelles » et « biologiques » au Luxembourg étaient, pour la plupart familiales, et pratiquaient encore toutes une agriculture durable. Cependant, la modernisation du charroi agricole a entraîné l’arrivée de combustibles fossiles. L’utilisation de machines a été progressivement suivie par une utilisation croissante de produits chimiques, engrais, pesticides et fongicides.

Puis sont venues les subventions européennes qui ont créé une pression pour la croissance. Les augmentations de productivité sont devenues importantes pour obtenir les prix les plus bas possibles. Ce résultat ne pouvait être atteint que par l’utilisation accrue de machines et de produits chimiques.

En 1979, Jos Schanck, de Hupperdange, est le premier à quitter le système. Dans les années 1980 et 1990, des dizaines d’autres ont suivi cet exemple. Ils ont commencé à cultiver selon les principes de l’agriculture biologique, c’est-à-dire sans produits chimiques. Aujourd’hui, on compte 146 exploitations, qui cultivent 5 % de la surface agricole du Luxembourg.
/

De nombreux projets soutenus

Au cours des 25 dernières années, environ 55 projets du secteur ont reçu un soutien financier par le biais du mécanisme alternatif d’épargne et de crédit avec la Spuerkeess : 19 fermes biologiques (dont 1 projet de réinsertion), 20 magasins proposant des produits biologiques, 7 entreprises de transformation, 4 restaurants, 3 associations et 1 entreprise de service agricole. Plusieurs d’entre eux ont été accompagnés au cours du temps avec plusieurs crédits, toujours avec une bonification des taux due à leur plus-value écologique.

En tant que consommateurs d’aliments, pouvons-nous contribuer à atténuer la crise du climat et de la biodiversité ? Oui, si non seulement nous mangeons moins de viande, mais aussi si nous achetons davantage de produits saisonniers, régionaux, biologiques et équitables. De préférence directement auprès de l’agriculteur, par exemple dans le cadre de l’agriculture solidaire.

Les fournisseurs de produits agricoles - qu’ils soient conventionnels ou biologiques - sont unis par le désir d’un revenu décent. Ils doivent donc lutter ensemble pour des prix justes et plus élevés. Parce que les agriculteurs biologiques sont soumis aux mêmes contraintes du marché. En particulier dans la production d’œufs et de viande. En fin de compte, il faudrait aider les agriculteurs conventionnels, en particulier à évaluer les effets de leur passage à la norme biologique. Les prix de leurs produits augmenteraient, mais il s’agirait des prix réels.

Les consommateurs devraient soutenir le tournant agricole en donnant la préférence aux produits régionaux et saisonniers, et également augmenter la part des produits issus du commerce équitable. Cependant, un changement de consommation implique bien plus.

L’importation de ces matières premières et produits en provenance de l’extérieur de l’UE doit être fortement réduite, car leur culture, leur extraction et leur production détruisent des habitats naturels précieux, polluent l’eau et le sol et consomment d’importantes ressources en eau. Les politiciens, les fournisseurs et les consommateurs ont un devoir à cet égard.

Ce sont des objectifs ambitieux, mais nous devons suivre cette voie. Il y a des défis psychologiques et financiers. Deux acteurs de la société civile peuvent être soutenus ici : IBLA et Etika.

Un an après la mise en place du « plan d’action biologique » par le gouvernement luxembourgeois, seuls quelques exploitants ont opté pour une telle reconversion. L’IBLA pourrait être une institution pour développer ce processus en accord avec les agriculteurs. Mais il y a des craintes d’acceptation et de survie. Et c’est un processus à long terme : pendant au moins trois ans, il y a des risques de pertes de revenus pendant la reconversion.

La transition doit être un processus participatif. Il faut beaucoup plus de conseillers du Ministère ou des institutions comme l’IBLA afin de commencer une vraie campagne professionnelle d’informations, de formations, de conseils et de recherches.

Etika a donc besoin d’un acteur de la société civile pour la soutenir dans cette tâche.

Ekkehardt Schmidt (Etika), avec Sébastien Yernaux pour Infogreen

Article tiré du dossier du mois « De la Terre à la terre »

Publié le
mardi 6 juillet 2021


Green Planet
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires