Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
ADA, Appui au Développement Autonome, droits huamins, solidarité, Lutter contre le chômage des jeunes, résilience, Luxembourg Microfinance and Development Fund, microfinance (IMF), objectis de développement durable
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Renforcer l’autonomie entrepreneuriale

RSE

Publié le
lundi 2 août 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

ADA est une ONG luxembourgeoise qui joue un rôle de premier plan dans le secteur de la finance inclusive au niveau international. Depuis 1994, elle travaille au développement de services de microfinance en faveur des populations exclues des circuits bancaires classiques. Son action vise à renforcer l’autonomie et les capacités d’institutions de microfinance (IMF), des associations professionnelles et des réseaux. Rencontre avec Axel de Ville, Conseiller à la direction.

/

« Notre ADN est dans notre acronyme Appui au Développement Autonome. Nous ne cherchons pas à réaliser les projets à la place des autres, mais plutôt à offrir un élément déclencheur. Nous essayons de contribuer à améliorer les conditions de vie des populations pauvres, tout en apportant une certaine autonomie. Si une personne arrive à s’en sortir dans son projet, avec un minimum d’aide, elle va prendre confiance en ses capacités et quitter progressivement sa situation de précarité. »

Une évolution positive constante. « Je suis assez satisfait du lien que nous avons pu créer entre le secteur financier et la lutte contre la pauvreté. Au départ, ce sont des concepts antinomiques. Mais notre travail a pu démontrer le contraire. On a pu convaincre de nombreux décideurs grâce à des petits projets qui ont porté leurs fruits. Même si nous sommes une petite ONG, nous sommes précurseurs dans l’Impact Investing. Il y a 20 ans, quand des ONG effectuaient les démarches pour garantir des prêts d’une centaine d’euros à des personnes sans revenus, c’était presque utopique ! Aujourd’hui, il y a une réelle évolution. Nous sommes partis d’un programme subsidié de 400.000 euros. Aujourd’hui, il existe un fonds, le Luxembourg Microfinance and Development Fund (LMDF), qui pèse 40 millions d’euros. »

ADA conseille ce fonds pour le soutien d ’institutions de microfinance (IMF) à forte mission sociale. Au 31 décembre 2020, 51 IMF ont été conseillées par ADA et financées par ce fonds dans 24 pays. 55 721 micro-entrepreneurs ont directement été atteints, dont 72% de femmes. Le prêt moyen est de 1 338 euros.

Les jeunes, l’économie de demain

ADA soutient les jeunes entrepreneurs (de 18 à 35 ans) pour la création d’emplois, le développement économique et la résilience au sein des communautés locales. Le programme « financement des jeunes entrepreneurs », en cours depuis 2011, a un double objectif économique et social :

  • Lutter contre le chômage des jeunes à travers l’entrepreneuriat ;
  • Améliorer la portée et les performances sociales des IMF en leur permettant de mieux cibler les jeunes entrepreneurs grâce à une offre de produits adaptés.

Un programme assez positif puisque plus de 15 000 jeunes ont accès à un service d’épargne, alors que 4.300 d’entre eux ont accès à un crédit. Le financement moyen est de 500 euros par jeune. Enfin, plus de 3.000 jeunes entrepreneurs ont accès à un accompagnement non-financier.
/

« Les jeunes représentent l’économie de demain. Il est primordial de les rendre autonomes via une activité professionnelle. Cependant, ils n’ont pas beaucoup d’expérience et manquent de background financier, ce qui rend délicate l’obtention des crédits pour se lancer. Notre idée est qu’au lieu de leur faire un don directement, nous mettons en place un projet qui leur permet d’accéder à un financement. Ensuite, ces jeunes entrepreneurs pourront rembourser en fonction de l’évolution de leurs chiffres d’affaires. Nous leur permettons de mettre le pied à l’étrier. C’est un engrenage vertueux : ils pourront prouver qu’ils peuvent rembourser des crédits et donc, que ce sont des personnes fiables. »

Un conseil pour terminer ? « Un ami m’a dit de mettre mon idéalisme en poche, car le monde du développement possède différentes facettes. Mais tant que je sais que cet idéalisme se trouve dans ma poche, j’aurai toujours plein d’éléments qui me permettront de m’accrocher et de garder de l’espoir dans ce que je fais. »

Propos recueillis par Sébastien Yernaux
Photos : ADA

Article tiré du dossier du mois « Tellement de raisons d’agir ! »

Publié le
lundi 2 août 2021


Avec notre partenaire

ADA (Appui au Développement Autonome)
RSE
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires RSE


Nos partenaires RSE

Nos partenaires