Record d'émissions liées aux feux dans l'hémisphère nord au printemps

Record d’émissions liées aux feux dans l’hémisphère nord au printemps

Au cours du printemps 2023 dans l’hémisphère nord, plusieurs régions du monde ont été touchées par d’importants incendies de forêt, certains d’entre eux ayant même battu des records.

Analyse CAMS de la profondeur optique des aérosols de matière organique à 550 nm pour la période du 1<sup class="typo_exposants">er</sup> au 31 mai 2023
Analyse CAMS de la profondeur optique des aérosols de matière organique à 550 nm pour la période du 1er au 31 mai 2023

Les épisodes survenus en Espagne, au Canada et en Russie ont été particulièrement importants pour cette période de l’année. Le Service Copernicus pour la surveillance de l’atmosphère (CAMS) a suivi l’intensité des feux de forêt et leurs émissions dans l’atmosphère et présente un rapport sur les conditions actuelles avant le début de l’été boréal.

Feux du début de printemps en Espagne

La saison des incendies de forêt dans l’hémisphère nord a commencé tôt, avec d’importants incendies en Espagne au mois de mars. Depuis le 23 mars, les scientifiques du CAMS ont suivi l’évolution d’importants incendies dans différentes régions d’Espagne, touchant principalement Valence, avec d’autres incendies dans les Asturies et en Cantabrie, mais d’une ampleur moindre que ceux de Valence.

GFASv1.2 Mars : émissions totales de carbone estimées pour l'Espagne
GFASv1.2 Mars : émissions totales de carbone estimées pour l’Espagne

En raison de ces incendies, l’Espagne a connu les niveaux d’émissions les plus élevés jamais enregistrés pour ce mois, équivalents à ceux des incendies de 2012. Il est rare de voir des incendies de cette ampleur si tôt dans l’année. Les données de Copernicus ont mis en évidence la façon dont le risque d’incendie a été exacerbé par les températures élevées et les conditions sèches qui ont affecté le continent au cours de l’hiver précédent.

Incendies de forêt en Eurasie et émissions record au Canada

En mars, avril et mai, l’Amérique centrale a connu des incendies saisonniers légèrement supérieurs à la moyenne, qui ont entraîné le transport de panaches de fumée vers l’Amérique du Nord et l’Atlantique Nord.

Au cours du mois de mai, d’importants incendies de forêt se sont déclarés dans deux régions différentes de l’hémisphère nord : l’une en Eurasie et l’autre dans l’ouest du Canada. Les incendies de forêt en Eurasie ont touché le Kazakhstan, la Mongolie et certaines régions limitrophes de la Russie, notamment Kurgan, Tyumen, Omsk et Novosibirsk. Dans cette région, les incendies ont brûlé avec une intensité élevée, supérieure à la moyenne 2003-2022, dans certaines régions, et leurs émissions globales estimées pour le mois étaient comparables à celles du mois de mai de ces dernières années.

En raison de ces incendies, l’Espagne a connu les niveaux d’émissions les plus élevés jamais enregistrés pour ce mois, équivalents à ceux des incendies de 2012. Il est rare de voir des incendies de cette ampleur si tôt dans l’année. Les données de Copernicus ont mis en évidence la façon dont le risque d’incendie a été exacerbé par les températures élevées et les conditions sèches qui ont affecté le continent au cours de l’hiver précédent.

Incendies de forêt en Eurasie et émissions record au Canada

En mars, avril et mai, l’Amérique centrale a connu des incendies saisonniers légèrement supérieurs à la moyenne, qui ont entraîné le transport de panaches de fumée vers l’Amérique du Nord et l’Atlantique Nord.

Au cours du mois de mai, d’importants incendies de forêt se sont déclarés dans deux régions différentes de l’hémisphère nord : l’une en Eurasie et l’autre dans l’ouest du Canada. Les incendies de forêt en Eurasie ont touché le Kazakhstan, la Mongolie et certaines régions limitrophes de la Russie, notamment Kurgan, Tyumen, Omsk et Novosibirsk. Dans cette région, les incendies ont brûlé avec une intensité élevée, supérieure à la moyenne 2003-2022, dans certaines régions, et leurs émissions globales estimées pour le mois étaient comparables à celles du mois de mai de ces dernières années.

Emplacements des feux actifs GFAS v1.2 et puissance radiative des feux sur le Canada en mai 2023
Emplacements des feux actifs GFAS v1.2 et puissance radiative des feux sur le Canada en mai 2023

Les grands incendies de l’ouest du Canada ont fait rage tout au long du mois de mai 2023. Les données quotidiennes du CAMS sur le pouvoir radiatif des incendies (FPR) montrent une activité importante en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et dans les Territoires du Nord-Ouest depuis le début du mois de mai, avec une augmentation de l’activité plus à l’est en Ontario et en Nouvelle-Écosse à la fin du mois. En outre, le CAMS a suivi les émissions significatives de ces feux de forêt, avec un transport persistant à longue distance à travers l’Amérique du Nord et l’océan Atlantique, atteignant même la Scandinavie et l’océan Arctique. Le Canada a atteint l’un des niveaux d’émissions les plus élevés jamais enregistrés pour le mois de mai, battant les records en Colombie britannique, en Saskatchewan, dans les Territoires du Nord-Ouest et en Nouvelle-Écosse.

La situation en Saskatchewan a été particulièrement extrême pour le mois, étant donné que le précédent record d’émissions pour cette région en un seul mois de mai était de deux mégatonnes, alors qu’en mai 2023, il s’agissait de plus de 23 mégatonnes.

Mark Parrington, scientifique senior au CAMS, commente : « À l’approche de l’été dans l’hémisphère nord, on s’attend à ce que les variables liées à l’augmentation du risque d’incendie de forêt soient exacerbées, comme les températures élevées et les conditions particulièrement sèches. La surveillance de ces variables et du développement des incendies de forêt est essentielle pour comprendre les causes sous-jacentes et les impacts sur l’atmosphère afin de prendre les mesures adéquates. »

Le CAMS, mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme au nom de la Commission européenne et financé par l’Union européenne, surveille les incendies de forêt et leurs émissions tout au long de l’année et fournit des données à ce sujet par l’intermédiaire de son système mondial d’assimilation des données sur les incendies (GFAS). Ce système se base sur des observations par satellite des incendies actifs et du pouvoir radiatif du feu (PRF), une mesure de l’intensité du feu, pour estimer les émissions de carbone et d’un large éventail de polluants atmosphériques qui constituent la fumée, et il fournit un ensemble de données sur 20 ans.

Plus d’informations sur les incendies de forêt au Canada et en Russie, cliquez ici

La page du CAMS sur la surveillance mondiale des incendies est accessible ici

Pour en savoir plus sur la surveillance des incendies, consultez la FAQ du CAMS sur les feux de forêt

Article
Communiqué
Publié le mercredi 7 juin 2023
Partager sur
Nos partenaires