Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Musée National d'Histoire Naturelle, MNHN, fossile, coléoptère, découverte, science, zoologie, insecte, nature, sciences, musée, Luxembourg
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Pulchritudo attenboroughi : un fossile unique

Green Planet

Publié le
mercredi 11 août 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La Belle d’Attenborough a été exposée pendant des décennies au sein de l’exposition « Prehistoric Journey » du Denver Museum of Nature & Science, en attendant d’être identifiée. Francesco Vitali, un expert du Musée national d’histoire naturelle du Luxembourg en Cérambycidés, vulgairement appelés Capricornes ou Longicornes , a maintenant aidé à percer enfin le mystère de cette espèce extraordinaire de coléoptères.

Une nouvelle espèce de coléoptère à pattes de grenouille, Pulchritudo attenboroughi, ou Belle d’Attenborough, a été présentée récemment dans la revue scientifique « Papers in Paleontology ». Frank Krell, conservateur d’entomologie au Denver Museum of Nature & Science, et Francesco Vitali, conservateur des collections de zoologie au Musée national d’histoire naturelle du Luxembourg, ont travaillé ensemble pour identifier cette nouvelle espèce.

Le coléoptère, qui est exposé dans l’exposition « Prehistoric Journey » du Denver Museum of Nature & Science depuis son ouverture en 1995, provient de la formation de Green River dans le comté de Garfield, dans le Colorado, où il a vécu il y a près de 49 millions d’années. Ce sont les magnifiques motifs élytraux des ailes antérieures qui ont attiré particulièrement l’attention de Krell.

« C’est l’un des plus magnifiques fossiles de coléoptères jamais découverts », a déclaré Krell. « Les motifs sont préservés avec une clarté et un contraste inégalés, ce qui en fait l’un des fossiles de coléoptères les mieux préservés. Il mérite amplement son nom. »

Les coléoptères sont robustes lorsqu’ils sont vivants, mais ils ne fossilisent pas facilement en tant que coléoptère entier. Ils flottent sur l’eau et se désagrègent souvent lorsqu’ils coulent et atteignent les sédiments. En général, on ne trouve que des ailes isolées dans les archives fossiles. Certains dépôts à sédiment à grain fin et présentant des conditions de fossilisation particulièrement favorables nous fournissent des spécimens très bien conservés, souvent presque complets. Ces dépôts sont appelés « lagerstätten ». La formation de l’Éocène de Green River dans le nord-ouest du Colorado est l’une d’entre elles.

/

L’identification de ce spécimen a été un véritable défi. Dans l’exposition du musée, il était étiqueté comme un coléoptère longicorne. Toutefois, certaines caractéristiques ne correspondaient pas à celles d’autres longicornes, ce qui a conduit Krell à faire appel à Francesco Vitali, l’expert en Cérambycidés au Musée national d’histoire naturelle du Luxembourg.

« J’ai été ravi d’avoir l’occasion de travailler sur un fossile aussi magnifique et unique », a déclaré Vitali. Ensemble, ils ont examiné tous les détails préservés. Au final, ce sont les pattes tordues du coléoptère – son tibia arrière courbé – qui ont révélé sa véritable identité : un coléoptère à pattes de grenouille.

Qu’y a-t-il dans le nom ?

Un nom scientifique se compose de deux éléments, un nom de genre et un nom d’espèce, comme Homo sapiens. Le coléoptère avait besoin d’un nouveau nom de genre, car il n’entrait dans aucun des genres existants de coléoptères à pattes de grenouille. En raison de sa beauté, Krell et Vitali ont choisi le nom Pulchritudo, qui signifie Beauté ou Belle en latin. Les zoologistes et les botanistes dédient souvent de nouvelles espèces à des collègues qui ont contribué de manière significative à la science, ou à des personnes qui leur sont chères. Pour Krell, une personne lui est immédiatement venue à l’esprit : Sir David Attenborough, le célèbre réalisateur de documentaires et naturaliste anglais, qui a été une source d’inspiration pour lui-même, sa famille et des millions d’autres personnes grâce à ses documentaires sur le monde naturel.

« Personne ne transmet la grandeur et la beauté de la nature de manière plus impressionnante que Sir David. Ce fossile, unique dans sa préservation et sa beauté, est un spécimen approprié pour honorer un si grand homme », a expliqué M. Krell.

Pulchritudo attenboroughi, ou la Belle d’Attenborough, est actuellement exposée dans « Prehistoric Journey », dans la section « The Cenozoic Era » du Denver Museum of Nature & Science.
L’article décrivant le nouveau coléoptère à pattes de grenouille Pulchritudo attenboroughi a été publié le 6 août dans la revue « Papers in Paleontology ».

Publié le
mercredi 11 août 2021


Avec notre partenaire

Le Musée national d'histoire naturelle
Green Planet
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires