Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
MSF Luxembourg, mesures de santé publique, épidémies de maladies infectieuses, dépistage, isolement des patients, transmission, COVID-19, systèmes de santé, pénuries d’équipements de protection individuelle, pandémie, sauver des vies, protéger le personnel de santé
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

MSF appelle à une plus grande solidarité dans l’UE

Santé-Environnement

Publié le
mardi 17 mars 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

COVID-19 : pour la protection du personnel médical, une gestion de l’urgence nécessaire à l’échelle européenne.

Alors que le nombre de personnes atteintes de COVID-19 continue d’augmenter de façon exponentielle dans de nombreux pays d’Europe - désormais l’épicentre de la pandémie - Médecins Sans Frontières (MSF) exhorte les États membres européens à faire preuve de solidarité au-delà de leurs frontières nationales. Le matériel médical essentiel, notamment les équipements de protection individuelle destinés à protéger le personnel de santé, doit être acheminé d’urgence là où il est le plus nécessaire.

En Italie, où MSF a commencé à travailler dans quatre hôpitaux situés à l’épicentre de l’épidémie, la semaine dernière, les pénuries d’équipements de protection individuelle sont de plus en plus fréquentes, laissant les travailleurs de la santé en première ligne exposés. Ces pénuries de matériel de protection entretiennent l’épidémie et entravent la capacité à sauver des vies. Près de 1 700 travailleurs de la santé, soit 8 % du total des cas de COVID-19 en Italie, ont été infectés alors qu’ils s’occupaient sans discontinuer du nombre croissant de patients gravement atteints qui nécessitaient une hospitalisation de longue durée et des soins intensifs spécialisés.

« Même dans les hôpitaux européens les plus performants et spécialisés, nous constatons que les personnels de santé sont débordés, qu’ils doivent composer avec jusqu’à 80 ambulances par jour, avec une pénurie dramatique de matériel de protection, ce qui les expose à tous les dangers. Certains médecins sont obligés de porter le même masque pendant 12 heures, explique le Dr Claudia Lodesani, présidente de MSF en Italie et responsable de l’intervention de MSF pour l’épidémie de COVID-19 dans le pays. Chaque jour, nous recevons de nouveaux appels à l’aide, des demandes de davantage de personnel, et davantage de fournitures. Sans un approvisionnement d’équipements de protection dont nous avons urgemment besoin, de plus en plus de travailleurs de la santé tomberont malades, ce qui réduira la disponibilité des soins pour les patients, générera de nouveaux groupes de cas et affaiblira dangereusement la lutte contre la maladie. »

En ce moment de crise, aucun pays ne peut faire face ou produire seul le matériel dont il a besoin. Les États membres européens doivent mettre en œuvre d’urgence les mécanismes de solidarité existant au sein de l’Union européenne (UE). Les ressources doivent être partagées pour lutter contre la pandémie là où elle sévit actuellement.

« Aujourd’hui, c’est l’Italie qui a un besoin urgent de fournitures médicales pour protéger le personnel de santé, mais dans quelques semaines, ce sera peut-être le cas ailleurs. Parallèlement à l’augmentation de la production, les gouvernements européens doivent veiller à ce que le matériel puisse ensuite être expédié facilement vers les régions les plus critiques de propagation du virus, déclare Brice de le Vingne, en charge de l’urgence COVID-19 pour MSF à Bruxelles. En attendant, les menaces de fermeture des frontières risquent de nuire à l’approvisionnement en ressources et en personnel vers les zones les plus touchées. »

Pour prévenir et empêcher de nouvelles infections et éviter l’effondrement de ses systèmes de santé, les gouvernements de l’UE prennent des mesures de santé publique strictes, telles que le respect d’une distance sociale et le confinement, qui reposent largement sur la coopération de la population. De la même manière, MSF insiste pour que la même coopération soit mise en place entre les États afin d’éviter que des stocks soient faits. À la place, il faudrait qu’une assistance soit organisée et qui ne se cantonne pas aux frontières, et ce, pour protéger les travailleurs de la santé qui sont en première ligne de la réponse collective à ce virus.

« Ce virus ne respecte aucune frontière et la solidarité doit en être de même, déclare Brice de le Vingne. Le COVID-19 continue de se propager et chaque pays sera confronté aux mêmes défis si l’on ne s’attaque pas à l’épicentre de la pandémie dans un effort commun fort. »

En plus de renforcer les hôpitaux et les soins individuels, il est primordial de renforcer les mesures de santé publique de base qui se sont avérées efficaces pour maîtriser d’autres épidémies de maladies infectieuses. Ces mesures comprennent la recherche proactive de cas et le suivi des contacts, le dépistage, l’isolement des patients, l’isolement des contacts à haut risque, la mobilisation du grand public pour prévenir la transmission ultérieure et un triage strict dans les hôpitaux entre patients aux symptomes légers et ceux souffrant de complications. Tout cela est nécessaire pour maîtriser l’épidémie et réduire au minimum les pertes de vies humaines, à la fois des patients COVID-19, mais aussi de tous les autres blessés et malades nécessitant des soins.

Actualité de notre partenaire MSF Luxembourg

Publié le
mardi 17 mars 2020


Santé-Environnement
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Santé-Environnement


Nos partenaires Santé-Environnement

Nos partenaires