Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Les Luxembourgeois toujours plus engagés
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Les Luxembourgeois toujours plus engagés

Alimentation & Restauration

Publié le
vendredi 16 décembre 2022 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Après 30 années de présence au Grand-Duché, le travail de l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg porte ses fruits auprès des consommateurs. Ces derniers ont le choix parmi 400 références nationales et 3000 mondiales.

Depuis sa création en 1992, l’ONG luxembourgeoise sensibilise le grand public au commerce équitable à travers différentes actions de sensibilisation et d’événements organisés tout au long de l’année.

/« 2022 fut vraiment une année intéressante », souligne Geneviève Krol, directrice de l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg. « En plus de notre liste d’événements récurrents comme les semaines Fairtrade, nous avons participé à un grand nombre de nouveaux projets. Nous sommes heureux et fiers, car nous sommes vraiment sortis de notre zone de confort. Et les résultats sont visibles, car nous observons une implication de plus en plus importante des Luxembourgeois dans les projets Fairtrade. Que cela soit du côté des consommateurs comme des instances dirigeantes.  »

Évidemment, 30 ans de présence en terres grand-ducales, cela se fête. Tout au long de cette année 2022, des actions ont donc été menées pour continuer à sensibiliser les citoyens. C’est notamment le cas avec la « Flamme Fairtrade ». Des entreprises, des communes, des écoles, des associations et des partenaires commerciaux l’ont accueillie avec une certaine fierté.

« Elle a rencontré un franc succès puisqu’il y a eu une trentaine d’étapes », poursuit Geneviève Krol. « Elle y restait une semaine. Non pas à titre décoratif, mais pour être au centre d’actions de sensibilisation autour des produits Fairtrade et du commerce équitable. Chez Raiffeisen, par exemple, il y a eu un escape game sur la thématique du textile et de l’habillement. Et plus précisément, de la Fast Fashion. Nous avons toujours essayé de relier la présence de la flamme à un événement spécifique.  »

Sensibiliser les grands et les petits

L’art est également au menu de cet anniversaire avec la mise en place de l’action « Fairtrade Wall. » Ils s’inscrivent dans la volonté des communes Fairtrade Gemeng de sensibiliser un large public et de disséminer le commerce équitable dans toutes les sphères de la vie quotidienne. La commune de Differdange fut la première à ouvrir le bal avec une fresque géante représentant un producteur de café. « Nous investissons durablement l’espace public. Trois autres œuvres sont venues rejoindre Differdange : à Esch, à Schifflange, et dans l’école de Commerce et de Gestion de Luxembourg. Ce dernier projet fut assez intéressant, car les jeunes ont participé au choix des personnages en compagnie de l’artiste. Au départ, l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg s’est greffée à Esch2022 en proposant aux communes certifiées Fairtrade de réaliser des fresques murales géantes autour du commerce équitable. Mais vu le succès, nous avons décidé de prolonger l’aventure et donc, tout le monde est le bienvenu. Nous mettrons ces personnes en contact avec les artistes pour que d’autres projets prennent vie. »

/Les enfants ne sont évidemment pas oubliés, et plus précisément leur imaginaire avec un conte intitulé « La plume magique » que l’on peut trouver en français et en luxembourgeois. « Il s’agit d’une histoire destinée aux enfants à partir de 8 ans. Il retrace l’aventure de jeunes Luxembourgeois qui, par magie, vont se retrouver en Côte d’Ivoire et lutter, avec d’autres enfants de la région, contre des pratiques inéquitables. Il s’agit d’un conte qui amène subtilement les enfants à s’intéresser au commerce équitable. Ce fut une belle aventure dans la mesure où le projet est né de l’imagination de l’un de nos volontaires européens passionné par l’écriture. L’histoire de base a été retravaillée avec la conteuse luxembourgeoise Betsy Dentzer afin que le message central touche idéalement l’esprit des jeunes lecteurs. »

Dans le cadre d’Esch 2022 et dans le but d’augmenter sa présence dans l’espace public, l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg était également présente à l’exposition photos 1001 Tonnen, de Jessica Theis. « Son but était d’encourager le ’zéro plastique’ au Luxembourg ainsi que le recyclage. Nous avons eu la possibilité de mettre en avant notre action ’From Bunch Bags to Corner Boards’ que nous menons en collaboration avec Cactus et l’importateur Agrofair. L’objectif est de financer un centre de recyclage qui valorise les plastiques présents sur les régimes de bananes. Généralement, une fois utilisés, les sacs qui recouvrent les régimes sont stockés, voire oubliés dans la nature. Grâce à cette revalorisation, les plastiques vont devenir des cornières d’angle pour fixer les boîtes de bananes sur les palettes de transport. Un projet positif, et pour l’environnement, et pour les producteurs locaux.  »

Les jeunes engagés à l’honneur

Toujours dans le cadre du 30e anniversaire, l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg a voulu mettre des jeunes producteurs en avant, car ils sont à la base de notre chaîne d’alimentation. « Contrairement à beaucoup de jeunes qui ne souhaitent pas prolonger l’expérience agricole de leurs parents, d’autres ont décidé d’y rester pour valoriser leur travail au quotidien en s’engageant dans une coopérative Fairtrade. Nous avons notamment suivi deux personnes en Côte d’Ivoire, James Macharia au Kenya, mais également Divine Fulutuni, jeune Congolaise de 27 ans et domiciliée en Côte d’Ivoire, qui occupe le poste de Senior Programme Officer pour le réseau Fairtrade Africa. »

De passage au Luxembourg pour célébrer les 30 ans de l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg, Divine ne cachait pas son optimisme et son implication pour aider les autres. Elle se passionne notamment pour l’égalité des genres. « Nous avons mis sur pied l’École du Leadership des femmes. Nous souhaitons qu’elles s’impliquent totalement dans la société encore dominée par les hommes. Grâce à cette école, elles bénéficient d’un renforcement de leur leadership dans l’agriculture et notamment dans la production du cacao. Actuellement, leur rôle est souvent invisible ; elles ne perçoivent qu’environ 15% des revenus du cacao. Il faut que cela change. Mais cela doit venir naturellement. Les hommes ne doivent pas se sentir forcés. Sinon, la transition ne se passera pas bien.  »

/Cet engagement n’est pas anodin car en Côte d’Ivoire, les femmes ne constituent que 25% des producteurs de cacao recensés officiellement, alors qu’en réalité, elles représentent près de 68% de la main d’œuvre quotidienne, qui travaille sur les plantations de cacao.

Cet engagement n’est pas anodin car en Côte d’Ivoire, les femmes ne constituent que 25% des producteurs de cacao recensés officiellement, alors qu’en réalité, elles représentent près de 68% de la main d’œuvre quotidienne, qui travaille sur les plantations de cacao.

« Cet engagement est très important à mes yeux. Depuis l’âge de 5 ans, j’ai toujours voulu défendre les autres et les aider pour qu’ils se développent humainement et financièrement. Rentrer dans le réseau Fairtrade Africa fut donc naturel et je ne le regrette absolument pas.  »

Fairtrade Africa a compris que le parcours vers le développement durable est un chemin qui exige la participation active et effective des jeunes et des femmes. La lutte contre les inégalités des genres, et rendre les femmes dans la filière cacao plus autonomes économiquement parlant, sont quelques-uns des objectifs de l’École du Leadership des Femmes portée par le mouvement.

Dans ce parcours de formation figurent, entre autres, le développement personnel, les droits des hommes et des femmes, les concepts de genre et de masculinité, mais également des cours de gestion de projet, de gestion budgétaire, ainsi que des cours d’économie. 50 jeunes femmes deviendront des ambassadrices, qui auront pour mission de diffuser à leur tour les enseignements reçus au sein de leur communauté et de leur coopérative.

400 références luxembourgeoises

Grâce aux actions menées tout au long de l’année, l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg a pu motiver les preneurs de licences, c’est-à-dire les partenaires commerciaux luxembourgeois, à élargir leur gamme de produits. « Je peux citer la sortie d’un nouveau café indien, la première robe de mariée Fairtrade au Grand-Duché, ou encore la création d’un biscuit fourré au chocolat. Nous avons vraiment travaillé sur nos quatre axes majeurs que sont la sensibilisation, l’éducation, le plaidoyer politique et le développement du marché, mais de manière différente et originale en 2022.  »

Actuellement, 30 entreprises luxembourgeoises ont un contrat de licence avec l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg, ce qui leur permet de transformer la matière première Fairtrade pour vendre un produit avec le label sous leur propre marque.

« Le marché accueille 3000 références Fairtrade, dont 400 sont estampillées luxembourgeoises. Il est donc impossible de passer à côté d’un produit. Les Luxembourgeois sont assez engagés dans notre cause, car selon les chiffres, ils dépensent environ 40 euros par an pour des produits issus du commerce équitable. Comparé à nos voisins belges et allemands qui se situent entre 15 et 25 euros, c’est très bien, mais c’est encore loin des Suisses qui tournent autour des 90 euros. Nous continuons donc notre travail en faveur des producteurs et de l’environnement. Aujourd’hui, seuls 30 % des bananes sont Fairtrade, 10 % pour le café et 6% pour le cacao. Nous devons continuer nos missions pour améliorer les conditions de vie des agriculteurs !  »

/

30 ans en quelques jalons

  • 1992 : TransFair-Minka asbl est créée par les pionniers ASTM, Pax Christi et les boutiques du monde Esch-sur-Alzette, Luxembourg et Ettelbruck. Le café est le premier produit de commerce équitable à être introduit sur le marché luxembourgeois avec une vente annuelle de deux tonnes.
  • 1993 : Le café TransFair trouve sa place dans le premier supermarché au Luxembourg (Cactus). La torréfaction luxembourgeoise Maison Santos est le premier preneur de licence à se lancer dans la production d’un café TransFair. L’engagement de ces deux acteurs fait doubler son volume de vente.
  • 1996 : Introduction du cacao et de produits chocolatés TransFair avec grand succès. Dans les 7 premiers mois, 5 tonnes de cacao sont vendues.
  • 1999 : Introduction des bananes TransFair sur le marché luxembourgeois. TranFair-Minka fête la vente du millionième paquet de café.
  • 2005 : Le Luxembourg se positionne au deuxième rang mondial en ce qui concerne la consommation de produits équitables par habitant. La première « quinzaine du commerce équitable » est organisée au Luxembourg.
  • 2007 : Le Premier Festival du chocolat équitable » est organisé en décembre.
  • 2011 : Le concept « Fairtrade Gemeng » est lancé. Differdange devient la première signataire. Neuf autres suivront la même année.
  • 2014 : La Banque Centrale du Luxembourg lance la première pièce de collection en or Fairtrade.
  • 2016 : Le premier pop-up store Fairtrade est installé au Belval Plaza. Les passants peuvent s’informer sur le commerce équitable et goûter de nouveaux produits.
  • 2019 : Le premier Fairtrade School Forum est organisé.

Sébastien Yernaux
Photos : ©Infogreen / ©Fairtrade Luxembourg
Extrait du dossier du mois « Thoughts for food »

Publié le
vendredi 16 décembre 2022


Avec notre partenaire

Faitrade, partenaire, Infogreen, Luxembourg
Alimentation & Restauration
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Alimentation & Restauration


Nos partenaires Alimentation & Restauration

Nos partenaires