Le pari photovoltaïque

Le pari photovoltaïque

Depuis le 16 novembre, le Luxembourg a un plan de marche pour les cinq années à venir. IDEA propose une série de blogs pour analyser quelques-uns des points saillants de l’accord de coalition 2023-2028. Cinquième volet de cette série : Le pari photovoltaïque.

L’attrait pour les installations photovoltaïques est manifeste en lisant le volet consacré à l’environnement, à la biodiversité, au climat et aux énergies renouvelables du nouveau programme de la coalition gouvernementale. Il est pourtant justifié de considérer que ce choix stratégique poursuit au minimum deux objectifs qui se veulent fondamentaux pour une transition énergétique réussie. Premièrement, augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie, actuellement évaluée à environ 12% [1]. Deuxièmement, réduire la dépendance du Luxembourg vis-à-vis des importations d’électricité, qui représentaient 85% selon les données du STATEC en 2021, dont 66% proviennent d’Allemagne.

Miser sur l’énergie photovoltaïque serait donc à la fois un choix pragmatique et impératif pour accélérer la trajectoire de décarbonation du secteur énergétique luxembourgeois. Un argument qu’on pourrait également retrouver dans le dernier rapport de l’International Energy Agency (IEA) [2], où les auteurs mettent en avant le potentiel élevé de l’énergie photovoltaïque pour réduire de manière rentable les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, parmi toutes les énergies renouvelables.

Au Luxembourg, la production brute d’énergie photovoltaïque a enregistré une croissance significative, progressant de 50% en seulement 7 ans pour atteindre 160 GWh en 2021 et représentant environ 9,6% de la production brute totale d’énergie renouvelable. Toutefois, malgré cette progression, force est de constater qu’à ce jour, le photovoltaïque n’est pas la source d’énergie ayant connu la croissance la plus marquée. La production brute d’énergie éolienne a affiché une croissance de 208% sur la même période pour atteindre un niveau de 314 GWh en 2021.

Face à cette alternative semblant offrir un très bon potentiel, pourquoi donc accorder une attention particulière au photovoltaïque ? Si la réponse à cette question, il faudrait l’avouer, n’est pas simple, il serait néanmoins important de souligner de manière non exhaustive quelques défis inhérents à la concrétisation du projet photovoltaïque tel que souhaité par le gouvernement actuel.

Usage du foncier : Il est crucial de prendre en compte le fait que les espaces appropriés et disponibles pour l’installation des panneaux photovoltaïques sont géographiquement limités. Ainsi, de la même manière que les projets de constructions dans le bâtiment et les éoliennes, le photovoltaïque pourrait éventuellement être confronté au phénomène NIMBY (Not In My Backyard), susceptible de créer des blocages pour son expansion à grande échelle et des conflits d’utilisation des sols. Bien que le gouvernement annonce d’emblée qu’il « examinera la possibilité de supprimer l’exigence de l’autorisation de construire pour les installations photovoltaïques sur les bâtiments résidentiels », la sécurisation des espaces disponibles et propices aux installations des panneaux photovoltaïques devrait constituer une étape préliminaire, voire primordiale.

Orientation des aides : Outre la contrainte foncière, la technologie photovoltaïque est étroitement liée aux conditions météorologiques, ce qui rendrait l’énergie qui en découle intermittente. Ainsi, des investissements considérables dans des technologies de stockage d’énergie (telles que les batteries…) seraient nécessaires pour les accompagner, et garantir la stabilité de la production, en particulier dans les endroits où l’excédent de production ne peut être réinjecté dans le réseau. Des aides devraient être orientées vers cet objectif. L’augmentation actuelle de 25% des aides Klimabonus pour les installations photovoltaïques est certes nécessaire pour renforcer l’accès à la transition, mais il serait tout aussi nécessaire d’évaluer les aides afin d’identifier les cas où l’investissement se justifie économiquement sans aides. Cela permettrait de dégager encore plus de ressources pour que certains ménages puissent accéder à des installations de haute performance. La mesure qui consiste à introduire le « préfinancement des subventions climatiques » semble aller dans ce sens, car elle permettrait de se focaliser sur la performance sans avoir à débourser un montant important à l’acquisition. Elle mériterait toutefois d’être clarifiée pour permettre un accès à des installations de haute performance. Le gouvernement devra également veiller au dimensionnement des installations, car leur rentabilité est fortement dépendante de celui-ci.

Transfert de dépendance : Bien que les coûts initiaux d’acquisition des installations aient considérablement diminué, il est important de noter que les technologies les plus avancées pour la fabrication de panneaux photovoltaïques et de batteries à moindre coût ne sont pas localisées au Luxembourg ni même en Europe. Dans ce contexte, il est crucial d’évaluer les risques liés à un « transfert de dépendance », sachant que dans ce cas précis, on passerait d’une dépendance à l’importation d’électricité vers une dépendance à l’importation de dispositifs photovoltaïques, dont le marché est nettement dominé par la Chine et l’Asie plus globalement. Cette considération est d’autant plus cruciale que la souveraineté énergétique est une priorité nationale. Une politique énergétique plus efficiente dans le contexte du Luxembourg devrait donc privilégier la recherche de complémentarité entre les différents types d’énergie renouvelable afin de limiter la dépendance potentielle.

Par Mamadou Gueye
© Photo : Julien Mpia Massa


[1] STATEC (2021)
[2] World Energy Outlook 2023

➡️ Lien de l’article source

Article
Article
Publié le mardi 19 décembre 2023
Partager sur
Avec notre partenaire
Nos partenaires