Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Fairtrade Luxembourg, commerce équitable, solidarité, objectifs de développement durable, revenu minimum, respect des droits de l’Homme, producteurs, consommateurs, sensibilisation, solidarité, juste prix, rémunération des agriculteurs, produits Fairtrade, conditions de travail, changement climatique, environnement
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

« Le monde entier est concerné »

Économie sociale et solidaire

Publié le
mardi 4 février 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

En déplacement au Luxembourg afin de participer à une table ronde de l’Union internationale des avocats, le CEO de Fairtrade International Dario Soto Abril a pris le temps de discuter avec la rédaction d’Infogreen des objectifs de l’ONG pour les prochaines années.

/Fairtrade International travaille actuellement sur ses objectifs pour les années 2021 à 2025. Quels sont-ils ?

Nous nous concentrons principalement sur les Objectifs de développement durable des Nations Unies. Nous voulons continuer à travailler avec les entreprises, la société et les agriculteurs pour, on l’espère, avoir atteint les 17 objectifs d’ici 2030.

Concrètement, nos efforts vont se centrer sur la généralisation d’un revenu minimum, d’un salaire décent pour les producteurs et travailleurs des pays du Sud dans lesquels notre ONG est active. Ils doivent être payés au bon prix afin de pouvoir mener une vie décente.

Une des choses sur laquelle nous travaillons dans le cadre de cette nouvelle stratégie, c’est comment réaliser plus d’efforts pour soutenir les entreprises dans le respect des droits de l’Homme à travers toute la supply chain. Les Nations Unies ont défini des principes directeurs en 2011 et nous sommes devenus un partenaire important auprès des entreprises afin d’évaluer et d’identifier les risques (discrimination, non-respect des droits du travail, etc.), et de faire respecter les droits humains. Il y a tout un plaidoyer, un rôle à jouer en collaboration avec des ONG, des organisations syndicales, des entreprises, etc.

Nous continuerons à nous concentrer sur les produits pour lesquels nous sentons que nous pouvons avoir une réelle influence : le café, le cacao, les bananes, les fleurs, le thé et le sucre. Nous allons donc fournir beaucoup d’efforts dans les pays produisant ces denrées.
/
Nous renforçons également notre contribution dans la filière du textile, qui est un produit émergent dans le travail de Fairtrade. Nous travaillons dans ce cadre avec les usines et avec les entreprises du secteur.

C’est toutefois le monde entier qui est concerné. Bien que ces produits soient principalement importés de pays du Sud, c’est en grande partie en Europe et aux États-Unis qu’ils sont consommés. Nous considérons donc que les producteurs et les consommateurs font partie de la même supply chain mondiale.

Quelles actions allez-vous mener au niveau européen ?

Il y en a beaucoup ! Tout d’abord, nous devons consacrer beaucoup de temps à la sensibilisation des entreprises qui transforment ces matières premières ou vendent les produits finis, puisque celles-ci sont en grande partie européennes. Nous leur rappelons constamment l’importance de faire les bons choix, c’est-à-dire de payer les prix adéquats, de respecter les droits de l’Homme sur toute la chaîne logistique, d’éduquer les consommateurs, etc.

Nous travaillons aussi avec les distributeurs et les détaillants afin qu’ils choisissent de rendre les produits Fairtrade disponibles dans leurs enseignes, mais également pour les rendre particulièrement visibles et facilement accessibles aux consommateurs dans les points de vente. Nous les invitons régulièrement à mener des campagnes, avec nous pour, expliquer pourquoi il est judicieux d’acheter des produits du commerce équitable.

Enfin, bien sûr, nous devons nous-mêmes conscientiser les consommateurs. Nous avons toujours un programme très complet impliquant les villes, les écoles et toutes les communautés afin qu’ils réalisent l’importance de soutenir les producteurs et les travailleurs en achetant des produits du commerce équitable au quotidien et en exigeant des conditions de travail et des prix justes. Nous souhaitons les aider à comprendre qu’ils ont également un rôle à jouer dans la limitation du changement climatique, à travers leurs décisions d’achats.

Au Luxembourg, vous disposez d’un bureau local avec Fairtrade Lëtzebuerg. Quels sont ses rôles dans cette stratégie ?

Fairtrade Lëtzebuerg a un grand rôle à jouer dans tout ce que j’ai décrit précédemment concernant le travail avec les entreprises, les écoles, les consommateurs, etc. Sa directrice, Geneviève Krol, s’assure que l’équipe couvre tous les aspects de notre stratégie. Son rôle est notamment de faire augmenter le nombre de consommateurs de produits Fairtrade, afin de produire des bénéfices en faveur des travailleurs et producteurs au Sud.

Au Luxembourg, le gouvernement a un programme très complet en matière d’institutions multilatérales et veut être à l’avant-plan des efforts à réaliser pour combattre le changement climatique, pour faire respecter les droits de l’Homme, etc. C’est un très bon allié.
/
Marie-Astrid Heyde
Pour Fairtrade Lëtzebuerg, partenaire Infogreen

Article tiré du dossier du mois « Solidaire. Sociale. Sociétale »

Publié le
mardi 4 février 2020


Article de notre partenaire

Faitrade, partenaire, Infogreen, Luxembourg
Économie sociale et solidaire
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Économie sociale et solidaire


Nos partenaires Économie sociale et solidaire

Nos partenaires