Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
transition, transition énergétique, BK2050, circuits-courts, artisans, réflexion citoyenne, projet climatique, protection des eaux, économie circulaire, préservation des forêts anciennes, mesures de compensation, multimodalité, mobilité douce, consommation d’énergie
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le BK2050 en quête de nouveaux modèles

Politique & Gouvernance

Publié le
jeudi 17 mars 2022 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le comité citoyen qui accompagne Luxembourg in Transition a des positions tranchées. Exemples et citations.

Le Biergerkommitee Lëtzebuerg 2050, au travers des 44 propositions citoyennes pour la transition du territoire… et de la société qui l’habite, émet des avis sur l’aménagement, la mobilité, l’économie, la ruralité, l’alimentation…

On peut même dire que ce BK2050 multiplie les revendications (le texte intégral est disponible ici)

Il souhaite notamment un « moratoire immédiat » sur les routes de contournement « qui doivent être planifiées, si tant est qu’elles le soient, à proximité des localités et non en pleine nature ou dans des zones Natura2000 ». Mettre un frein à la croissance des villages qui « ne devraient pas être forcés de grandir ». Pousser les centres urbains à croître à l’intérieur de leur périmètre constructible. Rapprocher l’habitat du lieu de travail, et donc freiner la concentration toujours plus forte d’immeubles de bureaux dans et autour de la ville de Luxembourg. Encourager l’habitat alternatif dans les PAG des communes. Ou encore repenser les villes et l’espace public, mise en exergue-choc à la clé… « Le quartier de la Cloche d’Or est un parfait exemple d’aménagement urbain raté : imperméabilisation complète de plus de 60 hectares, absence d’une communauté locale d’habitants, infrastructures encourageant l’hyperconsommation… »

Protéger…

Pour favoriser la multimodalité et la mobilité douce et partagée, le comité citoyen parle de « territoires fonctionnels autonomes ». Il déplore « le retard pris à l’échelle nationale dans le développement des pistes cyclables et des chemins piétonniers ». Suggère la taxation des voitures qui « mobilisent des ressources excessives ou ont une consommation d’énergie disproportionnée », en ce compris les électriques le cas échéant. Et à propos d’énergie, il est recommandé de diminuer la dépendance en augmentant la capacité de production renouvelable locale.

Le texte des propositions citoyennes veut protéger les sols, notamment leur perméabilité, la végétalisation et l’ombrage des zones urbaines… Pour l’architecture et l’urbanisme, il mise notamment sur l’économie circulaire, l’usage parcimonieux et la récupération, les matériaux sains et locaux si possible, les surfaces multifonctions…

/« La protection des eaux en général et de l’eau potable en particulier doit avoir la priorité absolue sur toute autre considération matérielle », lit-on également dans les propositions qui misent beaucoup sur l’agriculture durable et toutes les formes de production locale et raisonnée, la préservation des forêts anciennes (avec un regard critique sur les « mesures de compensation, instrument bien intentionné mais souvent inefficace »).

Scénario alternatif

La réflexion citoyenne prône clairement un autre modèle. « Dans le contexte du changement climatique, l’orientation actuelle de l’économie luxembourgeoise vers une croissance intensive en ressources doit être freinée. La question du financement des pensions ne doit pas éternellement servir de prétexte pour défendre un modèle économique non viable. Des scénarios alternatifs doivent être développés et discutés ». Le BK2050 table sur les circuits-courts, le soutien accru aux artisans, PME ou startup, « piliers » du système, des lois appropriées et l’adhésion de tout le tissu socioéconomique au projet climatique.

En particulier, « l’abandon du tourisme à la pompe devrait être effectif d’ici 2030 au plus tard. Pour cela, il faut maintenant une décision claire, fixer les étapes pour y arriver et proposer un plan permettant d’en atténuer les conséquences budgétaires ». Sur l’impact financier encore, le groupe estime que « les réserves du Fonds de compensation commun au régime général de pension et d’autres fonds publics ne doivent plus financer les énergies fossiles. Les fonds publics et privés doivent être évalués sur leur capacité de financement de la transition énergétique ».

Un vrai programme, à l’épreuve d’une nouvelle société ?

Alain Ducat
Photo Mullerthal © Tom Simon / Comité Inspiring Luxembourg
Photo Forêt-Enfants © SIP

Article paru dans le dossier du mois « Transmission en mouvement »

Publié le
jeudi 17 mars 2022


Politique & Gouvernance
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires