Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
protection des sols, environnement, nouvelle législation sur la santé des sols, biodiversité, utilisation durable des sols, lutter contre la désertification, zéro déforestation, dégradation des forêts dans le monde, diligence raisonnable obligatoire, politiques climatiques et environnementales
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

L’Europe veut lutter contre la déforestation

Green Planet

Publié le
mardi 22 février 2022 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le combat pour l’arbre et ses vertus naturelles est évidemment planétaire. La Commission a adopté de nouvelles propositions pour faire cesser la déforestation, au cœur du Pacte Vert.

Le combat pour l’arbre est évidemment planétaire. La Commission européenne a adopté trois nouvelles initiatives, conditions pour faire du pacte vert pour l’Europe une réalité. Elles engagent aussi l’Europe dans sa responsabilité globale. Ainsi, à côté de nouvelles règles visant à faciliter les transferts de déchets à l’intérieur de l’Union pour promouvoir l’économie circulaire, à lutter contre l’exportation de déchets illicites et les problèmes de gestion des déchets envoyés vers les pays tiers, la Commission propose de nouvelles règles pour enrayer la déforestation imputable à l’UE. La Commission présente également une nouvelle stratégie en faveur des sols ayant pour objectif que tous les sols européens soient restaurés, résilients et suffisamment protégés d’ici 2050.

Pour Frans Timmermans, le vice-président exécutif chargé du pacte vert pour l’Europe, « nous devons prendre la responsabilité d’agir aussi bien chez nous qu’à l’extérieur, afin que la lutte contre les crises liées au climat et à la biodiversité soit un succès au niveau mondial. Notre règlement sur la déforestation répond aux demandes des citoyens qui appellent à réduire la participation de l’UE à la déforestation et à promouvoir une consommation durable. Et notre stratégie en faveur des sols permettra de rendre les sols sains, d’en faire un usage durable et de leur accorder la protection juridique dont ils ont besoin. »
/

420 millions d’hectares déboisés en 30 ans

Virginijus Sinkevičius, le commissaire chargé de l’environnement, des océans et de la pêche, prolonge la réflexion : « Si nous attendons de nos partenaires qu’ils adoptent des politiques climatiques et environnementales plus ambitieuses, nous devrions cesser nous-mêmes d’exporter les sources de pollution et de soutenir la déforestation. La réglementation relative à la déforestation et aux transferts de déchets que nous présentons contient les efforts législatifs les plus ambitieux qui aient jamais été fournis à l’échelle mondiale pour résoudre ces problèmes. »

« Entre 1990 et 2020 seulement, le monde a perdu 420 millions d’hectares de forêts, une superficie plus vaste que celle de l’Union européenne », souligne la Commission. En cause, principalement, l’expansion agricole liée à la production de soja, bœuf, huile de palme, cacao et café, certains de leurs produits dérivés, et aussi… le bois, des surfaces naturelles parfois séculaires étant défrichées, pour mieux y planter des essences à croissance rapide, plus directement « efficaces » sur les marchés.

Les nouvelles règles proposées entendent garantir que les produits achetés, utilisés ou/et consommés par les citoyens européens ne participent pas à la déforestation et à la dégradation des forêts dans le monde…

Pour des produits « zéro déforestation »

Concrètement, l’Europe fixe les règles d’une « diligence raisonnable obligatoire » pour les entreprises qui souhaitent mettre ces produits sur le marché de l’UE, l’objectif étant de garantir que seuls des produits conformes et sans lien avec la déforestation soient autorisés. Dans le champ d’application du règlement, il est prévu un système comparatif pour évaluer les pays et le risque de déforestation ou de dégradation des forêts qui leur est associé.

On évoque aussi une « intensification du dialogue » avec les pays grands consommateurs de ces produits « forest unfriendly ».

En faisant la promotion de produits « zéro déforestation » et en réduisant l’incidence de l’UE sur la déforestation et la dégradation des forêts dans le monde, les nouvelles règles ambitionnent de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la perte de biodiversité. Et visent des retombées positives, pour les communautés locales, notamment les populations les plus vulnérables qui dépendent fortement des écosystèmes forestiers, mais aussi pour des filières locales européennes.

Prendre le mal à la racine

En parallèle, la nouvelle stratégie de l’UE s’occupe des sols, à la base de 95 % des aliments que nous consommons, qui abritent plus de 25% de la biodiversité mondiale et qui représentent le plus grand réservoir à carbone terrestre. Pourtant, « 70 % des sols de l’Union européenne ne sont pas en bon état », observe la Commission. La stratégie établit un cadre comportant des mesures concrètes pour la protection, la restauration et l’utilisation durable des sols, et propose un ensemble de mesures à la fois volontaires et juridiquement contraignantes. Cette stratégie vise à augmenter la teneur en carbone des sols dans les terres agricoles, à lutter contre la désertification, à restaurer les terres et les sols dégradés, et à faire en sorte que, pour 2050, tous les écosystèmes des sols soient en bon état.

La stratégie appelle à garantir le même niveau de protection des sols que celui appliqué pour l’eau, l’environnement marin et l’air. Elle passera par une proposition, pour 2023, contenant une nouvelle législation sur la santé des sols, à l’issue d’une analyse d’impact et d’une large consultation des parties prenantes et des États membres.

Alain Ducat
Photos : WWF / Licence CC
Article paru dans le dossier du mois « Arborescence »

Publié le
mardi 22 février 2022


Green Planet
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires