Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Betic Ingénieurs-Conseils, expertise, construction durable, raisons d’agir, économie circualire, énergie, ressource, pollution, impact sur l’environnement de notre mode de vie actuel, gestion de l’eau, déconstruction, recyclage, surcyclage, choix des matériaux, concevoir des bâtiments « verts »
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Innovation et… action !

RSE

Publié le
vendredi 6 août 2021 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Les techniques de construction pour concevoir des bâtiments à haute efficacité énergétique sont aujourd’hui maîtrisées mais le secteur doit continuer à innover pour anticiper les problématiques de demain. Gilles Christnach et David Determe, Managing Directors de Betic Ingénieurs-Conseils, reviennent sur ce défi en dévoilant leur vision entrepreneuriale.

Conception et durabilité… quelle vision adoptez-vous ?

David Determe : Concevoir des bâtiments « verts », c’est dans notre ADN. Bâtiments passifs, à haute efficacité énergétique… nous maîtrisons ces techniques à l’image de la maison relais à Angelsberg, pensée par tous les acteurs pour être neutre en CO2 grâce à un fort niveau d’utilisation de matériaux renouvelables, écologiques et recyclés ou du Lycée Technique pour Professions de Santé à Ettelbrück, un bâtiment à énergie positive.

Gilles Christnach : Mais ce n’est pas suffisant. C’est pourquoi depuis plusieurs années nous développons un service spécialisé en conception durable, qui dessine les lignes d’une construction inscrite dans une approche circulaire à tous niveaux.

L’économie circulaire est donc au centre du processus de conception ?

GC : L’approche pratiquée au Luxembourg reste encore linéaire : « extraire, fabriquer, consommer et jeter », même si beaucoup d’efforts sont conduits par tous pour développer une démarche de conception vertueuse. La maîtrise d’œuvre, architectes et ingénieurs-conseils, travaille de plus en plus de concert, pour atteindre cet objectif. La méthode de travail « MOAI » les appuie d’ailleurs dans cette démarche collaborative intégrale pour intégrer les principes d’économie circulaire dès les prémices du projet.

DD : Choix des matériaux, maintenance, déconstruction, recyclage, surcyclage… Nous tâchons d’insuffler à l’équipe cette approche pour qu’elle intègre l’ensemble du cycle de vie des projets dans son travail. Et quelle fierté de voir qu’elle s’inscrit pleinement dans cette logique en imaginant les bâtiments de demain. Le projet mixte dans le quartier du Grünewald, mené en cocréation selon une approche cradle-to-cradle l’illustre bien. L’équipe contribue ainsi à cette transition vers un nouveau modèle de conception, au service du bien-être des utilisateurs finaux.

GC : C’est d’ailleurs pourquoi nous développons notre expertise dans des domaines peu présents à Luxembourg qui peuvent y contribuer comme l’acoustique ou la gestion de l’eau… Nous offrons ces services avec l’appui des experts du Groupe VK Architects et Engineers, dont nous faisons partie, et comptons à termes les proposer localement via la montée en compétences de notre équipe au Luxembourg.

Et demain ?

DD : C’est anticiper aujourd’hui l’impact sur l’environnement de notre mode de vie actuel. Les technologies de l’information et de la communication n’ont jamais été autant présentes que depuis la crise sanitaire : e-mail, visioconférence, messageries instantanées, travail collaboratif en ligne … avec un leitmotiv pour les entreprises : dématérialiser ! La pollution numérique est une réalité qui est encore peu considérée : selon une étude parue en ce début d’année et menée conjointement par plusieurs universités américaines, une heure de visioconférence avec la caméra allumée, c’est entre 150 et 1000 grammes de CO2 qui sont dégagés, l’équivalent moyen de 9km en voiture ! Chaque entreprise doit en prendre pleinement conscience et agir dès à présent en adoptant des politiques internes « Green » qui s’appliquent aussi à l’usage des nouvelles technologies. Et bien que toute la profession s’engage déjà dans cette voie, nous savons, nous les premiers, devoir agir toujours plus rapidement pour déployer des actions concrètes en la matière.

GC : Nous devons également inclure cet état de fait dans nos concepts techniques ! Regardez par exemple un data center… C’est un « gouffre à énergie » et un énorme consommateur d’eau, mais nous savons techniquement agir dessus. La chaleur qu’il produit ne doit en effet plus être une ressource « perdue » mais au contraire valorisée ! Elle peut servir à chauffer ou à climatiser des bureaux, des logements, des serres, des piscines… Les énergies renouvelables, doivent, elles, être systématiquement déployées pour compenser la consommation de telles infrastructures… Ces nouveaux modes de consommation et leur impact doivent absolument être pensés dans la conception.

DD : Clairement, notre mission est d’anticiper les problématiques de demain, en apportant des solutions aujourd’hui. C’est ainsi que nous appréhendons tous nos projets.

Betic Ingénieurs-Conseils
Partenaire Infogreen
Photos : Marie De Decker

Source : Resources, Conservation and Recycling - The overlooked environmental footprint of increasing Internet use

Article tiré du dossier du mois « Tellement de raisons d’agir ! »

Publié le
vendredi 6 août 2021


Article de notre partenaire

Betic
RSE
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires RSE


Nos partenaires RSE

Nos partenaires