Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
+ImpaKT, économie circulaire, ministère de l'économie, Circular Hotel Interiors, EHTL, Thibaut Wautelet
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Des matériaux et business models circulaires pour des hôtels plus performants

Économie circulaire

Publié le
mercredi 28 août 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

+ImpaKT a été mandaté par le ministère de l’Économie pour mener le projet Circular Hotel Interiors, entre juin 2018 et mai 2019. L’objectif était d’analyser les opportunités qu’une approche « économie circulaire » peut offrir aux hôteliers au Luxembourg afin de favoriser la modernisation régulière de leurs chambres.

L’étude « Circular Hotel Interiors » a été conduite en partenariat avec l’agence RegiOtels qui a mis à disposition de +ImpaKT sa connaissance des besoins dans l’hôtellerie.

Elle comprenait trois volets. Le premier visait à définir l’intérêt financier des hôtels à rénover de manière régulière leurs infrastructures et l’impact financier d’une non-rénovation. Le deuxième consistait à relever les solutions circulaires qui existent, tant sur le plan technique que sur le plan du business model. Le troisième, enfin, portait sur l’identification d’un projet pilote permettant de mettre en œuvre ces solutions.

Le projet pilote qui a été retenu est l’école EHTL, située à Diekirch, qui permet aux étudiants en hôtellerie de s’exercer avant d’entrer dans le monde du travail. Il existe, pour l’instant, un restaurant d’application sur le site et un hôtel d’application d’une vingtaine de chambres avec des salles de conférences sera bientôt créé.

La démarche portait sur l’équipement intérieur d’une chambre, à savoir le mobilier, la literie, les stores et tentures, les luminaires, les appareils électroménagers (téléviseur, mini-frigo, etc.) et les revêtements muraux et de sol.

+ImpaKT a rencontré une quinzaine d’entreprises dont la moitié se trouve au Luxembourg et le reste au Benelux. 75 % des solutions qu’elles proposent intègrent des aspects circulaires, ce qui signifie qu’elles ont un impact réduit, voire positif, sur la santé et l’environnement. Les matériaux qui ont été sélectionnés ne contiennent pas de composants toxiques pour la santé, certains revêtements de sol ont même une fonction purifiante de l’air intérieur. L’énergie grise nécessaire à la production et au transport a également été prise en considération, tout comme la simplicité d’installation et de désinstallation. Il s’agit de réduire le temps d’intervention pour limiter autant que faire se peut la période où les chambres ne sont pas exploitables. Enfin, un autre critère important était l’engagement de l’entreprise à valoriser son produit après son utilisation via une filière d’upcycling ou une autre application.

Autre aspect important : disposer, aussi souvent que possible, de ces éléments en leasing, suivant un modèle de « product as a service ». Ceci permettrait d’apporter une réponse aux problèmes de trésorerie auxquels doivent souvent faire face les petits hôtels. « Le secteur du tourisme se porte bien au Luxembourg : le nombre d’hébergement augmente chaque année, tout comme le revenu par chambre disponible. Mais la problématique à résoudre est qu’il y a une image assez contrastée entre les grandes chaînes d’hôtel, d’une part, dont la structure leur permet de rénover régulièrement leurs chambres et de rester dans des standards premium, et les hôtels indépendants, familiaux, qui reportent parfois les travaux faute d’argent et s’inscrivent ainsi dans un cercle vicieux parce que, d’année en année, leur image vis-à-vis de la clientèle se détériore. Les modèles économiques du type ‘product as a service’ leur permettent de lisser l’investissement plutôt que de devoir débourser une grosse somme d’un coup. La performance financière de l’hôtel est ainsi maintenue, grâce à une modernisation régulière et à une réduction de la durée des travaux. In fine, nous avons démontré qu’il est possible d’atteindre jusqu’à 22 % d’augmentation du chiffre d’affaires par chambre sur la durée de vie d’un hôtel », explique Thibaut Wautelet, project manager chez +ImpaKT. En appliquant les principes d’une économie circulaire, cette étude démontre une meilleure préservation des ressources matérielles et une amélioration de la qualité de l’air dans les chambres.

Mélanie Trélat
Photo : Hotel Bielefelder Hof by Kotomi_ is licensed under CC BY-NC 2.0

Publié le
mercredi 28 août 2019


Article de notre partenaire

+ ImpaKT
Économie circulaire
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Économie circulaire


Nos partenaires Économie circulaire

Nos partenaires