Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
approvisionnement en eau, protéger l’environnement, qualité, quantité de l’eau, gestion des ressources en eau, Cordis, EU, technologies spatiales, magerie satellitaire, recherche, sciences, progrès scientifiques
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Améliorer les services d’approvisionnement en eau et leur sûreté

Green Planet

Publié le
jeudi 21 février 2019 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Une initiative de l’UE a utilisé des systèmes satellites et des observations terrestres pour prédire la qualité et la quantité de l’eau. Cela aidera à réduire les coûts et à protéger l’environnement.

Les technologies spatiales sont utilisées dans différents secteurs pour lutter contre les défis économiques, sociaux et environnementaux actuels. Leurs utilisations s’appliquent aux communications (téléphones portables, télévision par satellite, accès à Internet dans des régions reculées), au transport (systèmes de navigation), à la planification urbaine et régionale, à l’agriculture (agriculture de précision), au suivi des catastrophes naturelles et au suivi environnemental (végétation, couche d’ozone, courants océaniques).

La gestion des ressources en eau est un domaine dans lequel ces technologies sont de plus en plus utilisées. Le projet SPACE O financé par l’UE a utilisé des données satellitaires et une modélisation détaillée pour améliorer la qualité de l’eau potable. Un rapport spécial publié par le réseau de médias paneuropéen EURACTIV résume les différents aspects de ce projet.

Dans un article sur EURACTIV le coordinateur du projet SPACE O Apostolos Tzimas déclare : « Grâce aux services de prévision de la qualité de l’eau fournis sur le plan opérationnel par SPACE O les gestionnaires de l’eau de masse peuvent minimiser le moindre impact d’une prolifération d’algues en mettant en œuvre une gestion de l’eau prévisionnelle dans le réservoir telle que le mélange de l’eau ou le traitement de l’eau du lac. » De telles proliférations — croissances excessives des algues — peuvent produire des toxines dangereuses dans l’eau douce ou l’eau marine et porter préjudice à l’environnement et aux économies locales.

Il est indiqué dans ce même article : « En citant des exemples pratiques, M. Tzimas a déclaré qu’en cas de proliférations d’algues nocives dans un lac, les services publics d’eau pourraient être forcés à suspendre l’approvisionnement en eau. » EURACTIV cite M. Tzimas en déclarant qu’une telle interruption sur une journée dans une ville de 100 000 habitants « peut entraîner des coûts supérieurs à 300 000 € pour les consommateurs. Ce montant n’inclut pas les coûts des services publics d’eau liés aux pertes et aux ventes et les coûts de réputation, sans oublier de mentionner les éventuels coûts occasionnés dans le tourisme, la pêche, l’aquaculture, les valeurs de la propriété, l’élevage et la santé publique ». Grâce à la gestion prévisionnelle et aux caractéristiques de l’optimisation du processus de SPACE O, l’utilisation de produits chimiques pourrait être réduite, résultant « en une empreinte environnementale positive, ainsi qu’en une réduction des coûts opérationnels pour cette industrie ».

Technologies avancées

Le site web du projet résume ses solutions : « SPACE O intègre des observations terrestres de pointe et un suivi in situ avec des modèles avancés hydrologiques et de qualité de l’eau et des outils TIC dans un système puissant d’aide à la décision. » Il indique que cela créera « une prévision en temps réel sur le court et moyen terme des débits d’eau et des données de qualité dans les réservoirs utilisés pour optimiser les exploitations des stations d’épuration et établir une ligne de service complète à partir des observations terrestres pour les affaires du secteur de l’eau ».

En plus des modèles pertinents pour le suivi écologique le projet SPACE O (Space Assisted Water Quality Forecasting Platform for Optimized Decision Making in Water Supply Services) a mis au point et testé d’autres produits et d’autres variables. Ils sont basés sur les observations terrestres afin de générer un système d’information sur l’eau. Ils incluent « un rapport sur la qualité de l’eau (par ex. l’indice de l’état trophique) et une modélisation hydrologique (par ex. la couche de neige) » comme indiqué sur CORDIS. Les autres outils SPACE O basés sur l’imagerie satellitaire du programme Copernicus des observations terrestres de l’UE qui pourraient être bénéfiques aux services publics de l’eau incluent un système d’alerte précoce une optimisation de la station d’épuration une évaluation des risques et une plateforme de sciences participatives liée à l’administration et à l’analyse des problèmes d’eau locaux.

Les partenaires du projet ont utilisé les nouveaux produits et services de SPACE O sur les stations d’épuration et dans les réservoirs de deux services publics sur les îles de Crète et de Sardaigne. Les études de cas scientifiques ont impliqué la rivière Umeälven en Suède et le lac Garda en Italie.

Pour plus d’informations, veuillez consulter : site web du projet SPACE O
Source : CORDIS}

Photo : © Radu Bercan, Shutterstock

Publié le
jeudi 21 février 2019


Green Planet
article
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires