Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Un forum politique de haut niveau pour booster le développement durable
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Un forum politique de haut niveau pour booster le développement durable

Politique & Gouvernance

Publié le
mercredi 14 août 2013 à 10:45

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

L’Assemblée générale de l’ONU a établi, au début du mois de juillet, un nouveau forum politique de haut niveau, qui remplacera la Commission des Nations Unies sur le développement durable, afin de booster les efforts pour relever les défis économiques, sociaux et environnementaux au niveau mondial.

Nous n’en faisons pas assez pour relever les défis fondamentaux de notre époque

L’Assemblée générale a aujourd’hui établi un nouveau forum politique de haut niveau, qui remplacera la Commission des Nations Unies sur le développement durable, afin de booster les efforts pour relever les défis économiques, sociaux et environnementaux au niveau mondial.

Dans une résolution adoptée par consensus, les 193 membres de l’Assemblée ont insisté sur la nécessité d’établir un cadre institutionnel amélioré et plus efficace sur le développement durable, et ont décidé que le Forum devrait fournir « une plate-forme dynamique pour un dialogue régulier , un bilan et un programme-cadre pour faire avancer ce processus. »

Cette décision fait suite à une recommandation clé de ’The Future We Want,’ (L’avenir que nous voulons), document final de la Conférence des Nations Unies de l’année dernière sur le développement durable, connue sous le nom de Rio +20.

 « L’établissement du Forum marque une étape majeure dans la mise en ?uvre de « L’avenir que nous voulons » a déclaré le Secrétaire général Ban Ki-moon. « Le Forum peut fournir le leadership politique et les recommandations concrètes dont nous avons besoin pour donner suite à toutes les recommandations de Rio et relever les défis économiques, sociaux et environnementaux urgents dans le monde. Les pays doivent faire tout leur possible pour réaliser le potentiel du Forum. »

Le Forum se réunira tous les ans au niveau ministériel sous les auspices du Conseil économique et social des Nations Unies et il réunira tous les quatre ans les chefs d’État pour fournir un élan supplémentaire au développement durable. Sa première réunion se tiendra en Septembre, lors de la 68e session prochaine de l’Assemblée.

Le nouvel organisme est chargé de fournir un leadership politique, des orientations ainsi que des recommandations pour le développement durable ; un examen des progrès accomplis dans la mise en ?uvre des engagements, et un renforcement de l’intégration des trois dimensions du développement- économique, social et environnemental.

 « Nous n’en faisons pas assez pour relever les défis fondamentaux de notre époque : mettre fin à l’extrême pauvreté dans cette génération et réduire de façon significative l’écart global entre les riches et les pauvres, sans infliger des dommages irréparables sur le socle environnemental nécessaire à notre survie » a déclaré le président de l’Assemblée générale Vuk Jeremiae.

 « Le nouveau forum sera plus qu’un lieu de rencontre- il doit être l’endroit où les pays et la société civile génèrent une dynamique de changement. »

Le Forum remplacera la Commission sur le développement durable, qui a été formé après le Sommet de la Terre de 1992 et qui a permis de prendre action sur un ensemble de questions qui ont conduit à des accords ou des traités internationaux.

Les acteurs du gouvernement et de la société civile, lors des dernières années ont partagé l’idée selon laquelle un organe de haut niveau était nécessaire pour guider le développement durable vers le futur que nous voulons.

L’Assemblée a recommandé que le ECOSOC abolisse la commission jusqu’à la conclusion de sa 20e session. L’agenda, la durée, et la date de la commission ont été reportés depuis mai en attendant des avancées sur les modalités organisationnelles et de format du Forum- See more at : http://www.unep.org/newscentre/Default.aspx?DocumentID=2723&ArticleID=9566&l=fr#sthash.bNV1lodS.dpufL’Assemblée générale a aujourd’hui établi un nouveau forum politique de haut niveau, qui remplacera la Commission des Nations Unies sur le développement durable, afin de booster les efforts pour relever les défis économiques, sociaux et environnementaux au niveau mondial.

Dans une résolution adoptée par consensus, les 193 membres de l’Assemblée ont insisté sur la nécessité d’établir un cadre institutionnel amélioré et plus efficace sur le développement durable, et ont décidé que le Forum devrait fournir « une plate-forme dynamique pour un dialogue régulier , un bilan et un programme-cadre pour faire avancer ce processus. »

Cette décision fait suite à une recommandation clé de ’The Future We Want,’ (L’avenir que nous voulons), document final de la Conférence des Nations Unies de l’année dernière sur le développement durable, connue sous le nom de Rio +20.

 « L’établissement du Forum marque une étape majeure dans la mise en ?uvre de « L’avenir que nous voulons » a déclaré le Secrétaire général Ban Ki-moon. « Le Forum peut fournir le leadership politique et les recommandations concrètes dont nous avons besoin pour donner suite à toutes les recommandations de Rio et relever les défis économiques, sociaux et environnementaux urgents dans le monde. Les pays doivent faire tout leur possible pour réaliser le potentiel du Forum. »

Le Forum se réunira tous les ans au niveau ministériel sous les auspices du Conseil économique et social des Nations Unies et il réunira tous les quatre ans les chefs d’État pour fournir un élan supplémentaire au développement durable. Sa première réunion se tiendra en Septembre, lors de la 68e session prochaine de l’Assemblée.

Le nouvel organisme est chargé de fournir un leadership politique, des orientations ainsi que des recommandations pour le développement durable ; un examen des progrès accomplis dans la mise en ?uvre des engagements, et un renforcement de l’intégration des trois dimensions du développement- économique, social et environnemental.

 « Nous n’en faisons pas assez pour relever les défis fondamentaux de notre époque : mettre fin à l’extrême pauvreté dans cette génération et réduire de façon significative l’écart global entre les riches et les pauvres, sans infliger des dommages irréparables sur le socle environnemental nécessaire à notre survie » a déclaré le président de l’Assemblée générale Vuk Jeremiae.

 « Le nouveau forum sera plus qu’un lieu de rencontre- il doit être l’endroit où les pays et la société civile génèrent une dynamique de changement. »

Le Forum remplacera la Commission sur le développement durable, qui a été formé après le Sommet de la Terre de 1992 et qui a permis de prendre action sur un ensemble de questions qui ont conduit à des accords ou des traités internationaux.

Les acteurs du gouvernement et de la société civile, lors des dernières années ont partagé l’idée selon laquelle un organe de haut niveau était nécessaire pour guider le développement durable vers le futur que nous voulons.

L’Assemblée a recommandé que le ECOSOC abolisse la commission jusqu’à la conclusion de sa 20e session. L’agenda, la durée, et la date de la commission ont été reportés depuis mai en attendant des avancées sur les modalités organisationnelles et de format du Forum- See more at : http://www.unep.org/newscentre/Default.aspx?DocumentID=2723&ArticleID=9566&l=fr#sthash.bNV1lodS.dpuf

Dans une résolution adoptée par consensus le 9 juillet dernier, les 193 membres de l’Assemblée ont insisté sur la nécessité d’établir un cadre institutionnel amélioré et plus efficace sur le développement durable, et ont décidé que le Forum devrait fournir « une plate-forme dynamique pour un dialogue régulier, un bilan et un programme-cadre pour faire avancer ce processus ».

Cette décision fait suite à une recommandation clé de The Future We Want (L’avenir que nous voulons), document final de la Conférence des Nations Unies de l’année dernière sur le développement durable, connue sous le nom de Rio +20.

Relever les défis économiques, sociaux et environnementaux

« L’établissement du Forum marque une étape majeure dans la mise en oeuvre de L’avenir que nous voulons », a déclaré le secrétaire général Ban Ki-moon. « Le Forum peut fournir le leadership politique et les recommandations concrètes dont nous avons besoin pour donner suite à toutes les recommandations de Rio et relever les défis économiques, sociaux et environnementaux urgents dans le monde. Les pays doivent faire tout leur possible pour réaliser le potentiel du Forum. »

Le Forum se réunira tous les ans au niveau ministériel sous les auspices du Conseil économique et social des Nations Unies, et tous les quatre ans, il conviera les chefs d’État pour fournir un élan supplémentaire au développement durable. Sa première réunion se tiendra en septembre, lors de la 68e session de l’Assemblée.

Le nouvel organisme est chargé de fournir un leadership politique, des orientations ainsi que des recommandations pour le développement durable ; un examen des progrès accomplis dans la mise en oeuvre des engagements, et un renforcement de l’intégration des trois dimensions (économiques, sociales et environnementales) du développement.

Selon le président de l’Assemblée générale, Vuk Jeremiae, « nous n’en faisons pas assez pour relever les défis fondamentaux de notre époque : mettre fin à l’extrême pauvreté dans cette génération et réduire de façon significative l’écart global entre les riches et les pauvres, sans infliger des dommages irréparables sur le socle environnemental nécessaire à notre survie ».« Le nouveau forum sera plus qu’un lieu de rencontre, il doit être l’endroit où les pays et la société civile génèrent une dynamique de changement », conclut-il.

Guider le développement durable

Le Forum remplacera la Commission sur le développement durable, qui a été formé après le Sommet de la Terre de 1992 et qui a permis de prendre action sur un ensemble de questions qui ont conduit à des accords ou des traités internationaux.

Les acteurs du gouvernement et de la société civile, lors des dernières années ont partagé l’idée selon laquelle un organe de haut niveau était nécessaire pour guider le développement durable vers le futur que nous voulons.

L’Assemblée a recommandé que le ECOSOC abolisse la commission jusqu’à la conclusion de sa 20e session. L’agenda, la durée, et la date de la commission ont été reportés depuis mai en attendant des avancées sur les modalités organisationnelles et de format du Forum.

Photo ©William Murphy sur Fotopedia

Publié le
mercredi 14 août 2013


Politique & Gouvernance
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires