Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
TM EnerCoop, l’énergie citoyenne
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

TM EnerCoop, l’énergie citoyenne

Énergie

Publié le
lundi 8 septembre 2014 à 06:15

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Petite sœur du mouvement citoyen TransitionMinett, TM EnerCoop est la première coopérative énergétique du Sud du Luxembourg. A l’image de sa grande sœur, son but est de « contribuer à une plus grande indépendance énergétique » du pays tout en « impliquant les citoyens ».

Mettre en place des moyens de productions d’énergies renouvelables locales tout en impliquant les habitants

Utopistes il y a encore quelques années, les coopératives citoyennes se répandent de plus en plus et le Luxembourg n’y échappe pas. Depuis deux ans les initiatives tel que TransitionMinett fleurissent sur le territoire. Jardins communautaires, achats éco-solidaires de produits biologiques locaux, production et redistribution d’énergie, TransitionMinett est un « mouvement citoyen sans cartes de membres, chef ou structure qui a à cœur d’aider les individus à se réapproprier la production alimentaire et énergétique », explique Albert Kalmes, l’un des bénévoles de TransitionMinett et président du conseil d’administration (CA) de TM EnerCoop.

Née en septembre 2013, TM EnerCoop est le “pendant énergétique“ de TransitionMinett et la première coopérative énergétique du Sud du Grand-Duché du Luxembourg ( EquiEnerCoop, la première, a été créée en 2012 à Junglinster, ndlr ). A l’instar de TransitionMinett, TM EnerCoop est « ouverte à tout le monde, sans distinction » et contribue « à une plus grande indépendance énergétique du Luxembourg ». Si le CA « gère et prépare les dossiers », « il doit cependant toujours être approuvé lors des assemblées générales qui ont lieu tous les ans », explique Albert Kalmes assurant ainsi un fonctionnement démocratique de la coopérative dans laquelle « le nombre de voix lors d’un vote n’est pas proportionnel au nombre de parts ». Ainsi, une même personne peut avoir plusieurs parts dans un projet, mais ne gardera qu’une seule et unique voix. /

Un courant produit et consommé localement

Las d’attendre des actions politiques qui ne venaient pas pour voir des changements dans la société, surtout en termes d’efficacité énergétique, la douzaine de volontaires de TM EnerCoop a rapidement planché sur son premier objectif. « L’idée des panneaux photovoltaïques permettait d’inclure les participants dans un système concret dont ils verraient les fruits mûrir rapidement », résume simplement Albert Kalmes. Partageant la même vision que TM EnerCoop, à savoir, « mettre en place des moyens de productions d’énergies renouvelables locales tout en impliquant les habitants », la commune d’Esch a rapidement accepté de mettre les toitures du hall sportif d’Esh-Lallange à leur disposition. Signée le 11 juillet 2014, cette convention est valable 25 ans. Les panneaux, eux, seront installés à la rentrée pour une mise en service à la fin du mois d’octobre. Avec un courant injecté dans le réseau eschois grâce à Sustroum, TM EnerCoop a 15 ans pour amortir son investissement en bénéficiant des tarifs d’injection étatiques. Une échéance qui n’effraie pas son président : « Selon nos plans de financement, ça devrait aller ». « Avec ce premier projet, nous produirons localement un courant destiné une consommation toute aussi locale » et c’est bien ce qui importe le plus à TM EnerCoop qui se penche déjà sur un second projet.

« Cette fois, c’est la commune qui est demandeuse », se réjouit Albert Kalmes, satisfait de voir, qu’« au niveau local, la résonnance est positive ». Maigre consolation face aux réactions nationales qui sont plus réticentes. Il veut pour exemple cette absurdité légale qui empêche « les coopératives socialement responsables [d’]être subventionnées ». « Nous tentons, grâce à des rencontres avec les ministres Camille Gira, Carole Dieschbourg, de changer certaines choses, mais nous ne sommes que bénèvoles et nos pouvoirs sont encore trop limités », regrette Albert Kalmes qui ne désespère pas pour autant. « Nous nous lançons à peine, nous sommes encore petits. Mais nous allons évoluer, accumuler de l’expérience » afin de pouvoir, à terme, peser un peu plus lourd dans la balance énergétique nationale et, pourquoi pas, « créer de l’emploi direct ». Histoire de prouver que, loin de vouloir se constituer en île solitaire, le Luxembourg peut cependant s’affranchir de certaines dépendances.

Florie Colarelli / Photos ©TM EnerCoop

Publié le
lundi 8 septembre 2014


Énergie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Énergie


Nos partenaires Énergie

Nos partenaires