Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Permettre la compétitivité durable du secteur de la construction
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Permettre la compétitivité durable du secteur de la construction

B to B

Publié le
lundi 27 janvier 2014 à 08:45

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Finances et promotion du secteur de la construction, tels sont deux des cinq piliers sur lesquels reposent le soutien aux entreprises dans leur évolution, selon Bruno Renders et le Conseil pour le Développement Economique de la Construction qu’il représente.

On évalue à 7.000 le nombre de postes à pourvoir dans les "Green Jobs" à l’horizon 2020

Le Conseil pour le Développement Economique de la Construction (CDEC) est une organisation patronale qui regroupe les deux actionnaires historiques de l’Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment (IFSB), à savoir la Fédération des Entreprises de Construction et de Génie Civil et le Groupement des Entrepreneurs du Bâtiment et des Travaux Publics. Elle a été créée en 2008 pour accompagner les entreprises de construction luxembourgeoises dans les défis qu’elles auront à relever dans les années à venir et pour assurer qu’elles restent compétitives, innovantes et participatives dans un contexte de mutation profonde du secteur. Pour soutenir au mieux les entreprises dans leur évolution, le CDEC a élaboré une stratégie sectorielle reposant sur cinq piliers liés et interdépendants.

Le premier de ces piliers est le pilier finances. Le CDEC est, en effet, l’organisme collecteur de la cotisation sectorielle qui a, il y a 10 ans, impulsé la création de l’IFSB. Ces cotisations servent à financer les formations des salariés manuels du secteur de la construction.

Attirer les jeune s

La promotion du secteur est le deuxième pilier de la stratégie déployée par le CDEC. Les jeunes sont le public phare des actions mises en œuvre par le secteur, et ce, pour deux raisons.

La première est que sur les 50.000 personnes qu’emploie le bâtiment, 8.000 prendront leur retraite d’ici 2020. Il faudra donc remplacer les effectifs en place. La seconde est que, pour répondre aux exigences législatives qui visent la construction exclusive de bâtiments passifs à partir de 2017 et celle de bâtiments zéro énergie à partir de 2020, le secteur enregistre une demande croissante de compétences nouvelles. La construction durable offre donc aux jeunes de multiples perspectives de développement aussi bien professionnel que personnel à travers un véritable gisement de nouveaux métiers. On évalue à 7.000 le nombre de postes à pourvoir dans les Green Jobs à l’horizon 2020.

Si « le cadre structurel est présent et favorable à ce que l’adaptation et l’ouverture des référentiels des métiers puissent se faire », ainsi que le souligne Bruno Renders,directeur du CDEC, il y a encore du chemin à parcourir pour valoriser ces carrières auprès des jeunes et de leurs parents. C’est pourquoi le CDEC a mis en place plusieurs initiatives dans le cadre du projet européen Building Generation. Journées découverte, participation aux Boys and Girls Days lancé par le ministère de l’Egalité des chances, Building Games, campagnes promotionnelles –dont une qui est actuellement en cours et qui consiste en un spot publicitaire diffusé dans les cinémas du pays- en sont quelques exemples.

Les trois autres piliers : la formation, l’ingénierie et Neobuild sont expliqués dans la suite de notre article : Cohérence pédagogique pour la construction au Luxembourg.

Photo ©Marlene Soares

Publié le
lundi 27 janvier 2014


Article de notre partenaire

Institut de Formation sectoriel du Bâtiment (IFSB)
B to B
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires B to B


Nos partenaires B to B

Nos partenaires