Le Quotidien des enjeux du développement durable !

mardi 22 août 2017

Nouveau Brennpunkt Drëtt Welt – Les droits humains pour en finir avec les inégalités ?
facebook twitter linkedin scoopit

Nouveau Brennpunkt Drëtt Welt – Les droits humains pour en finir avec les inégalités ?
Droits humains & solidarité

Publié le vendredi 7 juillet 2017 à 04:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

Le numéro 298 du Brennpunkt Drëtt Welt vient d’être publié avec son dossier spécial sur le développement et les droits humains. L’éditorial introduit le sujet en posant la question « Les droits humains pour en finir avec les inégalités ? »

Les inégalités touchent à la fois les pays développés et ceux en développement. Les derniers sont par contre encore plus fragilisés par l’accroissement constant des inégalités en raison d’un contexte politique, économique et social instable. Alors, est-ce que droits humains et développement sont indissociables ? La réalisation des droits humains à la fois la fin du développement et le moyen pour y accéder ? Lisez l’éditorial signé Antoniya Agrirova, responsable du travail politique de l’ASTM. 

Les droits humains pour en finir avec les inégalités ?

Les conclusions du rapport d’Oxfam publié au début de l’année résonnent encore dans nos têtes : seuls huit hommes détiennent autant de richesses que les 3,6 milliards de personnes qui représentent la moitié la plus pauvre de l’humanité. Comment est-on arrivé à ce que nos économies concentrent les richesses vers une élite fortunée et aux dépens des couches les plus pauvres de la société ? C’est sûrement parce que nos économies sont confisquées par ces mêmes élites : les politiques économiques sont définies par les personnes et les entreprises qui détiennent les richesses.

Alors qu’il s’agit d’un phénomène qui touche à la fois les pays développés et ceux en développement, ces derniers sont encore plus fragilisés par cet accroissement des inégalités en raison d’un contexte politique, économique et social instable, voire très tendu. Si rien n’est fait pour y remédier, à long terme, les inégalités peuvent ébranler les fondations même du développement et de la paix sociale et nationale dans ces pays qui luttent contre la pauvreté. En effet, si les revenus et les perspectives augmentent pour certaines personnes seulement et que les inégalités persistent, les personnes marginalisées, qui restent exclues des effets positifs du développement, vont un jour finir par contester ce soi-disant progrès qui les a laissées de côté.

Mais qui sont ces personnes qui ne profitent pas du développement ? Ce sont celles et ceux qui sont exclus et discriminés par nos sociétés en raison de leur sexe, âge, nationalité, ethnie, origine, classe sociale, handicap, ou orientation sexuelle. Les femmes, par exemple, sont beaucoup plus exposées à la pauvreté en raison des discriminations et des violences qu’elles subissent.

Pourtant, des solutions existent – afin de réduire les inégalités et garantir que le développement bénéficie à toutes et à tous, l’approche basée sur les droits humains (ABDH) constitue une piste qui mérite d’être approfondie. Contrairement à une approche basée sur la charité, ou une approche basée sur les besoins, l’ABDH analyse la pauvreté comme une violation des droits fondamentaux : la marginalisation, la discrimination et l’exploitation sont identifiées comme causes principales de la pauvreté. Ainsi, l’ABDH a pour l’objectif de rendre les gens plus autonomes – en particulier les personnes marginalisées- afin qu’elles puissent revendiquer leurs droits en participant activement à la définition des politiques et en tenant pour responsables ceux qui ont le devoir d’agir.

Or, comme le montre un récent rapport d’Amnesty International « Défenseurs des droits humains menacés », revendiquer des droits s’avère de plus en plus difficile. En effet, celles et ceux qui œuvrent pour les droits humains subissent une répression croissante de la part des États, mais également d’acteurs non étatiques comme les entreprises. Et l’impact de cet espace de plus en plus restreint pour la société civile se fait ressentir jusqu’au Luxembourg, notamment par les ONG de développement luxembourgeoises, dont les partenaires sont également touchés par ce phénomène mondial.

Vous l’avez peut-être déjà deviné : le dossier spécial de ce numéro est dédié au thème de « développement et droits humains ». À travers différents articles, nous démontrerons l’indéniable : les droits humains et le développement sont indissociables. La réalisation des droits humains est à la fois la fin du développement et le moyen pour y accéder.

Lire le dernier Brennpunkt dans le format ISSUU ou en PDF.

Antoniya Argirova, responsable du travail politique de l‘ASTM

Publié le vendredi 7 juillet 2017


Article de notre partenaire
Droits humains & solidarité
Communiqué
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Droits humains & solidarité


Nos partenaires Droits humains & solidarité

Nos partenaires