Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Learn 4 Life ! pour l’émancipation des Guinéennes
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

"Learn 4 Life !" pour l’émancipation des Guinéennes

Qualité de vie

Publié le
lundi 30 septembre 2013 à 13:30

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Au-delà de l’enseignement scolaire, une éducation de qualité se doit d’apporter à tous des compétences, outils adaptés à la vie quotidienne et au monde du travail. C’est pourquoi à côté de ses centres de formation professionnelle, SOS Villages d’Enfants propose, via ses programmes de renforcement des familles, cours, formations et microcrédits pour permettre aux adultes de monter leur petite entreprise. En Guinée, un programme d’émancipation des femmes a été mis sur pied avec l’Union européenne.

La Guinée, où 53% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté national, est un des 11 pays où le taux d’alphabétisme des adultes est en-dessous des 50%

En ces temps de crise économique mondiale, il est important d’avoir des compétences ciblées pour espérer trouver un emploi et vivre dignement dans une société où inégalités et précarité augmentent. C’est encore plus vrai pour les jeunes frappés par le chômage et d’autant plus dans les pays en voie de développement. En 2010 environ 775 millions d’adultes, dont deux tiers de femmes, étaient analphabètes et 200 millions de jeunes (15-24 ans) n’ont pas terminé leur scolarité primaire (rapport 2012 de l’Education Pour Tous). Il y a donc urgence à développer l’apprentissage qui est au cœur de l’Education Pour Tous dont l’objectif est de : « Répondre aux besoins éducatifs de tous les jeunes et de tous les adultes en assurant un accès équitable à des programmes adéquats ayant pour objet l’acquisition de connaissances ainsi que de compétences nécessaires dans la vie courante ».

SOS mise sur les formations

L’organisation mondiale SOS Villages d’Enfants a placé la formation au cœur de ses actions axées sur le renforcement des capacités et la responsabilisation des acteurs clés impliqués dans l’éducation des enfants (parents, écoles, communautés, gouvernements…). 54 Centres SOS de formation professionnelle proposent à 14.700 jeunes adultes apprentissages et formations qualifiantes qui répondent aux perspectives d’emploi régionales. Des partenariats sont noués avec des entreprises locales. Par ailleurs, dans le cadre des programmes de renforcement des familles et en lien étroit avec des organisations communautaires locales, cours d’alphabétisation, formations professionnelles, cours en gestion d’entreprise aident les tuteurs à monter leur petite entreprise pour devenir autonomes et pouvoir élever seuls leurs enfants.

Programme triennal pour les femmes

La Guinée, où 53% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté national, est un des 11 pays où le taux d’alphabétisme des adultes est en-dessous des 50% (Institut de Statistique de l’Unesco, septembre 2012). Les inégalités entre les sexes persistent : 44% des filles issues de foyers pauvres (contre 57% des garçons) entrent dans l’enseignement primaire (rapport 2012 de l’EPT).

En 2011, SOS Villages d’Enfants Monde y a mis sur pied un programme dédié aux femmes des quartiers d’Enta Nord et de Yattaya à la périphérie de Conakry, où arrivent de nombreuses familles (surtout des mères avec enfants) quittant les campagnes, poussées par la pauvreté. Ce programme triennal d’émancipation des femmes fait partie du plan d’action en matière de protection des droits de l’enfant de l’Union européenne qui le subventionne. 200 femmes et 886 enfants en sont les bénéficiaires. Il repose sur l’alphabétisation des femmes dans leur langue maternelle, la formation professionnelle, les cours de sensibilisation aux droits des femmes et des enfants, l’aide à la création d’une micro-entreprise. Objectif : inciter les femmes à créer leur propre activité génératrice de revenus. Mais vu les difficultés rencontrées, elles ont décidé de miser sur l’associatif. Ainsi le point fort du programme est en 2013 la constitution de coopératives.

Retour sur l’année 2012

Les cours et formations proposés se déroulent dans le Centre social SOS de Conakry qui fait parallèlement office de foyer de jour pour les enfants. Toutes les femmes y suivent des cours d’alphabétisation fonctionnelle proposés dans trois langues locales (Soussou, Maninka, Poular).

Alors qu’auparavant leurs activités étaient essentiellement saisonnières et ne suffisaient pas à couvrir les besoins de la famille, les six formations professionnelles leur permettent de démarrer une seconde activité génératrice de revenus dans des métiers plus techniques et plus rémunérateurs. Les femmes ont surtout choisi les ateliers dont les produits sont rapidement fabriqués et rapidement écoulés sur le marché : saponification, teinture, transformation et conservation des produits alimentaires. Les sections aide-ménagère, couture et coiffure/esthétique ont eu moins de succès.

Par ailleurs, les 200 bénéficiaires ont suivi des cours de comptabilité et marketing. A ce jour, elles ont établi leur business plan, reçu un microcrédit, ouvert un compte en banque et certaines ont démarré leurs activités.

Plus d’informations sur notre projet : www.sosve.lu

Photos :

Slider>Atelier de couture, Centre social SOS de Conakry, Guinée © Laurence Willot pour SOS Villages d’Enfants

Article>Atelier de teinture sur tissu, Centre social SOS de Conakry, Guinée © Archives SOS

Texte et photos communiqués par SOS Villages d’Enfants Monde

Publié le
lundi 30 septembre 2013


Qualité de vie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires