Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Le MECO refuse une Commission mettant en cause la protection de l’environnement et du climat !
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le MECO refuse une Commission mettant en cause la protection de l’environnement et du climat !

Politique & Gouvernance

Publié le
mercredi 1er octobre 2014 à 13:15

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

A l’instar de nombreuses autres organisations écologiques européennes, le Mouvement Ecologique lance un appel pressant aux députés européens pour ne pas ratifier la composition actuelle de la Commission européenne telle que proposée par son président Jean-Claude Juncker.

A une époque où la problématique environnementale est indubitablement un défi majeur, la Commission voudrait nous contraindre à acquiescer la politique des lobbyistes

Tant la composition de cette Commission que les portefeuilles politiques de certains Commissaires signifient un sérieux recul en matière de politique environnementale européenne.

Ainsi, pour la première fois en 25 ans, il n’y a plus de titulaire chargé(e) de l’environnement investi(e) de tous les pouvoirs liés à cette fonction. L’action du/ de la Commissaire à l’Environnement, aux Affaires maritimes et à la Pêche est en fait subordonnée aux directives du vice-président en charge de la croissance économique et de la compétitivité, respectivement de l’Union de l’énergie ! 

Le danger encouru est évident : les intérêts de l’environnement et des consommateurs seraient systématiquement subordonnés aux intérêts économiques, alors qu’il est plus urgent que jamais de continuer à promouvoir, des standards élevés en matière d’environnement et de protection du consommateur... La mission dévolue au titulaire du portefeuille “Environnement/Affaires maritimes/Pêche”, Karmenu Vella, ancien ministre maltais prévoit une « modernisation » des directives pour la protection de la Nature - “Oiseaux” et “Habitats”. Un indice plus qu’alarmant si l’on considère que Vella était ministre dans un gouvernement maltais au bilan de protection des oiseaux très médiocre, la chasse aux oiseaux migratoires étant toujours à l’ordre du jour dans cet archipel. Il s’agit en fait d’une remise en question des acquis écologiques alors qu’une politique courageuse en matière de développement durable serait de mise !

La désignation de l’Espagnol Miguel Arias Canete au portefeuille du Climat et de l’Energie ne fait qu’aggraver les inquiétudes, étant donné ses relations avec les acteurs du secteur pétrolier. A la veille d’une série de conférences mondiales sur le climat d’une importance cruciale et à une époque où la problématique environnementale est indubitablement un défi majeur, la Commission EU voudrait nous contraindre à acquiescer la politique des lobbyistes du pétrole, voire du charbon, du nucléaire et de l’extraction de gaz par fracking ?

 

Priorité absolue à la protection de la nature et de l’environnement

Les organisations écologiques européennes, dont le Mouvement Ecologique, sont plus qu’alarmées par cette marginalisation de la protection du climat et de l’environnement dans le cadre de la politique européenne. Il est inacceptable de vouloir mettre en cause une politique compétitive et prometteuse sur la base de normes environnementales élevées ! 

C’est la raison pour laquelle le Mouvement Ecologique adhère à l’appel lancé par les organisations écologiques européennes, et prie les eurodéputés en particulier de n’accorder leur consentement à la nouvelle Commission EU que sous la condition de voir corrigés quatre points ayant trait à la protection de l’environnement et du climat, à savoir :

  1. La nomination d’un(e) vice-président(e) au Développement durable 
  2. La nomination d’un(e) vice-président(e) à la Protection du climat et de l’Union de l’énergie
  3. Une redéfinition des missions du Commissaire à l’Environnement, dans le but déclaré de garantir une transposition cohérente du 7e programme d’action communautaire pour l’environnement retenu par le Parlement européen et le respect du droit de l’environnement en vigueur
  4. L’élimination conséquente de potentiels conflits d’intérêts des candidats.

Les députés européens ne doivent accorder leur soutien à la nouvelle Commission que s’ils ont la certitude que les futurs Commissaires accorderont une priorité absolue aux thèmes de la protection de la nature et de l’environnement !

Communiqué par le Mouvement Ecologique asbl / Photo ©euranet plus sur Flickr

Publié le
mercredi 1er octobre 2014


Politique & Gouvernance
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires