Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Le Living Lab, un « agitateur d’idées »
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le Living Lab, un « agitateur d’idées »

Qualité de vie

Publié le
vendredi 4 avril 2014 à 07:15

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

1,2,3 GO-Business Initiative a organisé son premier Living Lab, le 2 avril, au Technoport de Belval. Onze porteurs de projets innovants ont présenté leur produit ou service à leurs futurs clients potentiels.

Il y a parfois un réel décalage entre la vision qu’un porteur a de son projet et le ressenti qu’en ont les futurs utilisateurs

Innover est aujourd’hui devenu une nécessité pour toutes les entreprises. Mais imaginer de nouveaux concepts et développer des produits ou de services qui se distinguent de ceux proposés par la concurrence ne suffit pas à en garantir le succès. Encore faut-il que les futurs utilisateurs y trouvent un intérêt. Mieux vaut dans ce domaine s’en assurer le plus tôt possible, notamment lorsque le porteur de cette innovation envisage de créer une start-up pour la commercialiser. Faire tester un nouveau concept pour tester sa pertinence mais également afin de l’améliorer en intégrant des réflexions, des attentes ou des désirs de futurs usagers, c’est à ça que sert un Living Lab.

 « Un Living Lab regroupe différents acteurs (publics, privés, entreprises, associations, acteurs individuels) qui effectuent un test grandeur nature d’une innovation quelle qu’elle soit. C’est une démarche de conception ouverte dans la mesure où les différentes parties prenantes participent en qualité d’utilisateurs et de bénéficiaires potentiels, d’un prototype en cours d’élaboration. L’objectif est d’obtenir un résultat validé par l’usager », explique Frédérique Gueth, manager 1,2,3 GO-Business Initiative a.s.b.l. qui a organisé, le 2 avril, un premier Living Lab réservé aux porteurs de projets engagés dans le parcours 1,2,3 GO, un évènement organisé en collaboration avec l’incubateur Technoport SA.

Un Living Lab pour retravailler son concept

Onze porteurs de projets de la Grande Région, actifs dans des domaines aussi différents que les nouvelles technologies, la santé ou l’environnement, ont ainsi fait tester leur projet par des groupes d’une dizaine d’utilisateurs potentiels. Ces utilisateurs venant également de toute la Grande Région sont, pour la plupart, membres du réseau d’experts et d’entrepreneurs 1,2,3,GO. « Le porteur met son projet à l’épreuve. À l’issue d’une courte présentation, il doit faire trois propositions de valeur à propos de son produit ou de son service. Et l’assistance lui dit alors si elle est d’accord avec lui ou pas et motive sa réponse. Il y a parfois un réel décalage entre la vision qu’un porteur a de son projet et le ressenti qu’en ont les futurs utilisateurs. C’est tout l’intérêt du Living Lab. Il permet au porteur de projet de recueillir des informations qui vont lui permettre de s’interroger à nouveau, de recadrer son approche afin de retravailler son concept », précise Olivier Zéphir, project manager au Technoport. Une nouvelle mouture qui sera à nouveau présentée mais en sachant qu’entre les deux présentations, le porteur du projet peut solliciter l’ensemble des personnes qui ont assisté au Living Lab via une plateforme internet dédiée. C’est toute une communauté qui se mobilise autour du porteur de projet, dans la durée.

Ce Living Lab était donc le premier d’une longue série. Comme l’a mis en exergue la conférence dédiée aux « bonnes pratiques d’accompagnement et de financement de projets innovants » organisée dans la foulé du Living Lab et à laquelle ont assisté 80 personnes, l’implication d’utilisateurs futurs dès le lancement d’un projet permet d’optimiser la performance d’une start-up en devenir.

Communiqué par 1,2,3 Go

Publié le
vendredi 4 avril 2014


Qualité de vie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires