Le Quotidien des enjeux du développement durable !

dimanche 20 août 2017

Large bande : catalyseur de développement durable
facebook twitter linkedin scoopit

Large bande : catalyseur de développement durable
Technologie & IT

Publié le mardi 22 mars 2016 à 03:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

La Commission des Nations unies sur le large bande attire l’attention des responsables gouvernementaux sur le potentiel du large bande en tant que puissant catalyseur du développement

les nouveaux réseaux et services large bande sont appelés à jouer un rôle déterminant dans le domaine de l’éducation, des soins de santé et de la fourniture des services sociaux de base, en particulier pour les communautés systématiquement désavantagées

Les réseaux et services à haut débit sont essentiels pour répondre aux Objectifs de développement durable fixés par les Nations unies

Dubaï, le 14 mars 2016 – A sa 13ème réunion plénière tenue hier à Dubaï (Emirats arabes unis), la Commission des Nations unies "Le large bande au service du développement durable " est parvenue à un consensus sur la nécessité de définir une nouvelle série de cibles pour la connectivité, afin d’aider les gouvernements à exploiter plus efficacement les réseaux et services large bande pour progresser encore sur la voie de la réalisation des 17 Objectifs de développement durable.

Les membres de la Commission sont convenus que les réseaux, services et applications large bande ont un potentiel considérable et permettent d’obtenir des résultats spectaculaires dans les domaines de l’éducation et de la santé ainsi que sur le plan de la croissance socio-économique. Il a été souligné lors d’une réunion informelle tenue récemment par les membres de la Commission, à l’occasion du Forum économique mondial de Davos , que le fait de connecter ceux qui ne le sont pas encore et de créer suffisamment de possibilités d’investissement pour déployer des réseaux, services et applications large bande dans le monde entier serait déterminant pour atteindre les 17 objectifs à l’échelle mondiale.

Les discussions qui ont eu lieu à Dubaï concernant les nouvelles cibles possibles ont fait ressortir l’importance de la définition de nouvelles cibles pour mesurer l’utilisation de certains services publics utilisant le large bande, du choix d’indicateurs statistiques permettant d’évaluer avec précision l’accès au large bande au niveau des pays et des communautés et du choix des sources de données et des méthodes à retenir pour procéder à des mesures exactes et fiables. Les membres de la Commission ont également reconnu qu’il était important que chaque pays établisse un tableau de bord national sur le numérique, afin de pouvoir mesurer les progrès accomplis au niveau national dans la réalisation des objectifs en matière de large bande.

Les quelque 60 dirigeants et experts représentant les pouvoirs publics, des organismes des Nations unies, la société civile et un large éventail de secteurs d’activité économique vont à présent se mettre au travail pour définir en matière de connectivité large bande des objectifs concrets et mesurables, susceptibles d’être adoptés à la prochaine réunion plénière de la Commission qui se tiendra à New York en septembre.

" Un accord sur de nouvelles cibles en septembre serait un nouveau pas en avant important vers la concrétisation du projet de la Commission visant à mettre le large bande à la portée de tous ", a déclaré Houlin Zhao, Secrétaire général de l’UIT, qui assure la coprésidence de la Commission, aux côtés de la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. " Le large bande peut permettre d’avancer plus rapidement sur la voie de la réalisation des 17 ODD et les nouveaux réseaux et services large bande sont appelés à jouer un rôle déterminant dans le domaine de l’éducation, des soins de santé et de la fourniture des services sociaux de base, en particulier pour les communautés systématiquement désavantagées. "

L’UIT suit déjà l’évolution de la situation en ce qui concerne le déploiement du large bande dans le rapport annuel de la Commission " La situation du large bande ", qui comprend un classement des pays dans le monde pour ce qui est de la politique relative au large bande, de l’accessibilité financière et de l’adoption du large bande.

" Le monde est à la croisée d’avancées technologiques qui peuvent ouvrir de vastes horizons pour la croissance et le développement ", a déclaré Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO. " Aujourd’hui encore, 1,3 milliard de personnes ne sont toujours pas reliées à l’électricité, et plus de quatre milliards de personnes n’ont pas accès à l’internet. L’accès et la connectivité sont absolument essentiels pour les sociétés partout dans le monde ", a-t-elle ajouté. " C’est la raison pour laquelle le message de la Commission sur le large bande au service du développement durable revêt autant d’importance. "

Il ressort de la dernière édition du rapport de la Commission – La situation du large bande , publiée en septembre dernier, que l’Internet large bande ne bénéficie pas à ceux qui en auraient pourtant le plus besoin. Cinquante-sept pour cent de la population mondiale n’est toujours pas connectée et est ainsi privée des avantages économiques et sociaux considérables qu’offre l’Internet.

Créée en 2010, la Commission sur le large bande est un organe de haut niveau axé sur la promotion du large bande en tant qu’accélérateur du développement dans le monde. Elle est présidée conjointement par M. Paul Kagame, Président du Rwanda, et par M. Carlos Slim Helú (Mexique).

Dernièrement, la Commission a accueilli dix nouveaux membres de haut rang, à savoir :

- Abdulaziz Salem Al Ruwais, gouverneur, Commission des communications et des technologies de l’information, Arabie saoudite
- Jean-Yves Charlier, P.-D. G., VimpelCom
- Scott Gegenheimer, P.-D. G., Zain Group
- Mats Granryd, directeur général, GSMA
- Baronne Beeban Kidron, éminente réalisatrice et militante de l’initiative 5Rights
- Philipp Metzger, directeur général, Office fédéral suisse des communications
- Catherine Novelli, sous-secrétaire d’Etat à la croissance économique, l’énergie et l’environnement
- Rupert Pearce, P.-D. G., Inmarsat
- Ramin Guluzade, ministre des communications et des technologies de pointe (Azerbaïdjan)
- Rajeev Suri, P.-D. G., Nokia

Avec l’arrivée de ces nouveaux membres, la Commission comprend aujourd’hui 62 membres, y compris les quatre membres officiels.

Cette dernière réunion de la Commission s’est tenue à l’invitation de l’Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO et du membre de la Commission sur le large bande Sunny Varkey , parallèlement au Forum mondial sur l’éducation et les compétences de la Fondation Varkey. Elle s’est déroulée en présence d’un certain nombre d’hôtes de marque, dont des journalistes de renommée internationale et l’observateur Fareed Zakaria .

Cette réunion vient également compléter le Forum de politique organisé conjointement par l’UIT et l’UNESCO, qui s’est tenu à l’occasion de la Semaine de l’apprentissage mobile de l’UNESCO et qui a réuni des ministres des TIC et de l’éducation, pour examiner le rôle que peuvent jouer les politiques et la collaboration intersectorielle afin de favoriser l’innovation et l’utilisation des technologies mobiles pour améliorer la qualité, l’équité et l’accessibilité à l’éducation.

Cliquez ici pour consulter l’ édition de 2015 du rapport de la Commission sur le large bande intitulé "La situation du large bande" , ainsi que les principaux éléments de ce rapport et des interviews vidéo. Ce rapport propose le dernier classement en date par pays, en fonction de l’accès au large bande et de son accessibilité financière, pour plus de 160 pays.

Cliquer ici pour voir une vidéo de la Commission sur la façon dont les TIC peuvent stimuler la réalisation des ODD : www.itu.int/en/sustainable-world .

Pour en savoir plus sur la Commission sur le large bande, cliquez sur : www.broadbandcommission.org

Communiqué par l’ITU – www.itu.int

Publié le mardi 22 mars 2016


Technologie & IT
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Technologie & IT


Nos partenaires Technologie & IT

Nos partenaires