Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
La Fondation Follereau en mission au Togo et Bénin
facebook twitter linkedin scoopit

La Fondation Follereau en mission au Togo et Bénin

Droits humains & solidarité

Publié le
vendredi 21 avril 2017 à 04:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

Pendant une semaine, du 1er au 8 avril 2017, deux membres de la Fondation Follereau Luxembourg et son Président, Monsieur Jean Hilger, étaient en mission au Bénin et Togo. Le but de ce déplacement était de rencontrer les partenaires locaux, les autorités compétentes impliquées, comme les Ministères, communes et villes, mais aussi de visiter les différents projets pour se convaincre de l’impact positif sur les communautés locales.

Ces missions de suivi de projets sont très importantes, permettant non seulement de s’assurer du bon fonctionnement des activités, mais aussi d’identifier des points d’amélioration ensemble avec nos partenaires. La mission a également été une bonne occasion de récolter des témoignages, photos et vidéos, pour sensibiliser le grand public luxembourgeois.
Pour cela, l’équipe luxembourgeoise a visité 6 projets au Bénin et 2 projets au Togo, variant de thématiques de la santé maternelle et infantile, à la lutte contre les maladies tropicales négligées, ou encore de la formation professionnelle pour les jeunes, représentant les deux axes d’intervention de la Fondation : La santé communautaire et l’aide à l’enfance en détresse. La mission a également été un rappel de l’objectif global des interventions de la Fondation Follereau, notamment la lutte contre l’exclusion, inspiré par le travail de l’humaniste Raoul Follereau. Initialement, la FFL s’est concentré principalement sur la lutte contre l’exclusion des personnes atteintes de la lèpre, mais au fil des années le champ d’intervention de la Fondation s’est élargi pour inclure toutes les formes d’exclusion, résultant d’ un manque d’éducation, des moyens financiers ou d’isolation sociale ou physique.

Journal de la mission

Samedi, le 1 avril :

Matin : Visite de la maternité rurale d’Ahozonnoudé. Cette visite a été accompagnée d’une réflexion afin d’ouvrir un service de soins de base.
Après-midi : Visite du centre de récupération nutritionnelle de Toffo, au Bénin. Sœur Flore, responsable du centre, bénéficiera d’une formation en infirmerie, afin de pouvoir apporter des soins aux cas urgents.

Dimanche, le 2 avril :

Matin : Visite du CIPSA-EH (Centre Intégré de Promotion Sociale et d’Accueil pour Enfants Handicapés) où plusieurs interviews ont été effectués avec les enfants bénéficiaires, mais aussi avec le personnel encadrant. Le CIPSA-EH propose également des cours d’alphabétisation aux enfants.
Après-midi : Visite du CDTUB (Centre de Dépistage et de Traitement de l’Ulcère de Buruli) à Allada et discussions pour la diversification des activités du centre, afin de pouvoir répondre aux divers besoins. Actuellement, une diversification vers la kinésithérapie et/ ou la traumatologie est envisagée.

Lundi, le 3 avril :

Visite du Centre de formation professionnelle de Zè et rencontre avec le Maire. Les discussions ont conduit à un engagement de la Mairie afin d’augmenter son aide financière pour les trois prochaines années, ce qui fait preuve de la responsabilisation des acteurs locaux et leur implication dans le fonctionnement des projet.

Mardi, le 4 avril :

Rencontre avec le Ministre de la santé, Monsieur Alassane Seidou. Cette visite avait pour but de demander un renouvellement du soutien financier de l’Etat pour les coûts de fonctionnement du CDTUB (Centre de Traitement et de Dépistage de l’Ulcère de Buruli) à Allada, au Bénin.

Mercredi, le 5 avril :

Matin : Visite de l’école Amen de Cotonou où ont été installés des ordinateurs, dans le but de réduire la fracture numérique, dans le cadre projet Mind the Gap. Les enfants ont effectués des démonstrations de leurs compétences en Excel et Word.
Après-midi : Arrivée au Togo et rencontre avec notre partenaire local l’AAT-FFL et son conseil d’Administration.

Jeudi, le 6 avril :

Matin : Visite du CHR (Centre Hospitalier Régional) de Tsévié, et du pavillon soutenu par la Fondation, visant la lutte contre l’ulcère de Buruli. Rencontre avec la directrice, Madame Adjeh et le Docteur Piten, afin d’observer l’évolution du nombre de cas et les difficultés rencontrées pour certains patients.
Après-midi : Rencontre et réunion avec notre partenaire DAHW (Deutsche Lepra- und Tuberkulosehilfe) au Togo, afin de recevoir un bilan de leurs actions en 2016, et comprendre l’évolution de la prise en charge des malades et l’importance de la sensibilisation.

Vendredi, le 7 avril :

Visite de l’USP (Unité de soins périphérique) de Doglobo, qui a ouvert ses portes en 2015. Le comité de Gestion, les chefs de villages et les habitants étaient tous réunis afin d’accueillir la délégation et pour montrer la participation de la population locale, qui s’est bien appropriée le projet.
Samedi, le 8 avril : retour au Luxembourg

Témoignage de Matthias Barthod, Chargé collecte de fonds de la Fondation Follereau, participant de la mission
« La visite de l’Unité de Soins Périphérique (USP) de Doglobo au Togo m’a vraiment ouvert les yeux sur la nécessité des projets de la Fondation. Le centre qui a été inauguré en 2016 a vraiment changé la vie des habitants de Doglobo et des villages alentours. Avant, les habitants devaient parcourir plus de 10 kilomètres à pied pour rejoindre le premier centre de santé. L’isolement et les longues marches étaient des facteurs très stressants pour la population. Aujourd’hui, grâce à l’Unité de Soins, les villageois sont rassurés et ont un meilleur suivi médical.20 enfants sont déjà nés dans l’USP de Doglobo et sont tous en très bonne santé. »

Projet Exemplaire : CDTUB (Centre de Dépistage et de Traitement de l’Ulcère de Buruli)

Centre de Dépistage et de Traitement de l’Ulcère de Buruli « Le Luxembourg » (CDTUB), Commune d’Allada, au Bénin, qui a été inauguré en 2002.

L’Ulcère de Buruli (UB) est une maladie provoquée par une bactérie appartenant à la même famille que celle de la lèpre et de la tuberculose appelée Mycobacterium ulcerans. Bien que plusieurs facteurs de risque aient été identifiés, le mode de transmission demeure inconnu. Comme la lèpre, l’ulcère de Buruli fait partie des maladies tropicales négligées (MTN) et donne de graves infirmités si non dépisté et pris en charge tôt. Le fait que 50% des 83 nouveaux cas d’UB de 2016 sont des enfants prouve que l’UB est une maladie touchant particulièrement les enfants.
Comme toutes les autres MTN la lèpre et l’UB font surtout des victimes au sein de la population la plus démunie et vulnérable des pays pauvres. Il est alors indispensable de se mobiliser au côté de ces états pauvres pour venir en aide à la population pauvre en vue de leur garantir tant soit peu le droit à la santé et à la survie.

Le CDTUB d’Allada, joue un rôle primordial pour l’atteinte des objectifs du programme national de lutte contre la lèpre et l’ulcère de Buruli (PNLLUB). Reclassé depuis 2012 en Hôpital spécialisé pour la prise en charge des de l’ulcère de Buruli et des ulcères chroniques, le CDTUB entend désormais, dans un contexte de raréfaction des cas d’ulcère de Buruli, étendre ses activités, non plus seulement à l’ulcère de Buruli, mais à toutes les ulcérations chroniques en général, mais aussi aux maladies tropicales négligées, notamment celles aux manifestations cutanées.

Communiqué de la Fondation Follereau

Publié le
vendredi 21 avril 2017


Droits humains & solidarité
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Droits humains & solidarité


Nos partenaires Droits humains & solidarité

Nos partenaires