Le Quotidien des enjeux du développement durable !

vendredi 26 mai 2017

L'équipe d'Infogreen visite les Ateliers du Tricentenaire
facebook twitter linkedin scoopit

L’équipe d’Infogreen visite les Ateliers du Tricentenaire
Economie sociale et solidaire

Publié le mercredi 26 avril 2017 à 04:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

L’équipe d’Infogreen s’est rendue il y a quelques semaines à Bissen, où elle a eu l’occasion de découvrir le centre Jean Heinisch géré par son partenaire, les Ateliers du Tricentenaire. Ce bâtiment spacieux et baigné de lumière, inauguré en 2009, accueille chaque jour des personnes en situation de handicap qui viennent s’y distraire et y recevoir des soins, mais également y travailler.

Un atelier protégé ?

Une centaine de personnes se rend chaque matin au centre Jean Heinisch. En situation de handicap physique, parfois atteintes de troubles associés, toutes âgées de 16 ans ou plus, la plupart ne sont pas seulement là pour passer un moment agréable, mais aussi pour travailler. Actuellement, 31 d’entre elles sont en effet employées au sein de l’un des 3 ateliers protégés gérés par la société coopérative Ateliers du Tricentenaire que l’équipe d’Infogreen a pu visiter avec Jérôme Colson, responsable Ateliers du Tricentenaire, pour guide. Comme tout salarié, a-t-il expliqué, ces personnes ont été sélectionnées lors d’un entretien d’embauche, ont signé un contrat de travail (en CDI), ont été formées à un métier et à des méthodes de production dès leur arrivée (suivant le principe de learning by doing) et continueront à l’être tout au long de leur carrière, sont rémunérées en échange de leurs prestations et sont soumises à des horaires, à des bilans de compétences, à des objectifs de productivité et aux règles du travail.

La seule différence avec le marché du travail conventionnel est qu’ici, le poste est adapté à la personne. « Arrivés au sortir du système d’éducation différenciée, à la suite d’un accident de la vie, ou venus d’un autre atelier protégé avec la volonté de relever un nouveau défi professionnel, il est possible que ces employés aient besoin d’aménagements personnalisés au niveau du matériel comme des processus, d’outils spécifiques pour une parfaite ergonomie, ou encore que la tâche qui leur incombe soit partagée avec d’autres personnes aux capacités complémentaires », a précisé Jérôme Colson.

L’objectif de ces ateliers protégés reste néanmoins l’insertion (ou la réinsertion) à terme sur le 1er marché du travail. C’est pourquoi les acquis sont valorisés à travers des entretiens d’évolution et un portfolio qui recense les différentes réalisations de chaque salarié. Cette démarche permet de mesurer les progrès accomplis, d’abord pour la personne elle-même, ensuite pour un éventuel futur employeur.

Une imprimerie, un atelier de façonnage et une chocolaterie


Au niveau -1 du centre Jean Heinisch, nous avons découvert une imprimerie digitale qui occupe 10 personnes, dont une graphiste, un maître-imprimeur et huit paires de « petites mains » qui effectuent des travaux personnalisés nécessitant une réalisation graphique sur-mesure et un façonnage minutieux : faire-part, invitations, flyers, rapports… S’y trouve également une unité dédiée à la prestation de services aux entreprises : dans cet atelier, on met des courriers sous pli, on trie des documents, on colle des CD dans des manuels scolaires et bien d’autres travaux encore. Mais surtout, nous avons été surpris par la finesse des jolis conditionnements fabriqués à la main, étape par étape et avec beaucoup de patience, sous la houlette de la responsable artistique. Ceux-ci sont en papier recyclé ou en PLA (plastique à base d’amidon modifié) et ils sont destinés à accueillir les bonbons et chocolats fabriqués dans la chocolaterie du centre. 10.000 sachets sont ainsi préparés chaque année pour Saint-Nicolas, auxquels s’ajoutent 200 boîtes et 100 tablettes pour Pâques, ainsi que les emballages des produits courants.

Les Chocolats du Cœur, testés et approuvés par Infogreen !


Les Chocolats du Cœur, comme ils ont été baptisés, sont des produits artisanaux de qualité supérieure, à base d’ingrédients issus du commerce équitable, de produits frais (la plupart bio) et sans conservateurs. Ils se déclinent en 3 grandes familles (produits chocolatés et pralines, fruits secs enrobés, carrés de chocolat), mais on trouve aussi dans la gamme d’autres produits annexes, comme une délicieuse pâte à tartiner chocolat noir ou caramel fleur de sel (sans huile de palme). Le chocolat est reçu en pépites ou en blocs et il est transformé dans les ateliers par une équipe de 14 personnes selon les recettes proposées par 3 maîtres-chocolatiers, parfois soutenus, dans le cadre de collections spéciales, par des chefs étoilés. René Mathieu (La Distillerie, Bourglinster), Fabrice Salvador (La Cristallerie, Place d’Armes), Cyril Molard (Ma Langue Sourit, Moutfort), Renato Favaro (Favaro, Esch-sur-Alzette), Ilario Mosconi (Mosconi, Luxembourg) et Arnaud Magnier (Clairefontaine, Luxembourg) ont ainsi déjà apporté leur contribution au projet. Déjà disponibles dans les boutiques bio, Fairtrade, Made in Luxembourg, auprès de grands distributeurs comme Cactus ou Sodexo et dans le tout récent Bar à Chocolat inauguré à Walferdange en juin dernier (où l’on trouve également des boîtes réutilisables afin d’amener une 1re touche d’économie circulaire dans les produits proposés par le Tricentenaire), ils sont également livrés à domicile (grâce à un partenariat avec Luxcaddy) ou trouvés sur les marchés. Pour avoir eu l’occasion de les goûter dans le cadre de cette agréable visite, tous les membres de l’équipe les ont trouvés dignes des meilleurs chocolatiers et les recommande vivement. Chacun est d’ailleurs reparti avec son petit ballotin acheté à la boutique.

Des infrastructures adaptées aux personnes en situation de handicap


En plus des Ateliers du Tricentenaire, le centre Jean Heinisch abrite également des infrastructures haut de gamme destinées aux personnes en situation de handicap : salles de sport, de kinésithérapie, d’hydrothérapie et de snoezelen aménagées pour apporter un maximum de confort aux usagers et à l’équipe pluridisciplinaire qui les accompagne (éducateurs, aides socio-familiales, kinésithérapeutes, psychologues, orthophonistes, infirmiers), parcours extérieur à travers un jardin multi-textures, larges espaces de circulation et de stationnement pour les fauteuils et déambulateurs. De nombreuses activités sont proposées pour se divertir tout en développant sa coordination, sa mémoire, la précision de ses gestes. Au programme, des activités créatives et valorisantes comme la céramique, la création de bougies ou d’objets en papier, la cuisine, mais aussi des activités de plein air comme l’hippothérapie, à la ferme du Monceau en Belgique, dans le cadre de laquelle les usagers ont la possibilité de s’occuper des chevaux et de les monter. Toute une panoplie d’activités qui sont choisies avec et pour les usagers.

Mélanie Trélat

Publié le mercredi 26 avril 2017


Article de notre partenaire
Economie sociale et solidaire
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Economie sociale et solidaire


Nos partenaires Economie sociale et solidaire

Nos partenaires