Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Ebola : quel rôle pour le Luxembourg ?
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Ebola : quel rôle pour le Luxembourg ?

Qualité de vie

Publié le
lundi 15 septembre 2014 à 13:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Six mois après le début de l’épidémie d’Ebola, le nombre de nouveaux cas et les décès continuent d’augmenter dramatiquement. Les taux de transmission de la maladie ont atteint des niveaux sans précédent et le virus se propage rapidement. L’Organisation mondiale de la Santé projette qu’entre 20.000 et 100.000 personnes seront infectées dans les trois prochains mois au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée. La communauté internationale doit prendre ses responsabilités et le Luxembourg doit se joindre aux efforts à mettre en œuvre pour endiguer l’épidémie.

Les équipes MSF se sont portées volontaires pour fournir des soins médicaux et non pas pour manipuler des sacs mortuaires

Selon l’OMS, il y a eu 4.293 cas recensés et 2.296 morts depuis le commencement de l’épidémie (chiffres datant du 6 septembre 2014). Fort de son expertise et de son expérience dans la gestion des personnes infectées par le virus Ebola, MSF a répondu sur le terrain dès les premiers jours de l’apparition du virus en Guinée. Les efforts déployés par les équipes MSF sont énormes. Mais ils ne suffiront pas à endiguer cette épidémie. « C’est très éprouvant émotionnellement de voir tant de personnes mourir. Les équipes MSF se sont portées volontaires pour fournir des soins médicaux et non pas pour manipuler des sacs mortuaires. Pourtant, sans une augmentation massive de l’assistance, cela continuera à être le quotidien du personnel MSF », explique Paul Delaunois, le directeur de MSF-Luxembourg.

Par la voix de sa Présidente internationale, le Dr Joanne Liu, MSF a appelé le 2 septembre les Etats membres des Nations unies à déployer immédiatement du personnel et des moyens logistiques en Afrique de l’Ouest.

L’Histoire jugera les Etats sur leur réponse à cette crise exceptionnelle. MSF Luxembourg reste persuadée que le Luxembourg devrait jouer un rôle plus proactif. Une lettre, datée du 4 septembre, au Premier ministre, Xavier Bettel, et au Ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, les incite à analyser quel peut être ce rôle. […]

Agir maintenant

L’insuffisance de la réponse internationale est fatale pour les populations. L’OMS a annoncé que cette épidémie représente une urgence de santé publique de portée mondiale, mais cela n’a pas été traduit en action sur le terrain. Les Etats capables de répondre à une catastrophe biologique avec des services médicaux civils et militaires doivent envoyer leurs équipes médicales immédiatement au secours du Libéria, de la Guinée et de la Sierra Leone, qui sont complètement dépassés par l’épidémie. […]

Il ne fait aucun doute que le Luxembourg puisse jouer un rôle dans le déploiement rapide de ces priorités et favoriser une initiative européenne plus large pour un déploiement massif de l’assistance.

Effondrement des systèmes de santé

Cette crise exceptionnelle exige des moyens exceptionnels et, alors que nous ne savons pas quelle sera l’ampleur de la crise sanitaire et humanitaire dans les prochaines semaines, il est d’une importance primordiale d’agir rapidement et d’adapter la réponse opérationnelle à la réalité du terrain.

Le personnel de santé de ces trois pays a payé un lourd tribut à Ebola : 15% des victimes étaient du personnel soignant. Parmi les survivants, la plupart sont effrayés à l’idée de venir travailler.

De son côté, MSF a atteint ses limites. MSF a démarré son intervention en réponse à l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en mars 2014 et travaille actuellement en Guinée, au Libéria, au Nigéria et en Sierra Leone. L’organisation gère cinq centres de prise en charge des cas d’Ebola, d’une capacité totale de 457 lits. Depuis mars, 2.615 patients ont été admis dans les centres MSF, dont 1.408 ont été confirmés et 342 ont pu être guéris.

Il y a en ce moment 210 volontaires MSF dans la région et l’organisation emploie 1.650 personnes recrutées localement. Mais MSF ne peut pas répondre à un si grand nombre de nouveaux cas et à l’explosion des zones géographiques, bien que reste cependant déterminée à poursuivre son action.

Communiqué par MSF Luxembourg / Photo ©MSF
 

Publié le
lundi 15 septembre 2014


Qualité de vie
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Qualité de vie


Nos partenaires Qualité de vie

Nos partenaires