Le Quotidien des enjeux du développement durable !

jeudi 17 août 2017

Bientôt 600.000 habitants à déguster un « gebakene Fësch » ?
facebook twitter linkedin scoopit

Bientôt 600.000 habitants à déguster un « gebakene Fësch » ?
Politique & Gouvernance

Publié le jeudi 27 juillet 2017 à 04:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

Selon les nouvelles estimations du STATEC, le Luxembourg comptait 590.700 habitants au 1er janvier 2017. Une augmentation fulgurante (+14.400 sur un an), sous l’effet surtout d’une immigration nette de 9.400 personnes (arrivées – départs).

Tableau de bord de l’économie n°15 – Juillet 2017 par IDEA

A noter toutefois une légère décrue par rapport aux 10.000 à 11.000 immigrants « nets » enregistrés sans discontinuer au cours des 5 années précédentes. Simple trou d’air, ou amorce d’une inflexion plus structurelle ? A vérifier. Au rythme actuel en tout cas, le Luxembourg à 600.000 habitants serait au rendez-vous pour la Schuerberfouer… Qui dit forte croissance de la population dit pression immobilière, à défaut d’une offre plus dynamique : sur un an et selon l’Observatoire de l’Habitat, le prix des logements aurait en moyenne augmenté de quelque 7,7% au dernier trimestre de 2016.

Le « momentum » luxembourgeois n’est pas que démographique : toujours selon le STATEC, l’emploi salarié se serait accru de 3,3% au 1er trimestre de 2017 par rapport à la même période de 2016 – ce qui a favorisé une diminution du nombre de demandeurs d’emploi de 5,3% sur un an (Adem), soit 866 chômeurs en moins. Comme au trimestre précédent, cette progression de 3,3% est la plus élevée depuis la fin 2008. Ce chiffre un peu « désincarné » de 3,3% signifie qu’en net (donc sans tenir compte des remplacements pour départs à la pension, au chômage, en invalidité, à l’étranger, etc.), le Luxembourg a créé 11.600 emplois salariés en une année. Soit quasiment l’emploi cumulé des trois principaux employeurs du pays – La Poste, les CFL et ArcelorMittal.

Le tout semble être contredit par la stagnation du PIB constatée au 1er trimestre de 2017, due à une décélération marquée du secteur financier. Prudence cependant : le Luxembourg est l’exemple même de l’économie (très) volatile. Une invitation à scruter de près les évolutions économiques nationales, en tout cas… Autre consolation : la stagnation d’un trimestre à l’autre (+0,1%) s’accompagne d’une progression de 3,3% sur un an.
Communiqué par Fondation IDEA

Publié le jeudi 27 juillet 2017


Article de notre partenaire
Politique & Gouvernance
article
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires