Le Quotidien des enjeux du développement durable !

jeudi 21 septembre 2017

Bank On Nature : Premier accord de prêt soutenu par le mécanisme de financement du capital naturel, signé à Bruxelles
facebook twitter linkedin scoopit

Bank On Nature : Premier accord de prêt soutenu par le mécanisme de financement du capital naturel, signé à Bruxelles
Politique & Gouvernance

Publié le mercredi 19 avril 2017 à 04:00

facebook twitter/ linkedin scoopit

La Commission européenne et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont annoncé le premier accord de prêt soutenu par le mécanisme de financement du capital naturel.

L’accord de prêt d’un montant de 6 millions d’euros conclu avec Rewilding Europe Capital devrait soutenir plus de 30 entreprises axées sur la nature dans l’ensemble de l’Europe. « Rewilding Europe Capital » est le premier mécanisme européen de financement de projets de conservation et de restauration écologique.
Avec ce premier projet, une nouvelle initiative ambitieuse visant à protéger la biodiversité et à soutenir l’adaptation au changement climatique en Europe est devenue réalité. L’initiative « Bank on Nature » s’appuie sur le mécanisme de financement du capital naturel (NCFF), un partenariat financier établi entre la Commission européenne et la Banque européenne d’investissement visant à encourager des projets de protection de la nature et d’adaptation au changement climatique au moyen de prêts et d’investissements sur mesure, soutenus par une garantie de l’Union. Cette initiative reconnaît et soutient l’intérêt économique qu’il y a à investir dans le capital naturel à des fins de biodiversité et d’adaptation au changement climatique.
Karmenu Vella, commissaire européen chargé de l’environnement, des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré : « La nature est essentielle pour nos vies et pour notre économie,comme en témoigne la récente évaluation positive des directives ‘Nature’ de l’Union européenne. Le projet "Rewilding Europe" sera le premier parmi de nombreux autres projets que soutiendra l’initiative "Bank on Nature" en s’appuyant sur le mécanisme de financement du capital naturel (NCFF), dans le cadre de nos efforts visant à créer des emplois dans les zones rurales et à protéger la nature ».
Jonathan Taylor, vice-président de la BEI chargé du climat et de l’environnement, a déclaré : « Pour préserver et restaurer les éléments précieux que sont les habitats et la vie sauvage de l’Europe, nous devons faire plus. Investir dans la nature présente un intérêt économique important. La biodiversité et la croissance économique peuvent aller de pair. En tant que banque de l’UE, nous sommes déterminés à investir dans des projets qui soutiennent une économie rurale dynamique, tout en protégeant notre biodiversité et en gérant intelligemment le capital naturel. Le mécanisme de financement du capital naturel est un partenariat novateur entre la banque de l’Union et la Commission européenne, et ce premier projet que constitue "Rewilding Europe Capital" nous permet de prendre le meilleur départ possible ».
Ilko Bosman, directeur exécutif de « Rewilding Europe Capital », a déclaré : « Le contrat que nous avons signé aujourd’hui avec la BEI constitue une avancée importante pour "Europe Rewilding Capital"
 ». Il permettra de rendre notre mécanisme réellement plus dynamique, mais en attirant des financements externes, nous sommes surtout en mesure de mieux démontrer que des financements commerciaux peuvent contribuer à la conservation de la nature et à la restauration écologique. Avec le prêt proposé de la BEI et de l’UE, tous les pays de l’UE 28 seront pris en considération, et des montants de prêt plus importants seront autorisés, y compris pour de nouveaux modèles d’entreprises liées à la nature dans des secteurs tels que la foresterie, la gestion de l’eau et le tourisme. »
« Rewilding Europe Capital » a été créé en 2014 par « Rewilding Europe », qui promeut la nature sauvage en tant qu’aspect important et intrinsèque du patrimoine naturel et culturel de l’Europe. « Rewilding Europe Capital », qui constitue un des instruments de « Rewilding Europe », finance des entreprises axées sur la nature et utilise un système de redevances unique pour contribuer à soutenir des initiatives en matière de conservation et de restauration écologique. Cela permettra également une meilleure mise en œuvre des directives « Habitats » et « Oiseaux » de l’Union.
Un élément clé de ce projet consiste en l’élaboration d’un « modèle économique pour la nature sauvage ». Les zones concernées par la restauration écologique qui pourraient être soutenues par l’accord signé aujourd’hui comprennent 38 sites différents dans le cadre du réseau Natura 2000. Ces zones sont les suivantes : L’ouest de la péninsule Ibérique (Portugal), le massif du Velebit (Croatie), l’Apennin central (Italie), les Carpates méridionales (Roumanie), le delta du Danube (Roumanie), les montagnes des Rhodopes (Bulgarie), le delta de l’Oder (Allemagne/Pologne) et la Laponie (Suède). Les investissements pourraient également profiter au retour d’espèces sauvages européennes emblématiques et menacées, telles que le bison d’Europe, l’ours brun, le vautour moine, le pélican et le pygargue à queue blanche du Danube et du delta de l’Oder, pour n’en citer que quelques-unes.
Un soutien sera apporté à la création et à la consolidation d’entreprises fondées sur la nature, et de nouveaux modèles économiques liés à la nature seront encouragés dans des secteurs tels que la foresterie, la gestion de l’eau, la pêche et le tourisme durables. L’accord conclu aujourd’hui devrait permettre la création de 250 emplois.

Communiqué de presse de la Commission européenne

Pour en savoir plus, voir MEMO.

Publié le mercredi 19 avril 2017


Politique & Gouvernance
Communiqué
distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires