Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Aides Publique au Développement : la Norvège, bonne élève mais peut encore mieux faire
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Aides Publique au Développement : la Norvège, bonne élève mais peut encore mieux faire

Politique & Gouvernance

Publié le
lundi 13 janvier 2014 à 15:10

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

La Norvège figure en bonne place dans le classement des donneurs d’aide mais pourrait améliorer la répartition de son aide.

La Norvège se concentre sur des enjeux planétaires déterminants pour le pays

En 2012, les apports d’aide publique au développement (APD) de la Norvège se sont élevés à 4.8 milliards USD, soit 0.93 % de son revenu national brut (RNB). De par la générosité de son effort d’APD rapporté au RNB, la Norvège se place au troisième rang des membres du Comité d’aide au développement de l’OCDE (CAD), lequel réunit les principaux donneurs du monde. Le nouvel examen que le CAD consacre à la Norvège salue la détermination sans faille du pays à maintenir son APD à un niveau élevé et souligne que la croissance continue de l’économie norvégienne devrait à l’avenir alimenter la hausse des apports d’aide en volume.

« La Norvège se concentre sur des enjeux planétaires déterminants pour le pays et le rôle qu’il joue au niveau international, tels que la construction de la paix, le changement climatique et la santé dans le monde », a déclaré Ana Paula Fernandes, vice-présidente du CAD. « Ainsi, elle peut peser plus lourd que son poids réel sur la scène internationale et nous félicitons la Norvège pour sa volonté d’être à la pointe sur ces questions fondamentales et brûlantes ».

Définir une stratégie claire et fondée

La Norvège continue de jouer un rôle important en tant que donneur ultra-spécialisé, canalisant son aide vers des initiatives novatrices pour lesquelles elle peut s’inspirer de son expertise dans des domaines comme la gestion durable des ressources naturelles. Cependant, près de la moitié de l’enveloppe totale affectée depuis son lancement à l’initiative phare sur le climat et la forêt n’a pas été dépensée en raison de problèmes de capacités d’absorption des projets dans les pays partenaires, ou bien parce que les programmes ont été lancés avant la réalisation des analyses de faisabilité et de viabilité. Pour développer ses initiatives mondiales, le Comité encourage la Norvège à multiplier les partenariats avec des donneurs partageant ses analyses afin d’attirer des ressources supplémentaires et assurer la viabilité à long terme de ses opérations.

Selon l’examen du CAD, la Norvège aurait intérêt à définir une stratégie claire et fondée sur des données factuelles pour guider la prise de décision concernant l’aide bilatérale. Si sa politique d’aide au développement reste axée sur son objectif de réduction de la pauvreté, le rapport souligne qu’une concentration accrue sur des initiatives thématiques, dans des domaines comme l’énergie et l’environnement par exemple, s’est traduite par un léger recul du niveau des ressources d’aide bilatérale consacrées aux pays les moins avancés.

Le Comité a pris note du fait que depuis le dernier examen qui lui a été consacré en 2008, la Norvège a pris des mesures pour améliorer la transparence de sa coopération pour le développement mais il lui recommande d’établir un plan de communication, de renforcer ses procédures d’évaluation et de tenir compte des recommandations.

Communiqué par l’OCDE / Photo Daniel78 sur Wikimedia

Publié le
lundi 13 janvier 2014


Politique & Gouvernance
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Politique & Gouvernance


Nos partenaires Politique & Gouvernance

Nos partenaires