Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
Copernicus, changement, climatique, environnement, données météorologiques, science du climat, concentrations de dioxyde de carbone, réchauffement climatqiue, informations climatiques, indicateurs climatiques, agriculture, santé, assurances, sécurité, tourisme et l’aménagement du territoire
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

11 des 12 années les plus chaudes ont eu lieu après 2000

Green Planet

Publié le
vendredi 24 avril 2020 à 04:00

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le Service Copernicus pour le changement climatique (C3S) a publié un rapport annuel complet sur le climat, qui donne un aperçu détaillé de l’état du climat en 2019, afin d’aider à dresser un tableau à long terme de son évolution.

Principales conclusions :

  • 2019 est confirmée comme l’année la plus chaude jamais enregistrée pour l’Europe
  • 11 des 12 années les plus chaudes ont eu lieu depuis 2000 en Europe
  • Trois périodes exceptionnellement chaudes sont survenues en février, juin et juillet, entraînant des températures record
  • Une vision à long terme montre une nette tendance au réchauffement au cours des quatre dernières décennies
  • L’un des mois de novembre les plus humides jamais enregistrés a apporté des précipitations jusqu’à quatre fois supérieures à la normale en Europe occidentale et du sud
  • L’Arctique européen est relativement plus froid que ces dernières années, mais la canicule estivale provoque une fonte record de la glace de surface au Groenland
  • Les gaz à effet de serre continuent d’augmenter

Aujourd’hui, le Service Copernicus pour le changement climatique (C3S), mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme au nom de la Commission européenne, publie un nouveau rapport très détaillé sur l’état de notre climat en 2019, qui aide les décideurs et les planificateurs à prendre des décisions fondées sur une image plus claire de l’évolution du climat.

Le rapport, qui fournit cette année des niveaux de détails supplémentaires sur les sources et la période de référence des ensembles de données, confirme que 2019 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe. Les conditions chaudes et les vagues de chaleur estivales ont contribué à la sécheresse en Europe centrale, tandis que de fortes précipitations se sont produites en Europe occidentale vers la fin de l’année. Malgré cela, les précipitations globales ont été proches de la moyenne sur l’ensemble du continent pendant une grande partie de l’année.

/

Precipitation anomaly (mm) for October to December 2019 relative to the October to December average for the 1981-2010 reference period. Data source : E-OBS. Credit : C3S/KNMI .

Les indicateurs climatiques mondiaux montrent que la température a augmenté de 1,1 °C depuis l’ère préindustrielle et, en Europe, de près de 2 °C depuis la seconde moitié du XIXe siècle. L’objectif de l’accord de Paris de 2015, ratifié par 188 pays, est de maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2,0 °C par rapport aux niveaux préindustriels et de faire un effort concerté pour limiter l’augmentation à 1,5 °C.

C’est pourquoi le rapport annuel sur l’état du climat en Europe constitue un point de référence important pour les décideurs politiques et les industries de toute l’Europe afin de planifier la lutte contre les effets du changement climatique. Certains indicateurs climatiques clés du rapport montrent comment le climat évolue tant au niveau européen que mondial, ce qui donne un aperçu de son évolution à long terme. Les données de haute qualité, librement accessibles, offrent des connaissances approfondies qui peuvent être utilisées par toutes sortes de secteurs, notamment l’agriculture, la santé, les assurances, la sécurité, le tourisme et l’aménagement du territoire.

Carlo Buontempo, directeur du Service pour le changement climatique de Copernicus (C3S), commente : Il est aujourd’hui plus vital que jamais que chacun ait accès à ces informations pour nous aider à comprendre les implications à long terme du changement climatique et ce que les organisations et les individus peuvent faire pour en réduire les effets. Une année exceptionnellement chaude ne constitue pas une tendance au réchauffement, mais grâce aux informations détaillées de notre service opérationnel, qui couvrent de nombreux aspects différents de notre climat, nous sommes en mesure de faire des liens pour en savoir plus sur la façon dont il évolue.

Ce dernier rapport annuel est compilé par le C3S à partir de ses données en libre accès, avec la contribution d’un large éventail de partenaires et associés scientifiques, y compris d’autres services de Copernicus. En tant que membre de cette famille, nous sommes fiers de rassembler des informations climatiques utiles créées à partir de données brutes qui offrent des aperçus très précieux à tous les secteurs de la société, des décideurs politiques et des chefs d’entreprise aux scientifiques et aux particuliers, ajoute-t-il.

Les résultats de 2019 soulignent la tendance continue au réchauffement

Le rapport sur l’état du Climat Européen 2019 affirme que les températures dans l’ensemble de l’Europe continuent de montrer une nette tendance au réchauffement. Onze des douze années les plus chaudes ont eu lieu depuis 2000. L’année la plus chaude enregistrée pour l’Europe, en 2019, a été suivie de près par 2014, 2015 et 2018. En outre, toutes les saisons ont été plus chaudes que la moyenne, l’été étant le quatrième plus chaud depuis au moins 1979. Dans certaines régions d’Europe, les températures ont été supérieures à la normale, de 3℃ à 4℃. Les vagues de chaleur intenses de juin et juillet ont également entraîné des températures record dans certains pays européens, dont la France et l’Allemagne.

En outre, les conditions de sécheresse estivale ont réduit la couverture végétale dans de nombreuses régions du continent, bien que certaines parties de l’Europe occidentale se soient remises de ces dommages à l’automne, mais ont été touchées par de fortes pluies à la fin de l’année.

Pour l’Arctique européen, bien que les températures aient été inférieures aux pics observés ces dernières années, la tendance à la hausse se poursuit. En 2019, la température de l’air dans cette région, tant sur la mer que sur terre, était supérieure de 0,9 °C à la moyenne. Puis, une courte vague de chaleur a frappé l’Europe à la fin du mois de juillet, provoquant des records de température dans le nord de la Scandinavie et une fonte record de la glace de surface au Groenland. Malgré cela, tout l’été a connu des températures proches de la moyenne.

Les concentrations de gaz à effet de serre augmentent

En 2019, les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane (CH4) ont continué à augmenter, selon le rapport sur l’Etat du Climat Européen 2019. Les émissions nettes mondiales de gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone, le méthane et le dioxyde d’azote suivent une tendance à l’augmentation constante, un schéma qui s’est établi au cours des dernières décennies. Selon les scientifiques, il n’est possible de trouver des concentrations aussi élevées qu’en 2019 qu’en remontant des millions d’années dans l’histoire.

/

Relative anomaly of sunshine duration in 2019 relative to the 1983-2012 reference period. Data source : EUMETSAT CM SAF. Credit : C3S/DWD/EUTMETSAT CM SAF.

Durée d’ensoleillement plus élevée que dans les années 1980

En 2019, le nombre d’heures d’ensoleillement en Europe a atteint son plus haut niveau depuis au moins 1983, bien qu’il y ait eu quelques variations régionales. Cela met en évidence une nette tendance à la hausse des heures d’ensoleillement au cours des 40 dernières années sur l’ensemble du continent. Cette durée d’ensoleillement a été observée sur l’ensemble de l’année, avec une couverture nuageuse inférieure à la moyenne au cours des six premiers mois. Les régions les plus ensoleillées sont l’Espagne, certaines parties de la France, l’Europe centrale et la majeure partie de l’Europe de l’Est.

/

Le rapport sur l’état du Climat Européen 2019, compilé par le C3S à partir d’une série de sources de données avec des contributions d’acteurs clés dans le domaine de la science du climat, offre un aperçu complet des conditions annuelles et saisonnières dans toute l’Europe et dans l’Arctique européen, qui sont comparées à la moyenne à long terme. Cela fournit une image claire aux décideurs politiques, aux planificateurs, aux secteurs industriels, aux entreprises et aux particuliers pour les aider à mettre en place des mesures d’atténuation et d’adaptation contre les effets du changement climatique.

Un rapport exécutif est disponible ici : https://climate.copernicus.eu/europ...
Pour plus d’informations sur Copernicus  : www.copernicus.eu
Source photo : À gauche : Anomalie de la température moyenne de surface de 2019. À droite : Anomalie de la température de l’air en surface pour l’Europe, par rapport à la période 1981-2010. Source des données : ERA5. Crédit : C3S/ECMWF

Publié le
vendredi 24 avril 2020


Green Planet
Communiqué
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Green Planet


Nos partenaires Green Planet

Nos partenaires